Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Le Brusc > La fête des bateaux et des pêcheurs d'ici
Le 13. août 2017 à 14h48

Le Brusc Patrimoine La fête des bateaux et des pêcheurs d'ici

Grand succès samedi 12 août pour la Fête des pointus de Lou Capian et la Fête des pêcheurs des Pescadous du Gaou en collaboration avec le CLAB et en présence de la députée Emilie Guérel. L'occasion de redécouvrir les poissons bien de chez nous et de passer une très agréable soirée avec des gens motivés pour protéger le patrimoine en danger.

Frédéric Agostinetti a fait griller 120 kilos de saupes.

Frédéric Agostinetti a fait griller 120 kilos de saupes.

La Fête des pointus de samedi après-midi avait été perturbée par le fort mistral. Les bateaux qui devaient venir de Sanary et de Bandol n'ont pas pu sortir à cause du vent. « C'est dommage car nous avions déjà dû annuler la manifestation du 1er juillet à cause de la météo », a regretté le président de Lou Capian Didier S. Une centaine de personnes ont tout de même pu se promener sur quatre gros pointus.

En soirée, la Fête des Pêcheurs a attiré comme d'habitude plus de 400 personnes sur le quai de la Prud'homie. Ce résident du Brusc était là pour la première fois. « Je viens manger du poisson au bord de la mer. Je suis du nord, le vent ne me dérange pas. »

« Nous faisons de la dégustation »


Frédéric Agostinetti et Eric Féraud, premier Prud'homme au Brusc et président des Pescadous du Gaou, ont nourri tout le monde. Au menu, pour 10€, « macaronade » (pâtes et daube de poulpe), soupe de poisson ou poisson grillé, dessert et boisson. Le président du CLAB Didier Castillo avait invité pour l'occasion le groupe Christina Rosmini qui a assuré une animation musicale méditerranéenne et surtout latine.

Eric Féraud, fier de faire partie de « la plus vieille famille de pêcheurs du Brusc » expliquait : « Le poisson d'élevage n'est pas bon et a tout emboucané. Nous faisons de la dégustation en remettant au goût du jour des poissons comme la saupe, qui a mauvaise réputation. » Comme pour confirmer ses dires, une dame soutenait: « Si vous voulez rater une soupe de poisson, mettez de la saupe. » Cette autre, arrivée un peu trop tard, était dépitée d'apprendre que la macaronade et la soupe étaient terminées. « Je n'aime pas la saupe... », mais, après l'avoir goûtée, elle avouait : « C'est bon ! » Un monsieur qui faisait patiemment la queue confiait : « Je ne mange que du poisson de pleine mer. »

Protéger notre patrimoine


Lou Capian s'occupait de la buvette à des prix dérisoires, ainsi que de la vente de T-shirts pour sensibiliser les gens à la préservation des pointus. Les membres de Lou Capian sont passionnés malgré les contraintes qu'impliquent les bateaux en bois. « Ils demandent plus d'entretien et de travail. On ne peut pas les mettre à sec, donc il nous faut des places sur le port », argumentait le président. Grâce à son action et à TPM, Lou Capian a obtenu la Charte bateau tradition. « Rétablir le carré historique comme l'a fait Sanary nous permettrait de refaire des joutes provençales et de refléter l'historique du Brusc », disait Fredéric Agostinetti. « L'avenir du tourisme dépend de l'image que l'on reflète. Aux parkings pour bateaux en plastique, les touristes et les croisiéristes préfèrent les petits ports attractifs. »

, le 13 août 2017

Autres photos:

« Je viens manger du poisson au bord de la mer. » Lou Capian tenait la buvette. A droite, le président Didier. Eric Féraud, premier Prud'homme au Brusc et président des Pescadous du Gaou, avec son beau-père Antonin. Du poisson pour 400 personnes!
« Je viens manger du poisson au bord de la mer. »