Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > Un nouveau défi pour Pascal
Le 21. août 2013 à 16h50

Six Fours Extrêmes Un nouveau défi pour Pascal

Pascal Hermer, 53 ans et l’énergie intacte, a perdu l’usage de son bras gauche à 28 ans après un accident de moto. Nous l’avions suivi en novembre 2012 lors de sa participation au Raid Quad Passion Magazine (QPM) qui se déroulait au sud du Maroc. Il collabore depuis à la rédaction de six-fours.net. Aujourd’hui encore il se lance un nouveau défi en participant aux 24h du Mans Karting Compétition dans une équipe 100% handi et concourra aux côtés de pilotes valides. Une première en France!

Pascal Hermer pendant les entraînements

Pascal Hermer pendant les entraînements

Cette fois-ci Pascal n’a pas eu besoin de chercher bien loin son nouveau défi, ce sont les organisateurs de la compétition des 24h du Mans Karting qui lui ont proposé de participer à cette aventure inédite en France : un équipage 100% handi concourra aux côtés d’équipes valides pour cette grande épreuve d’endurance inscrite à la coupe d’Europe de karting. L’idée a pu se concrétiser grâce à la persévérance et au parrainage du coureur de F 1 Philippe Streiff, tétraplégique suite à un accident lors des essais du GP du Brésil en mars 1989, créateur par ailleurs du Bercy Karting, et de Jacky Foulatier, l’un des organisateurs de cette compétition.

Un équipage chevronné


Dans l’équipage, quatre têtes brûlées au beau palmarès : Claude Zéfirini (champion de France Handikart 2012), Enzo Zéfirini (ancien champion de France minime et cadet), Melwynn Rodriguez (à l’origine du projet et créateur de l’association handikart racing) et Pascal Hermer ( vice-champion de France handikart 2011, 4ème à la coupe de France handikart 2012 et champion d’Europe 97).
La course se déroulera du 31 août 15h au 1er septembre 15h sur la piste Alain Prost du Mans avec 35 à 40 équipes qui s’affronteront 24 heures durant. L’équipage handi disposera de deux karts aménagés et deux karts classiques pour une course par relais de 45 minutes, chaque pilote effectuant donc huit relais et un total de 6h de conduite.

Des semaines d’entraînement...


« Lorsqu’on m’a proposé de participer à ce défi j’ai dit aussitôt oui, après j’ai eu peur car je ne savais pas si j’en étais capable » avoue Pascal. Pour se donner toutes les chances, il s’entraîne donc activement depuis deux mois : un kilomètre de nage par jour, 20 minutes d’abdos et de musculation du cou, trois entraînements par semaine avec 45 minutes de kart non-stop à chaque fois et bien sûr, un régime adapté élaboré par une diététicienne. Sa volonté de fer lui a aussi permis de trouver le soutien de sponsors* que Pascal est allé chercher tout seul. Parmi eux, le Karting de Six-Fours, dirigé par Philippe Prissette qui lui met à disposition deux fois par semaine le circuit et un kart : « je connais Pascal depuis l’ouverture de mon circuit et j’ai tout de suite accepté de le soutenir, c’est une épreuve très dure physiquement mais je sais qu’il a toutes les capacités pour finir la course et ne pas arriver dernier ! ».
L’épreuve est de taille et Pascal, fort de son expérience, compte bien relever ce nouveau défi: « j’ai découvert le kart sur le circuit Paul Ricard en 1991 après mon accident, j’y ai pris goût et un an plus tard, à 33 ans, j’achetais mon premier kart . Voilà 22 ans que cette passion ne me quitte plus ! ».

...pour résister à l’épreuve


Pascal s’élancera sur la piste à 150km/h dans un véhicule à la direction très dure et sans amortisseur; il devra résister avec son unique bras à la pression exercée par la vitesse sur son corps et notamment le cou, aux vibrations, à la chaleur et devra garder la concentration 45 minutes durant. « Le plus dur c’est au petit matin, la nuit est longue, et les 12 dernières heures sont très difficiles, le danger ce sont les crampes dans le cou et les mollets ! Mais entre chaque relai nous avons deux heures de pause pour des séances kiné, nous restaurer et dormir un peu».
Le plus gros risque, Pascal le connaît. Les karts de compétition, contrairement aux karts de location, n’ont pas de protection au niveau des roues, il suffit d’heurter la roue d’un autre pilote pour faire un tonneau. Mais Pascal a le tempérament optimiste : « on ne sera sans doute pas premiers mais je compte bien aller jusqu’au bout de la course et arriver avec mon équipe dans la première moitié! ». Ce qui est certain, c’est que nous suivrons pas à pas son défi et que nous vous donnerons de ses nouvelles !

*Six-Fours Handisport, les restaurants Quick du Mans, Redbull.

(voir notre article précédent)

A.I, le 21 août 2013

Plus d'infos:

Autres photos:

Philippe Prissette (à g.), du karting de Six-Fours,  met à disposition de Pascal le circuit et un kart pour les entaînements En entraînement sur la piste de Brignoles
Philippe Prissette (à g.), du karting de Six-Fours, met à disposition de Pascal le circuit et un kart pour les entaînements