Liens Ignorer la navigationOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > La Capoeira, c’est plus qu’un sport
Le 16. septembre 2015 à 09h22

Six Fours Découverte La Capoeira, c’est plus qu’un sport

Entre art martial et danse, la Capoeira est aussi une philosophie de vie. C’est en tout cas ce qu’enseigne Julio Bomfim, mestre de la discipline dans son école de Capoeira, Batakorin.

L’école de Capoeira de Julio Bomfim existe depuis 1995. Pourtant elle est discrète avec, à Six-Fours, une trentaine d’adhérents. Avec ses membres, Julio Bomfim avait mis le feu au forum des associations de Six-Fours. Ils participent aussi à la Fête de la jeunesse, la Fête du sport, au Téléthon. Il n’en fallait pas plus pour que nous ayons envie d’en savoir plus.

Un éclair dans la rue


Ses cours ont lieu tous les mardis de 17 à 18h pour les enfants et les jeudis de 20h à 22h pour les adultes, gymnase Reynier, à côté de l’école élémentaire. A Sanary, c’est le lundi de 17h à 18h, mais il enseigne aussi au Pradet (la Batucada), à La Garde et à Toulon.
La première fois que Julio a vu de la Capoeira, c’était dans la rue, au Brésil, à Salvador da Baia. Il était tout jeune. Le déclic s’est fait immédiatement et c’est en famille, avec son père, que le petit Julio a fait ses premiers pas. A 13 ans, il s’y est mis sérieusement et n’a jamais arrêté de progresser et de gravir les échelons, jusqu’à devenir lui-même, Mestre de Capoeira. Après avoir enseigné 8 ans au Brésil, c’est en France qu’il a posé ses valises.

Pas qu’un sport de combat


« La Capoeira, ce n’est pas qu’un sport et une danse. C’est une philosophie de vie, c’est le partage, c’est un art intergénérationnel. On apprend à se défendre, à apprécier la musique brésilienne » nous dit-il. Dès son arrivée en France, Julio a eu envie de faire connaître la discipline en Europe. Il a été précurseur dans le Var, de Bandol jusqu’à Fréjus. Maintenant, plusieurs de ses élèves ont pris le relais en devenant moniteur.

Art que l’on peut pratiquer à tous âges, la Capoeira détache les gens des barrières du quotidien et aide à développer sa personnalité, selon Julio. Il va même plus loin : « La Capoeira fait rêver ! »

PH, le 16 septembre 2015

Autres photos:

Julio, Mestre de Capoeira
Julio, Mestre de Capoeira