Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > Dernière réunion publique de Nathalie Bicais et Joseph...
Le 18. mars 2015 à 01h07

Six Fours Elections départementales Dernière réunion publique de Nathalie Bicais et Joseph Mulé

C'était la dernière réunion publique des candidats UMP aux élections départementales pour le canton qui réunit les villes de Six-Fours, La Seyne sud et Saint Mandrier.

Nathalie Bicais et Joseph Mulé

Nathalie Bicais et Joseph Mulé

Une fois n'est pas coutume, Jean-Sébastien Vialatte n'était pas sur le devant de la scène. C'est lui qui, en tant que candidat suppléant mais aussi Député-maire, ouvrit pourtant cette dernière réunion avant les élections du dimanche 22 mars pour soutenir les candidats, futurs décideurs au niveau départemental des grands dossiers concernant le social, le développement économique et touristique, les transports, les routes et les collèges. Une élection qui selon les sondages annonce une abstention record pour laquelle tous les candidats de droite comme de gauche n'ont cessé d'expliquer l'importance de son enjeu local.

Jean-Sébastien Vialatte


D'entrée de jeu Jean-Sébastien Vilatte, candidat suppléant, opposa le « calme, la sérénité , la détermination et la responsabilité » des candidats de son bord à la « polémique, la  pasionaria , la diatribe, la grandiloquence » de son premier adversaire, le Front National, faisant allusion au passage la veille de Marine Le Pen dans cette même salle Malraux. : « Il ne s'agit pas pour cette élection de quitter l'Euro, de fermer les frontières, de cumuler les mandats » dira-t-il à leur enseigne, mais de parler de réalisations concrètes opérées par le département à Six-Fours comme le nouveau collège Reynier, le cinéma, la promenade du bord de mer, les maisons de retraite, l'aide au handicap, le soutien aux personnes âgées et aux familles en difficulté ou encore l'aide aux associations. Et de citer les projets tout aussi concrets à venir : la rénovation de l'avenue de la Mer, la construction d'une nouvelle école maternelle, la rénovation du port du Brusc, le nouvel échangeur autoroutier, le pont sur la Reppe, l'amélioration de la circulation entre Six-Fours et les Sablettes, l'entretien du Cap Sicié, les crèches, le soutien aux anciens et aux accidentés de la vie...

Nathalie Bicais


Nathalie Bicais insista davantage sur son « équipe de terrain » composée de Joseph Mulé et Jean-Sébastien Vialatte pour Six-Fours, Valérie Chambelland pour Saint Mandrier et elle même pour La Seyne sud, et sa « volonté de construire autour d'une même identité ». Elle fustigea les « atermoiements du gouvernement qui  devait supprimer le Conseil général et qui l'a modifié à la marge »,regrettant le manque d'information de la population qui « conduit à l'abstention et au vote sanction ». Elle évoqua la difficulté à rendre visibles les actions menées sur le long terme par le département, des actions gérées « dans la discrétion », elle énonça à nouveau les grandes lignes du futur Conseil départemental et regretta « l'impréparation » du nouveau découpage des territoires et les « revirements » du gouvernement sur les compétences du Conseil départemental et « les médias qui se servent du FN pour faire de la politique spectacle ».

Joseph Mulé


Joseph Mulé abonda dans son sens critiquant le gouvernement qui « a préféré conserver le Conseil général en modifiant simplement son nom en Conseil départemental .» Il dénonça le nouveau découpage cantonal qui intégrera la parité et permettra d'élire « non plus un, mais deux conseillers départementaux », nouvelle configuration peu propice à l'économie de budget . Un découpage qui selon lui sert la « stratégie politique du gouvernement opposant chaque fois que cela est possible des élus sortant de la même famille politique »
Faisant écho aux propos introductifs de Jean-Sébatien Vialatte, il opposa son travail de proximité, en tant que Conseiller général sortant, à la « politique politicienne » de son adversaire Frédéric Boccaletti. Il rappela que la compétence première du Conseil départemental n'était pas la sécurité, ni la politique d'immigration, toutes deux relevant de l'Etat, mais qu'elle était celle de « conduire la politique des solidarités, de rénover les 70 collèges du Var, d'améliorer nos routes départementales, de créer des pistes cyclables, de mieux circuler de soutenir les actions culturelles et sportives de nos communes, de maintenir des personnes âgées en perte d'autonomie à leur domicile, de soutenir la création de places dans les Foyers d'Accueil Médicalisés, de soutenir la promotion touristique, de préserver notre environnement en créant de nouveaux espaces naturels sensibles .»

Enfin il rappela solennellement à ceux qui ne veulent pas voter par colère ou veulent sanctionner les politiques par un vote extrême, que ce sont eux mêmes qu'ils sanctionnent, que ce sont leurs enfants qu'ils sanctionnent. »

A.I, le 18 mars 2015

Autres photos:

Les jeunes UMP Nathalie Bicais