Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > Un monstre sacré sur la scène de l’Espace Malraux
Le 10. octobre 2014 à 23h13

Six Fours Musique Un monstre sacré sur la scène de l’Espace Malraux

Hier soir, la sensation Jazz du moment, Grégory Porter, jouait à guichets fermés. Porté par la poésie et le timbre exceptionnels du colosse à la voix de velours, le public a fini debout pour l’ovationner.

Vêtu de son traditionnel costume 3 pièces et coiffé de sa légendaire chapka, ce monstre californien, doté d’une présence impressionnante, s’avance sur scène. Aussitôt, le baryton, à la carrure de footballeur américain, en impose ; flegme et puissance se dégagent du personnage. L’une des plus belles voix Jazz de la dernière décennie vient de faire son apparition et déjà le public de l’Espace Malraux vibre aux sons de la musique et de la poésie du compositeur qui livre son expérience à travers des textes poignants et sensibles.

Un live d'une grande qualité musicale


Durant le concert, le chanteur de Jazz, nourri à la soul et au gospel (sa maman est pasteur en Californie) laisse toute sa place à l’orchestration. Ses musiciens, le pianiste et directeur musical Chip Crawford, le batteur Emanuel Harrold, le bassiste Aaron James et le saxophoniste alto Yosuke Sato, sont au diapason.
Le public, fasciné par les solos remarquables du pianiste et du saxophoniste, applaudit largement ces performances musicales.
Sur scène les morceaux s’enchainent, ceux issus de son dernier album « Liquid Spirit » : "musical genocide", "wolfcry", "liquid spirit" mais aussi le fameux Be Good ou On my Way to Harlem tirés des albums précédents. Des chansons engagées ou plus romantiques imprégnées de douceur et d’humanité dans lesquelles il offre avec authenticité ses émotions, ses questionnements, ses doutes.

Un public sous le charme


A la sortie du concert le grand homme, accueillait son public avec la même disponibilité, signant des autographes, prenant des photos, un sourire communicatif aux lèvres : « c’est une voix hors du commun, il s’en dégage une technicité, un timbre, un groove qui font pâlir n’importe quel chanteur !
Merci à l’Espace Malraux pour cette programmation» dira un fan à la sortie du concert.

A.N, le 10 octobre 2014

Autres photos: