Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > Un premier tour sans surprises mais riche d'enseignements...
Le 23. avril 2012

Six Fours Société Un premier tour sans surprises mais riche d'enseignements pour la suite

Les spécialistes de la politique locale n'ont pas été surpris par les résultats de Six-Fours mais en tirent déjà des enseignements pour les prochaines échéances

La vêrité va sortir des urnes à la halle du Verger

La vêrité va sortir des urnes à la halle du Verger

Il a fallu attendre près de 22h30 ce dimanche soir pour connaître les résultats officiels de cette éléction à Six-Fours. En effet le 1er bureau installé à l'hotel-de-ville mit beaucoup de temps pour dépouiller ses 830 bulletins, retardant d'autant la mise en place du bureau centralisateur seul habilité à enterriner les résultats des 31 autres bureaux de vote.
Des résultats qui n'ont guère surpris les spécialistes locaux qui savent bien que, dans cette ville ils n'ont jamais rien à voir avec les résultats nationaux. C'est ainsi qu'on retrouve un fort Front National avec une Marine Le Pen qui rafle plus du quart des suffrages, bien mieux que son père en 2007 (14,34) mais au même niveau que lui cinq ans plus tôt, lorsque celui-ci avait devancé Jacques Chirac. Cependant, cette fois-ci, Nicolas Sarkozy est largement devant avec près de 37% des suffrages, perdant néanmoins cinq points par rapport à 2007.
La gauche semble se satisfaire des 17,65% de François Hollande, plus d'un point de plus que son ancienne compagne en 2007, et surtout des 7,86% de Jean-Luc Mélanchon dans une ville peu encline à voter à gauche de la gauche.
La grande déception touche deux camps : les écologistes qui voient Eva Joly stagner sous la barre de 2%, et les fidèles de François Bayrou qui passe de 15,75% en 2007 à 7,26% cette fois-ci.

Les législatives en ligne de mire


Jean-Sébastien Vialatte le premier a suivi avec grande attention - et avec grande sérénité - ces résultats sur le tableau géant déployé dans la salle du Conseil : "je m'attendais à de tels chiffres à l'issue de cette campagne plus que haineuse au cours de laquelle Nicolas Sarkozy a dû faire front à l'ensemble des autres candidats et à une grande partie des médias. Le deuxième tour n'est pas plié car François Hollande n'a pas autant de voix en réserve que prévu puisque Jean-Luc Mélanchon n'est pas aussi haut qu'il l'espérait. D'autre part le vote protestataire des électeurs de Marine Le Pen devrait se transformer en un vote utile au deuxième tour. Quant à la suite, je ne suis pas non plus particulièrement inquiêt : on s'achemine vers une triangulaire au deuxième tour de Législatives et je ne pense pas être le plus mal loti dans ce cas là, et pour les mêmes raisons".
Frédéric Boccaletti, secrètaire départemental du Front National était, lui, aux anges en compagnie de ses sympathisants à la permanence Six-Fournaise du parti.
A l'annonce des premières estimations peu avant 20h il nous a adressé ses premières impressions: " Pour moi c'est la confirmation de ce que l'on a pu entendre sur le terrain... A titre personnel, dès demain matin (lundi), nous nous préparerons pour les élections législatives dans le Var. Avec pour objectif de mettre à la retraite les 7 députés UMP. Car si M.Sarkozy perdait l'élection présidentielle, il est certain que ce serait l'implosion de l'UMP avec une désertion possible de ses représentants. Je ne crois pas qu'ils seront d'ailleurs tous présents au deuxième tour. Et ceux qui portent les plus grosses responsabilités devront rendre des comptes sur leur bilan. Je parle ainsi de M.Ginesta, président départemental de l'UMP ainsi que de M.Vialatte, son secrétaire départemental."
Ladislas Polski, le jeune candidat venu de la région niçoise représenter le courant Chevènementiste dans les rangs socialistes dans cette prochaine élection législative, est lui aussi persuadé d'une trangulaire au deuxième tour : "dans cette optique, il faut compter sur un rassemblement de toutes les forces de gauche et aussi un sursaut républicain car le succès de Marine Le Pen dans cette région est une blessure qui ne pourra cicatriser que gràce au rassemblement de la gauche et à la prise de conscience des électeurs du Front National que leur vote est stérile."
Ce premier tour, on le voit, n'est qu'une premlière étape.

D.C et J.B, le 23 avril 2012

Autres photos:

Jean-Sébastien Vialatte semble serein avant la clôture du scrutin Ladislas Polski (socialiste) confiant pour la suite Frédéric Boccaletti (Front National) était aux anges Au Brusc, on est venu tôt pour voter
Jean-Sébastien Vialatte semble serein avant la clôture du scrutin