Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > Soldats, au Front !
Le 6. janvier 2015 à 09h21

Six Fours Départementales Soldats, au Front !

Le FN affiche son ambition de remporter le canton de La Seyne-sur-Mer 2, entre autres. Il a lancé sa campagne électorale pour les départementales lundi 5 janvier à Six-Fours en présentant ses candidats avec un maître mot : le travail.

Dominique Granet et Frédéric Boccaletti, les candidats frontistes du canton La Seyne-sur-Mer 2.

Dominique Granet et Frédéric Boccaletti, les candidats frontistes du canton La Seyne-sur-Mer 2.

Ils étaient venus des cantons voisins soutenir les candidats de celui de La Seyne-sur-Mer 2: Damien Guttierez et Virginie Sanchez de La Seyne, David Guis et Muriel Fiol d’Ollioules, Richard Camus du Beausset… La réunion était présidée par Laurent Lopez, conseiller général de Brignoles, seul élu frontiste du Conseil général du Var. Il a commencé sur une note optimiste : « Je pressens que nous sommes à la veille de grandes choses, le destin ou la providence », avant de présenter les deux candidats pour La Seyne-sur-Mer 2.

La « guerrière » Dominique Granet


« Ma Dominique est une femme effacée et modeste, une vraie guerrière qui ne lâche rien ». Frédéric Boccaletti, quant à lui, a rajouté : « C’est une femme, mais elle en a aussi dans le pantalon. » C’était le premier discours de Dominique Granet. Conseillère municipale à La Seyne, elle travaille à la CPAM de la cité Berthe : « J’ai cette chance… Voilà pourquoi je suis là. » Elle a évoqué les logements sociaux prévus à Fabrégas : « Encore faut-il qu’ils soient attribués à nos compatriotes ». Se voulant la porte-parole des bannis et des oubliés du système, elle soulignait : « Il y a les uns et les autres… » « Mulé-Bicais sont le passé. Nous sommes l’avenir », a-t-elle conclu.

« Notre patron, Frédéric Boccaletti »


« Notre patron », comme l’appelait Laurent Lopez, « est force de travail lui aussi, efficace, modeste. » Le conseiller général frontiste a évoqué les origines modestes du conseiller municipal six-fournais : « Il ne vient pas d’une famille bourgeoise, c’est grâce au travail qu’il s’en est sorti. C’est un homme du peuple dans lequel on peut se reconnaître. » Laurent Lopez a attribué à Frédéric Boccaletti, son directeur de campagne en 2011, sa victoire à Brignoles : « Jamais le FN avait battu l’UMPS avec un scrutin majoritaire à deux tours. Cela a été son œuvre ! » Il ne tarissait pas d’éloges à l’égard du « meilleur d’entre nous » : « Le meilleur secrétaire départemental, c’est lui ! »

« Râler c’est bien, voter c’est mieux »


En se basant sur le résultat des élections de 2011, Frédéric Boccaletti est sûr de sa victoire dans le canton de La Seyne 2 : « On a raté le canton à quelques centaines de voix près. On va l’emporter. » Il vise la majorité départementale : « L’objectif n’est pas de faire un bon résultat, mais de remporter un maximum de cantons. Aux dernières élections, le FN était en tête dans le Var. Avec la proportionnelle, on aurait gagné. »

Il a reproché au conseiller général sortant, Joseph Mulé, de n’avoir pas rendu compte de son mandat ou expliqué ses actions dans une brochure, un document, ou sur sa page Facebook. Sur la dette, le Rapport de performance, le tourisme, le chômage des jeunes, le bétonnage, « l’UMP devrait regarder son bilan avant de juger le PS. Le PS n’est pas au pouvoir depuis 20 ans ! Si on ne demande aux gens que de voter, on favorise l’abstention. » Les abstentionnistes seront donc visés en premier lieu : « Notre axe de campagne sera : râler c’est bien, voter c’est mieux. »

« Cette campagne sera professionnelle »


Le conseiller régional de PACA a avoué qu’il manquait au FN une certaine technique dans les campagnes précédentes : « Cette campagne sera professionnelle ». Laurent Lopez a fait appel à la mobilisation des « camarades », « au sens frontiste du terme », s’est-il empressé de préciser. « Cela ne se fera pas sans travail », à commencer par les marchés, dès ce week-end, le tractage, le boîtage, le collage… Contrairement aux années précédentes également, la campagne électorale sera plus courte et plus intense, avec trois ou quatre réunions publiques par mois à partir du 18 janvier, jour de la galette des rois en présence du sénateur-maire de Marseille, Stéphane Ravier.

, le 06 janvier 2015

Autres photos:

Laurent Lopez, conseiller général de Brignoles, venu présenter les candidats.