Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > Le problème du charançon rouge est une réalité
Le 8. novembre 2010 à 15h00

Six Fours Environnement Le problème du charançon rouge est une réalité

Actuellement aucune solution miracle n'existe pour éradiquer le charançon. La municipalité ne renouvellera pas l'enveloppe allouée pour aider les particuliers devant l'ampleur du phénomène. Le service environnement tient à disposition des administrés de nombreuses informations.

Depuis 2007, sur 184 palmiers communaux, 32 ont été abattus et 82 ont subi un curage.

Depuis 2007, sur 184 palmiers communaux, 32 ont été abattus et 82 ont subi un curage.

C'est en 2007 que la commune a constaté la présence du Charançon Rouge (voir notre précédent article.) Il s'agit d'un insecte coléoptère, présent en Egypte et en Espagne depuis 1992, qui a envahi les oasis d'Afrique du Nord et d'Arabie Saoudite. En l'état actuel des recherches, on sait que le charançon attaquait les palmiers de la famille des Arecaceae, qui regroupe 20 espèces dont le Phoenix dactylifera. La larve se nourrit du tissu tendre et vivant du coeur du palmier puis migre et creuse des galeries à la base des palmes. Elle construit son cocon, puis s'envole à l'âge adulte. Une femelle peut pondre entre 200 à 300 oeufs. Tout le département est touché par ce phénomène, et il est impossible de régler le problème seulement sur une commune. Actuellement des expérimentations sont en cours pour mettre au point une lutte biologique efficace.

La municipalité a pris le problème à bras le corps


Geneviève Briffaz, adjointe déléguée à l'environnement, et Hélène Rouquette, directrice du service, ont fait un tour d'horizon du sujet. Depuis 2007, le service environnement recense les palmiers touchés et informe les administrés des solutions, en mettant à disposition une liste d'entreprises compétentes aptes à traiter ce problème.
En début d'année 2010 une enveloppe de 100.000€ avait été affectée à une aide aux particuliers pour financer en partie des actions contre le ravageur: "la commune accordait une participation financière sur présentation de facture à raison de 50% du coût de l’élimination du ravageur, plafonnée à 400 € TTC par palmier ». Plus de 500 dossiers ont été traités. Cette enveloppe ne sera pas renouvelée: "cela représenterait un budget trop onéreux d'autant plus qu'il faudrait que toutes les communes s'y mettent, car les foyers sont sur tout le département. Il faut souligner que Six-Fours est la seule commune à avoir apporté une aide financière aux particuliers" nous expliquait Geneviève Briffaz. Jean-Sébastien Vialatte, député-maire, a d'ailleurs saisi Bruno Lemaire, ministre de l'agriculture. Un décret est sorti en juillet dernier, relatif à la lutte contre le Rynchophorus ferrugineus. En Parallèle la municipalité subventionne à hauteur de 1.000€ le "groupement d’intérêt économique (GIE) Santé des Plantes Ornementales" afin de l’aider dans "la recherche de moyens de lutte biologique contre les ravageurs". Enfin un agent du service environnement consacre la majeure partie de son temps à renseigner les particuliers sur le charançon et les aider dans les démarches a effectuer. La municipalité a également édité des fiches informatives sur cet insecte.

Que peuvent faire les particuliers?


Première chose, on peut constater sa présence par des suintements liquides bruns et visqueux (sur dattier) ou par la présence de galeries à la base des palmes. Les cocons s'observent à la périphérie du tronc et à la base des palmes. Au niveau des solutions, on ne peut actuellement espérer l'éradiquer, et chaque intervention a évidemment un coût. Parfois l'abattage est l'unique solution. Mais il est possible d'envisager un curage mécanique selon "la méthode Ferry" pour éliminer les larves, en laissant la possibilité au palmier de reprendre sa croissance, sans pour autant avoir la certitude absolue que cela marche. Si le palmier est sain, on peut effectuer un traitement chimique. Enfin, des pièges peuvent être installés afin de capturer l'insecte. Le service Environnement met à disposition des particuliers une liste d'entreprises compétente en abattage, élagage et traitement des palmiers ainsi que des entreprises qualifiées pour le curage. Hélène Rouquette nous disait: "il faut que les particuliers et que les autorités en général aient pleinement conscience du phénomène. Maintenant il faut aussi relativiser, certains pays se sont accoutumés de sa présence. Nous attendons que les recherches avancent pour un traitement efficace. Mais aujourd'hui il n'existe pas de produit miracle contre le charançon". Par contre il est vivement recommandé aux particuliers de se saisir du problème pour freiner sa prolifération et en avertir le service environnement.

D.D, le 08 novembre 2010

Autres photos:

Geneviève Briffaz, adjointe déléguée à l'environnement, et Hélène Rouquette, directrice du service environnement. La municipalité met à disposition des plaquettes informatives.
Geneviève Briffaz, adjointe déléguée à l'environnement, et Hélène Rouquette, directrice du service environnement.