Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > Un Espace André-Malraux plein à craquer pour recevoir...
Le 12. mars 2011 à 21h30

Six Fours Élections cantonales Un Espace André-Malraux plein à craquer pour recevoir Marine Le Pen

C'était le grand rendez-vous de la semaine pour les militants et candidats FN avec la venue de Marine Le Pen samedi soir. Frédéric Boccaletti est intervenu avant que la présidente du FN ne prenne durant une heure la parole.

Marine Le Pen devant un pupitre avec l'emblème de la ville de Six-Fours. C'est une première...

Marine Le Pen devant un pupitre avec l'emblème de la ville de Six-Fours. C'est une première...

Un petit comité attendait la présidente du Front national à l'extérieur et il était composé, des Jeunesses socialistes, du Parti communiste, d'Europe écologie ou d'autres venus pour ce "rassemblement citoyen".
Avant de pénétrer dans la salle Malraux, il fallait faire patte blanche en montrant son sac devant un imposant service de sécurité.
En attendant la venue de Marine Le Pen, la jeune Christelle a proposé la reprise de titres bien connus et a entonné "Aimer la France : "Fier d'être français... dans les lycées les professeurs sont agressés... dans les cités les flics sont caillassés". De quoi mettre dans l'ambiance avec la vente de pin's aux couleurs du FN, des drapeaux tricolores tenus fièrement par les militants et des brassards portés par le DPS, service d'ordre du FN. Il y avait foule, les gens devant même rester debout. Dans la salle, des militants, des sympathisants, de nombreux Six-fournais, certains justifiant leur présence: "je viens juste par curiosité" dit un six-fournais. Et à ce rythme là, les curieux étaient très nombreux...
Frédéric Boccaletti, conseiller régional et candidat pour le canton de Six-Fours a présenté tous les candidats du département dont Grégory Gennaro, en lice dans le canton d'Ollioules. Ensuite le conseiller régional a débuté: "Votre présence confirme que le FN a le vent en poupe" et de dénoncer l'insécurité qui régnerait dans le département, "plus de vols, d'agressions... seul le FN apporte des solutions concrètes".
Il a abordé le problème du chômage, de la paupérisation des Varois, et s'est attaqué au bilan d'Hubert Falco qui selon lui, malgré ses échecs répétés n'aura connu que des promotions. Il a fait aussi appel à l'histoire en s'en prenant à la FNACA (association d'anciens combattants d'Algérie) qui célèbre l'anniversaire du cessez-le-feu de la guerre d'Algérie le 19 mars 1962. C'était pour lui une bonne occasion d'inviter les pieds-noirs à voter Front national.

La présidente du FN ovationnée par la salle


Elle était attendue et tous n'ont pas manqué de l'ovationner. Elle a dressé dans un premier temps un bilan de la situation économique et sociale, évoquant la crainte des citoyens d'un "déclassement social", vivant dans un pays n'étant plus "qu'un espace administratif... un distributeur automatique d'avantages sociaux".
Marine Le Pen a critiqué véhément la mondialisation, la financiarisation de l'économie et insisté sur le fait que pour le FN "la Nation est le cadre naturel de l'homme". Et le public a commencé à s'emballer lorsque le thème de l'immigration a été abordé, avançant des chiffres que le ministre de l'Identité national n'aurait jamais révélé: "200 000 cartes de séjours ont été distribués en 2010". Elle a fait également des pronostics pour l'année à venir avec les événements actuels dans le monde arabe. Elle a amusé ensuite le public en évoquant quand même des baisses: "baisse des reconduites à la frontière,8,3%; baisse du démantèlement des filières clandestines, -17%...". Elle a critiqué grandement la politique de Nicolas Sarkozy qui "a perdu tout prestige", évoquant "la déroute morale de nos dirigeants", déplorant "un gouvernement somnolant et autiste". Elle a mis le PS dans le même sac sur l'immigration parlant d'UMPS. Elle a fait des propositions pour les reconduites à la frontière souhaitant des accords bilatéraux avec l'Italie et l'Espagne, et non attendre l'accord des 25. Le public acquis à sa cause l'a applaudi encore plus lorsqu'elle a agité le danger du projet d'Etat "d'installation massive" d'immigrés sur le territoire et "la disparition progressive du peuple français par dilution. Nous ne pouvons pas l'accepter". Elle a appelé tout le monde à se mobiliser pour les cantonales. La réunion publique s'est terminée par une ovation, certains scandant "Marine Le Pen présidente", avant que la foule entonne la Marseillaise.
On peut dire que ce meeting a été un grand succès pour la présidente du Front national qui chaque fois mobilise de nombreux journalistes et cette fois était même présente une équipe d'une télé italienne venue la filmer car dimanche elle doit se rendre sur l'île italienne qui reçoit des vagues d'immigrés venant de Tunisie, Égypte et Libye.

D. D. et P. Ch., le 12 mars 2011

Autres photos:

"La vague bleu Marine" et drapeaux pour ovationner Marine Le Pen Une salle archi-comble. La Marseillaise a été entonnée.
"La vague bleu Marine" et drapeaux pour ovationner Marine Le Pen