Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > Une cérémonie pour ne jamais oublier
Le 17. juillet 2016 à 17h01

Six Fours Vie de la cité Une cérémonie pour ne jamais oublier

Ce matin s’est tenue à Six-Fours la cérémonie à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites et aux « Justes ». L’attentat de Nice du 14 juillet dernier est aussi évoqué par le maire Jean-Sébastien Vialatte.

Le député-maire Jean-Sébastien Vialatte accompagné de Dominique Ducasse adjointe à la culture et Joseph Mulé, le 1er adjoint.

Le député-maire Jean-Sébastien Vialatte accompagné de Dominique Ducasse adjointe à la culture et Joseph Mulé, le 1er adjoint.

La cérémonie se déroule devant le monument aux morts de Six-Fours. Elle permet de rendre un hommage aux victimes des crimes racistes et antisémites et aux « Justes ». L’événement intervient dans un contexte particulier qui est celui de l’attentat de Nice du 14 juillet dernier. Le député-maire de Six-Fours Jean-Sébastien Vialatte est présent. Il est accompagné de Denis Perrier, adjoint délégué aux anciens combattants et d’Alain Trillat, président du Comité de coordination, pour chapeauter la cérémonie. Les élus sont également sur la place du monument aux morts. Les discours, les mots, résonnent tous un peu plus fort et font davantage réfléchir. Un instant solennel pour ne pas oublier ces crimes.

« Un devoir de transmission important »


Une gerbe pour le conseil municipal est déposée par Jean-Sébastien Vialatte, Joseph Mulé le 1er adjoint et Dominique Ducasse adjointe à la culture. Cette dernière lit ensuite le message du secrétaire d’Etat aux anciens combattants et à la mémoire Jean-Marc Todeschini. « Il y a 74 ans a eu lieu la rafle du Vel’ d’Hiv. 13152 juifs sont arrêtés et enfermés au Vélodrome d’Hiver », raconte-t-elle. Ces personnes sont internées à Drancy, Compiègne, Pithiviers et Beaune-la-Rolande dans des camps. Les déportations interviennent après, vers les camps d’extermination nazis comme Auschwitz. « Les "Justes" sont des personnes ayant aidé les juifs pendant la 2nde Guerre Mondiale. C’est la plus haute distinction dans l’Etat de l’Israël », explique Denis Perrier. Dominique Ducasse de terminer : « Le devoir de transmission est donc impératif, la barbarie ne meurt jamais ».

Des roses déposées


« Il ne faut pas céder au totalitarisme et à la terreur. Aujourd’hui les idéologies tuent tout le monde. Ne pas céder non plus aux diktats de ces personnes voulant nous imposer une vision de la vie », indique le député-maire de Six-Fours. D’abord sidéré puis en colère, Jean-Sébastien Vialatte appelle à la détermination : « Il faut défendre nos valeurs, la liberté, la tolérance. Il faut également garder notre mode de vie ». Il conclut son élocution avec un symbole fort : « Je ne suis pas Charlie, ni Paris et Nice… Je suis la France et je suis résistant ! » Une minute de silence est respectée. La Marseillaise est ensuite jouée et chantée. Des roses sont déposées par les autorités civiles et religieuses (catholique et hébraïque) ainsi que par le public pour rendre un hommage aux victimes de l’attentat de Nice.

, le 17 juillet 2016

Autres photos:

Les autorités civiles et religieuses ont déposé des roses devant le monument aux morts, un hommage aux victime de l'attentat de Nice. Le député-maire Jean-Sébastien Vialatte lors de son discours.
Les autorités civiles et religieuses ont déposé des roses devant le monument aux morts, un hommage aux victime de l'attentat de Nice.