Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Ollioules > Concertation autour de l'échangeur Ollioules-Sanary
Le 4. mars 2017 à 20h50

Ollioules Aménagement Concertation autour de l'échangeur Ollioules-Sanary

Vendredi soir, à l'Espace Pierre Puget, les riverains étaient invités à débattre, après la présentation du futur échangeur. Autour du maire, Robert Bénéventi, Xavier Richer de Forges, Directeur des opérations de Vinci Autoroutes et Patrick Aptel, responsable des opérations, ont expliqué l'avancée du projet.

Le maire, Robert Bénéventi, Xavier Richer de Forges (à sa droite) et Patrick Aptel, face aux citoyens

Le maire, Robert Bénéventi, Xavier Richer de Forges (à sa droite) et Patrick Aptel, face aux citoyens

En préambule de la réunion, le maire, Robert Bénéventi, a tenu à remercier tous les partenaires du projet, avant de rappeler les enjeux du nouvel échangeur : «Il est indispensable d'améliorer la desserte des communes d’Ollioules et de Sanary-sur-Mer en provenance de Bandol et de Toulon, et de fluidifier le trafic de l'échangeur n°13 (La Seyne-sur-Mer), régulièrement saturé, notamment aux heures de pointe». L'édile est revenu sur les modalités de la convention de financement : «Au départ, il était question de 26 M€ et nous avons demandé à Vinci de faire un effort. Ils ont ramené à 22 M€. Onze millions sont à la charge du Département, 6,2 millions incombent à l'Agglomération Toulon Provence Méditerranée et 4,8 millions à l'Agglomération Sud Sainte-Baume». Le coût global de l'opération est estimé à 37 millions d'euros.

Le projet, de nouveau détaillé


Parfois, un film vaut mieux que de longs discours. Après la diffusion de celui-ci, Patrick Aptel, ingénieur en travaux publics, a redonné les grandes lignes du projet, notant qu'il pouvait encore être corrigé. L'autoroute A50 dessert Ollioules et Sanary, depuis le diffuseur de La Seyne (sortie n° 13), qui est également le point d'accès à La Seyne et Six-Fours et donc, régulièrement engorgé. Pour pallier à cela, un nouveau dispositif d'échanges, qui a été déclaré d'utilité publique par l'Etat (sans que celui-ci ne le finance), sera construit entre la barrière de péage de Bandol et l'échangeur de La Seyne-sur-Mer/Six-Fours les Plages (n°13). «Notre objectif, avec ce nouvel échangeur, est de permettre un accès plus facile en délestant cette sortie 13, toujours saturée». Situé sur les communes d'Ollioules et d Sanary-sur-Mer, il se raccordera directement sur la RD11 grâce à deux carrefours giratoires. Sont également prévues, la construction de deux bretelles dans chaque sens de circulation, et l’instauration de deux gares de péage dans le sens Bandol/Toulon et Toulon/Bandol. «Il n'y aura pas de gare de péage pour ceux qui sortent de Bandol».

Protection des riverains


Si la réalisation de ce nouvel échangeur va considérablement améliorer la circulation au niveau de la sortie 13 ainsi que les accès aux communes d'Ollioules et de Sanary-sur-Mer, le programme comprend également une amélioration du cadre de vie des riverains, avec la mise en place de protections acoustiques grâce à l'allongement d'un mur déjà existant sur près de 440 m et par l'implantation de nouveaux écrans absorbants sur 420 m de long. Quant à la préservation de la ressource en eau, cinq bassins de récupération et de traitement absorberont de grandes quantités d'eau lors de fortes pluies, qui s'écouleront en milieu naturel et limiteront le risque de débordement. Concernant les désagréments causés par les travaux, ceux-ci s'effectueront le plus possible de nuit, pour moins entraver la circulation aux heures de pointe. Des déviations seront mises en place, et un arrêté municipal sera pris pour l’interdiction des poids lourds durant cette période.

Commencement des travaux


Pour Xavier Richer de Forges, Directeur des opérations de Vinci Autoroutes, le projet connaît maintenant une étape importante : «Il s'est fait longtemps attendre (27 ans), mais tous les obstacles ont été levés, le financement acté et enfin, l'échangeur a trouvé son aboutissement. Nous sommes dans les dernières phases d'études et comme nous le savons, ''le Diable est dans les détails'', d'où l'objet de cette concertation, au cours de laquelle nous revoyons le calendrier». Celui-ci- démarre donc à la fin du printemps avec les travaux préparatoires sur l'autoroute A50 et aux abords de la gare SNCF à Ollioules. Puis, à la fin de l'été, dès l'automne plus précisément, intervention sur la RD11, construction de deux ronds-points, mise aux normes des dispositifs de sécurité du pont de l’A50 et déplacement des réseaux (électricité, gaz eau). Enfin, il faudra tout de même attendre 1 an pour que démarrent les travaux de terrassement, d'aménagement des bretelles d’accès et des gares de péages, la mise en place des équipements de sécurité et la réalisation des chaussées. Ces derniers travaux dureront de début 2018 à mi-2019. La mise en service de ce nouvel échangeur se fera donc courant 2019. «Nous voulons être un partenaire du territoire dans cet aménagement», conclut Xavier Richer de Forges.

La question du péage


«Combien coûtera le péage ?». La question revient souvent. «Seul l'Etat fixe le prix, et seulement 15 jours avant la date de mise en service, donc on ne sait pas. Mais il est facile de faire une estimation en se basant sur celui de Bandol. On sait que le prix est calculé en se basant sur le linéaire. Entre Bandol et la sortie Pont des Gaux, le prix est de 1,30 €. Par conséquent, le prix de ce péage pourrait être autour de 0,90 €», répond Patrick Aptel. Pour certains, c'est le prix à payer pour ne plus rester bloqué dans les embouteillages. D'autres affirment qu'ils ne le prendront pas. Ce qui n'a pas l'air d'effrayer Xavier Richer de Forges : «Chaque jour, entre 26 000 et 28 000 véhicules empruntent cette voie. La RD11 est très saturée ainsi que les échangeurs Camp Laurent et Châteauvallon. Nous nous sommes basés sur le même flux de véhicules journalier, qui ne changera sans doute pas. Nous avons besoin du péage pour amortir le coût de la construction».

Chantal Campana, le 04 mars 2017

Pour voir le film de présentation du projet et avoir toutes les infos sur les travaux de l'échangeur d'Ollioules/Sanary-sur-Mer sur l'A50 :
www.a50-ollioules-sanary.fr

Autres photos:

Les travaux devraient durer deux ans Bien avant l'ouverture de la réunion, le public a pris place
Les travaux devraient durer deux ans
Les plus : aimés commentés lus