Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > Natura 2000 change de gouvernance
Le 21. octobre 2014 à 18h02

Six Fours Environnement Natura 2000 change de gouvernance

Le Comité de Pilotage Natura 2000 s'est déroulé le 17 octobre dernier en présence des instances concernées dont la Préfecture Maritime et la ville de Six-Fours . Une réunion annuelle présidée par Jean-Sébastien Vialatte, en présence de Myriam Sibillotte pour la Préfecture Maritime, de Marion Clément pour TPM, du premier adjoint Joseph Mulé , d'élus et de présidents d'associations bruscaines, qui a permis de dresser le bilan des actions menées pour préserver la lagune du Brusc.

Joseph Mulé, 1er adjoint:  « Nous sommes mis devant une situation de non choix »

Joseph Mulé, 1er adjoint: « Nous sommes mis devant une situation de non choix »

Le site Natura 2000


Il s'étend sur 486 hectares et regroupe la lagune et les hauts fonds de l'archipel des Embiez jusqu'à -30mètres. Il a été retenu pour l'herbier de posidonie qui couvre près de 78% du site et une lagune méditerranéenne de 35 hectares. Ses objectifs : actions en faveur de la conservation des habitats et des espèces, actions concernant la communication et l'animation, actions en faveur du maintien de la concertation avec les usagers du site.

Changement de gouvernance


Cette année Natura 2000 change de gouvernance au profit d'une nouvelle instance, les AMP (Agence des Aires Maritimes Protégées), nous confiait Joseph Mulé, 1er adjoint, : « Nous sommes mis devant une situation de non choix », regrettait-il. En effet de nouvelles dispositions concernant l'animation du site Natura 2000 qui revenaient jusque là à la ville seront mises en place à compter de janvier 2015. La gouvernance sera assurée par l'AMP, la commune bénéficiera de son soutien technique à raison de 30 jours par an...ce qui paraît bien peu sur une année.
En clair, la commune de Six-Fours ne sera plus la structure animatrice du site, elle ne se chargera plus de la rédaction des rapports et actes administratifs, des actions d'information, de formation et de sensibilisation, du suivi scientifique et de l'évolution écologique, des bilans et évaluations. Son rôle se cantonnera à celui de la gestion opérationnelle : des patrouilles nautiques assurées sous la houlette de Paule Zucconi, garde côte, qui permettent de faire de la prévention en rappelant la fragilité du site (respect de la réglementation et de l'environnement auprès des plaisanciers) et de la répression, si besoin.
« 30 jours de soutien technique, c'est trop peu pour agir vraiment sur le site , constate Joseph Mulé, mais nous avons tant investi matériellement et en personnel que nous ne pouvons pas nous désengager aujourd'hui. »
La ville devra donc faire avec « les moyens du bord » (revus à la baisse) consentis par l'Etat...crise oblige encore une fois !
La ville a cependant demandé que les nouvelles missions de chacun soient clairement définies via une convention tripartite signée entre la commune, le Conservatoire du Littoral et la toute nouvelle Agence des Aires Marines Protégées.

Actions mises en oeuvre


Ceci n'a pas empêché les intervenants de la ville de rendre compte de l'avancée des actions définies en 2012 (date de la dernière réunion de co-pilatge) pour  2013/2014 : les actions d'information , de communication et de sensibilisations opérées sur le site (édition et diffusion de de plaquettes, panneaux d'informations en bordure de la lagune, présence humaine sur le site , expositions, journées découverte, outils pédagogiques...) et le suivi scientifique avec la collaboration de diverses associations, organismes et scientifiques concernant la présence des algues macrophytes à caractère invasif, l'observation de la grande nacre, le plus grand coquillage protégé de la Méditerranée , la nursery de l'Institut océanographique, la protection des larves dans le port du Brusc, et l'étude des causes de l'ensablement de la lagune...

L'ensablement de la lagune, où en est-on?


Une première étude a été financée en 2013 sur les causes de l'ensablement à l'issue de laquelle il a été décidé de ne pas recharger en sable pendant deux années la plage du Cros. Une deuxième étude a alors été menée portant sur l'évolution du trait de côte de la plage du Cros. Les conclusions de cette étude indiquent que « les rechargements de la plage du Cros n'ont pas entraîné d'engraissement notable du littoral par avancée de la laisse de mer, mais plutôt un engraissement vertical. Le sable rechargé se retrouvant dans la partie immergée de la plage » . Deux hypothèses majeures restent d'actualité quant à l'ensablement de la lagune : une arrivée principalement par les passes sud de la lagune et une entrée des sables favorisée par le chenal naturel immergé au sein des posidonies situé au niveau du port du Brusc.

Le mouillage dans la zone d' AOT du Brusc


La commune veut mener une politique de préservation des bateaux patrimoniaux. Le renouvellement de l'AOT a été obtenu pour 5 ans . A ce jour il y a 92 bateaux ancrés dans la lagune dont 53 patrimoniaux . Lors du dernier conseil municipal du 15 septembre, il a été délibéré qu'une liste d'attente serait mise en place pour accueillir un petit nombre de bateaux patrimoniaux en remplacement des bateaux à coques plastiques. Ces derniers seront accueillis dans la zone portuaire à l'issue des travaux du port du Brusc (nouvelle panne).

A.I, le 21 octobre 2014