Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > L’ambition du PCF : réindustrialiser le Var
Le 7. mars 2015

Six Fours Elections départementales L’ambition du PCF : réindustrialiser le Var

Rencontre avec les candidats PCF-Front de gauche pour La Seyne 2. Au-delà du canton 17, une ambition affichée pour le Var : relancer l’économie du département en y attirant des industries et des entreprises.

Solange Thubert et Louis Cabras.

Solange Thubert et Louis Cabras.

Un air de campagne


A la permanence du Parti communiste français de La Seyne sur mer, on s’active, on se répartit les tâches : le tractage, les affiches… Sont présents les candidats de La Seyne 2 aux départementales, Solange Thubert et Louis Cabras, et les Janine Lecler et Rémy Dimier, mais également l’adjoint aux affaires scolaires Christian Barlo, chargé de la communication pour ces élections, le conseiller municipal Robert Tesseire, plus d’autres venus prêter main forte pour la campagne.

Qui sont les candidats ?


Solange Thubert était factrice à Saint Mandrier, Louis Cabras ouvrier des chantiers navals puis professeur technique. Janine Lecler était chef d’entreprise et chargée de mission pour le Pôle Emploi de publics en très grande difficulté. Elle est passée du PS au PCF après les dernières municipales. Rémy Dimier a 23 ans et est en stage de formation d’ambulancier. L’interview avec les candidats commence enfin sur le mode de la discussion à bâtons rompus entre tous les présents.

«Le département comme régulateur des inégalités »


Les compétences de la future assemblée départementale ne sont pas encore définies. « On ne sait pas encore qui va s’occuper des collèges, des routes, etc. Les compétences seront déplacées sans que les finances suivent, car la dotation de l’Etat diminue. » Qui plus est, la loi de départementalisation, visant à abolir les départements, est débattue en ce moment, ce qui démoralise les électeurs. « Elle sera sûrement votée entre les deux tours ou même après l’élection. » Le département et son assemblée constituent le tampon entre l’Etat et les collectivités locales comme les mairies. Ils servent à réguler les inégalités. Louis Cabras est catégorique : « Qu’on ne touche pas à nos départements ! »

Priorités


Premier combat, se battre contre la baisse des dotations, « ce que ne font ni la droite ni le Parti socialiste. » Sans argent en effet, les collectivités locales ne construieront plus, ce qui sera catastrophique pour le BTP. « On prévoit 350 000 suppressions d’emploi dans ce secteur. »

« Avec le peu d’argent que l’on aura », les priorités sont le social, l’éducation et la santé. « Les collèges sont à l’abandon. Il n’y a même pas un ordi par élève », s’offusque Janine, en proposant que l’on offre aussi un livre scolaire à chaque enfant. Les candidats estiment que la mortalité causée par l’épidémie de grippe en cours est due au manque de personnel. Regrettant la fermeture de la maternité à La Seyne, Solange propose la construction d’une Maison de santé. D’autres projets touchent à la gratuité des transports, aux crèches et aux maisons de retraite prises en charge par le département, aux terrains partagés et aux terres agricoles permettant au canton de respirer et de consommer local...

Logements sociaux: il n'y a pas que La Seyne


Sur les 10 000 logements sociaux du Var, 5 500 sont à La Seyne. « J’ai demandé l’arrêt de la construction des logements sociaux en conseil municipal », affirme le conseiller municipal Robert Tesseire, « pour que l’Etat et le Préfet prennent en considération le reste du département. » En effet, le taux de pauvreté est très élevé à La Seyne. Seulement une personne sur deux y paierait l’impôt sur le revenu. « 75% de la population pourrait prétendre à un logement social » , affirme Robert Tesseire.

Développement industriel


« On ne peut pas être contre le tourisme, mais il ne peut y avoir que cela. Le tourisme ne fait pas vivre. » Louis Cabras nous incite à nous rappeler que le point fort du département a longtemps été l’industrie primaire : « La rade de Toulon possédait un savoir-faire sans égal. » Il demande à ce que les brevets des bureaux d’étude, vendus à l’international, reviennent. Avec ses 26 kilomètres de côte, La Seyne offre des opportunités sans pareille. Janine renchérit : « Les trois pôles de la mer, du rail et de la route peuvent attirer des entreprises de petite et moyenne importance et leurs cadres. Les populations modestes ne trouveront elles pas à se loger... » L’Europe impose aux états de détruire les navires qu’ils ont construits. Pourquoi ne pas obliger la DCNS de détruire une quinzaine de navires dans des conditions de sécurité maximales ?

L’objectif des candidats PCF-Front de gauche est donc de réindustrialiser les terrains qui restent, « à condition que les industriels ne distribuent pas les dividendes aux actionnaires. » Et Robert Tesseire de citer le refus du Préfet du Var de donner le nom des entreprises ayant reçu des aides. Selon lui, la CNIM aurait perçu 800 millions d’euros et la DCNS 30 millions. Or il y aurait 87 suppressions d’emplois dans la première et 200 dans la seconde… Le PCF s’insurge contre le tout-privatisé qui entraîne la baisse des salaires et l’augmentation de la richesse des actionnaires.

Fallait-il y aller ou pas ?


Avec peu de chances de remporter les élections départementales dans le canton 17, le PCF devait-il se présenter ? « La politique de la chaise vide est mortifère », répond Janine. « Même s’il s’agit d’une élection locale, l’enjeu est national : il s’agit de reconstruire la gauche. » Les candidats communistes misent sur l’avenir. Après l’« implosion » du PS, qui ne saurait tarder, ils participeront à la reconstruction de la gauche renouvelée pour la prochaine échéance locale en 2020.

, le 07 mars 2015

Autres photos:

De gauche à droite, Louis Cabras, Solange Thubert, Janine Lecler et Rémy Dimier.
De gauche à droite, Louis Cabras, Solange Thubert, Janine Lecler et Rémy Dimier.