Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Le Brusc > Six-Fours : Les collégiens de 4ème en stage d’observation...
Le 18. décembre 2009 à 14h00

Le Brusc Société Six-Fours : Les collégiens de 4ème en stage d’observation cette semaine

Stage obligatoire en 4ème ou en 3ème selon les régions, il permet aux jeunes adolescents d’approcher le monde du travail et de découvrir un métier.

Un collégien stagiaire, naissance d'une vocation?

Un collégien stagiaire, naissance d'une vocation?

Il ne s’agit en aucune manière d’un stage pratique mais plutôt d’un temps d’observation. Le tout est d’ailleurs très strictement encadré par l’éducation Nationale. Lors du stage, le jeune observe, aide et accompagne les professionnels dans leurs différentes tâches, il rédige ensuite un rapport que ses professeurs corrigeront et noteront. Au printemps le « Trophée des Collèges » décernera un prix aux meilleurs d’entre eux.

Bravo aux commerçants, artisans et entrepreneurs de Six-Fours et de la région qui ouvrent si facilement leur porte à ces adolescents souvent intimidés et sages comme des images. Leurs professeurs ne les reconnaitraient sans doute pas !

Un exemple : cuisinier


C’est la « pose hivernale », un temps plus calme qui permet à Gaëtan Gevaert, Chef du restaurant La Plage au Brusc, et son second, Christopher Drugeon, de prendre sous son aile un stagiaire. Cette semaine, Vincent Halteau, un jeune de 14 ans scolarisé au Collège Font-de-Fillol, est à la cuisine : « Ce matin j’ai épluché des carottes, j’ai lavé des poissons et des moules, je préfère ça à la coupe d’oignons ou de copeaux de parmesan. Je fais aussi la vaisselle, je range les couverts dans le lave vaisselle. J’ai choisi de faire un stage au restaurant parce que je suis gourmet et j’aimerais apprendre à faire de la cuisine raffinée »

Lors de ce stage, le jeune garçon a réalisé que le plus difficile dans ce métier « c’est qu’on travaille quand les copains s’amusent et qu’il ne faut pas compter les heures, les odeurs aussi parfois peuvent être pénibles de bon matin ! ». Mais malgré ces contraintes, son sentiment est sans appel « Ce stage m’a encore plus donné envie d’en faire mon métier ! » Et si vous lui demandez : Alors, que préfères-tu ? Aller au collège ou travailler ?, aucune hésitation dans la voix : « Je préfère travailler parce qu’au collège on est assis toute la journée et c’est toujours pareil. Ici on fait plein de choses différentes et on ne s’ennuie pas ».

Des animations pour
attirer les clients


Il n’est pas toujours facile pour les restaurateurs de garder la cadence en cette saison hivernale. Les clients se font rares et il faut parfois imaginer des animations pour les attirer.
Gaëtan Gevaert, le Chef du restaurant, nous le confirme : « ce qui est difficile en saison basse c’est de gérer les couverts, on peut passer de 4 à 20 couverts d’un jour à l’autre et il faut éviter les pertes, tout en proposant une carte variée. Lorsque nous faisons des animations c’est beaucoup plus simple car les clients réservent à l’avance. »

Ce vendredi soir, le restaurant propose ainsi une soirée karaoké, avec un menu tout spécialement préparé à 22 euros et espère ainsi remplir un peu plus sa salle. Pour le moment 30 couverts sont réservés, ce qui n’est pas si mal pour la période. En hiver, il peut n’y avoir que 4 clients alors qu'en été les cents couverts sont atteints quotidiennement. Entre une période et l’autre le personnel varie de 4 à 11 personnes.

Le stress, c’est ça qu’ils aiment !


Voilà deux ans que Valérie et Philippe Levray, ont investi dans ce restaurant, après 3 ans et demi de gérance à l’OM café, sur le vieux port de Marseille; une très grosse entreprise avec 21 employés et 250 couverts servis au quotidien. Au Brusc ils ont retrouvé un peu plus de tranquillité et de temps pour la vie de famille : « Nous faisons des soirées spéciales pour animer un peu notre restaurant et le quartier. C’est le bouche à oreille qui fonctionne ».

Mais pas de souci pour ces deux restaurateurs et leur Chef, le printemps arrive vite, et l’activité avec : « C’est ça qu’on aime ! Quand il y a du stress et qu’on est tous sur le même bateau ! Ca nous rapproche et ça crée des liens plus étroits entre nous » conclue Valérie Levray.

A.I., le 18 décembre 2009

Autres photos:

De gauche à droite: Christopher Drugeon, Gaëtan Gevaert, le Chef, et Vincent Halteau, Collégien stagiaire. Philippe Levray, Propriétaire du restaurant La Plage: « Le stress, c'est ça qu'on aime! »
De gauche à droite: Christopher Drugeon, Gaëtan Gevaert, le Chef, et Vincent Halteau, Collégien stagiaire.