Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Un Six-Fournais au festival de Cannes 2009
Le 2. juin 2009

  Un Six-Fournais au festival de Cannes 2009

Henri Lajous président-fondateur de l’association Six-Fournaise Lumière du Sud est un retraité actif. Entre les conférences, les stages, il se rend depuis quelques années à Cannes pour s’occuper de la « toute jeune critique ».

Henri Lajous avec le dossier de presse de la palme d'or 2009, "le ruban blanc"

Henri Lajous avec le dossier de presse de la palme d'or 2009, "le ruban blanc"

Henri Lajous et la « toute jeune critique »


Il co-encadre 32 lycéens, préalablement sélectionnés, 16 français, 16 allemands, qui écrivent pendant sept jours des critiques de films diffusés à la Semaine Internationale de la Critique. Suivez bien, car ce n’est pas très simple; ces derniers écrivent chaque jour une critique, la meilleure reçoit le « prix de la toute jeune critique » décerné par les organisateurs de la Semaine Internationale de la Critique, mais ces jeunes gens donnent aussi un prix au meilleur film de la compétition, et cette année à « Sirta La Gal Ba », de Shahram Alidi, un film irakien. Vous avez bien tout compris ? Bien, et le travail d’Henri Lajous consiste donc à encadrer tout ce beau monde pendant sept jours.

Son opinion sur la compétition officielle


Henri Lajous n’a rien à redire sur la palme d’or, « le ruban blanc » de Michael Haneke « un film d’une beauté formelle extraordinaire, tourné en scope et noir et blanc ». Mais il n’est pas totalement convaincu par le propos alambiqué du film. Son coup de cœur penche plutôt pour «  un prophète » de Jacques Audiard, « un film très dur, avec deux acteurs extraordinaires, qui évoque le cadre carcéral mais c'est surtout une réflexion autour du pouvoir selon moi », grand prix du jury totalement mérité donc. Henri Lajous n’a guère apprécié « inglourious basterds » de Tarantino « une espèce de patchwork avec trop de clins d’œil faciles », mais son grand regret est « l’absence du cinéma américain dans la compétition, avec une excuse des organisateurs assez singulière, ce serait la faute de la grève des scénaristes ». Effectivement, on peut s’interroger, mais la logique n’a jamais été le fort de l’usine cannoise. Sinon Henri Lajous n’a pu voir le film de l’excellent Johnny Too, « Vengeance », avec un jeune prometteur, Johnny Hallyday... Mais les rumeurs cannoises semblaient ôter toute forme de regret à Henri Lajous, Johnny Too s’étant certainement égaré avec cette expérimentation...

Henri Lajous, un retraité hyper-actif


Pour les passionnés de cinéma, outre les projections-débats de l’association Lumière du Sud à Six-Fours, vous pourrez retrouver Henri Lajous au Relais socio-culturel Peiresc à Toulon le lundi 19 octobre 2009 à 17h45, conférence sur Ken Loach (entrée libre) ou assister à d’autres interventions à l’Université du Temps Libre. Avis aux cinéphiles.

Traste, le 02 juin 2009

Autres photos:

Henri Lajous, président de l'association « Lumière du Sud » Couverture du programme de la Semaine internationale de la critique « Le ruban blanc, une photographie formidable » dixit Henri Lajous
Henri Lajous, président de l'association « Lumière du Sud »