Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > Les enfants pour la paix
Le 12. novembre 2018 à 07h32

Six Fours Commémoration Les enfants pour la paix

Emouvante cérémonie du centenaire de l'Armistice du 11 novembre en présence du maire Jean-Sébastien Vialatte, du conseil municipal, de la députée Emilie Guérel et de très nombreux enfants.

Au 11ème jour du 11ème mois à la 11ème heure… La cérémonie du centenaire de l'Armistice du 11 novembre a commencé par un concert place des Poilus, la bien nommée en ce jour solennel. La philharmonique La Six-Fournaise y jouait pour l'occasion avec des élèves du Conservatoire. Après un magnifique lâcher de ballons bleu blanc rouge, les porte-drapeaux, les Jeunes sapeurs pompiers, les Garde-nature, le Comité communal des feux de forêt, les parachutistes de Six-Fours, les majorettes du Réveil six-fournais et Lou Raioulet ont défilé jusqu'au Monument aux morts.

« On a saigné nos campagnes »


Cette année où sont célébrés les maréchaux, le maire a eu une pensée particulière pour les Poilus. « Mon grand-père Louis Vialatte était l'un d'eux. Il a quitté sa terre natale à 18 ans et est revenu 8 ans plus tard, sans certains de ses frères. Les campagnes ont été dépeuplées. Ces gens simples, agriculteurs, ouvriers, pêcheurs, dont certains n'avaient jamais vu un fusil, ont été tués par dizaines de milliers. » Le maire a estimé que l'on ne parle pas assez non plus des femmes, qui sont restées faire tourner les fermes et les usines. « Cet événement nous a fait basculer dans le XXème siècle. » Il a souhaité également s'exprimer sur la polémique entourant le maréchal Pétain. Né en 1951, Jean-Sébastien Vialatte se souvient des bagarres interminables aux dîners de famille entre les fidèles au maréchal et les autres. Il regrette donc que cette polémique soit rouverte au moment où elle s'apaisait.

Les enfants pour la paix


Au début de la cérémonie présidée par le maire Jean-Sébastien Vialatte, les cloches ont sonné à la volée, comme elles l'avaient fait il y a cent ans. Puis a résonné le clairon annonçant le cessez-le-feu. Cinq écoles élémentaires étaient représentées. Toujours plus d'instituteurs sont présents à cette cérémonie, avec leurs élèves et leurs parents. Le maître de cérémonie Alain Trillat a distribué aux enfants des roses rouges qu'ils ont déposées sur le Monument aux morts. Barbara Hirt, une collégienne de Font de Fillol, et l'élu aux anciens combattants Denis Perrier ont égrainé les noms des Poilus Six-Fournais. Le maire et Dominique Ducasse, présidente du Souvenir Français, ont déposé la gerbe du Conseil municipal, suivis de Joseph Flick pour l'Association Départementale des Anciens Combattants et de la députée Emilie Guérél. Ensuite, l'adjoint à la sécurité Thierry Mas Saint Guiral a lu le message du Président de la République.

« L'immense tristesse de Six-Fours »


Dans son allocution, le maire a rappelé que Six-Fours étant un petit village à l'époque, toutes les familles avaient été touchée. Il a félicité Denis Perrier, pilote du groupe de travail sur le centenaire pour la superbe exposition à la Batterie du Cap nègre. Evoquant l'approche des élections européennes, il a incité ses concitoyens à ne pas céder à la peur de l'autre, au racisme, à l'antisémitisme et à la xénophobie. Il a clos son discours par le poème de Victor Hugo « Un jour viendra » et avec ces mots : «  Vive la paix, vive l'amitié entre les peuples ! »

Les fameuses initiatives de la municipalité


Les présents étaient très émus. Cette maman avait particulièrement apprécié que le maire mentionne les soldats du monde entier. Théo Séréfian et Emeï Von Guyen, élèves de CE1, étaient ravis de serrer la main des porte-drapeaux. « Il faut saluer la mairie, elle nous a permis de rentrer dans l'histoire », disait cette institutrice qui avait travaillé avec ses élèves de CM2 la bande dessinée sur le soldat Odde, puis les avait amenés voir « Abouma » au Six n'étoiles et l'exposition sur les Poilus de Six-Fours. « Elle couvre la guerre pour les militaires, mais aussi pour la population civile, en permettant aux élèves de toucher du doigt la vie de l'époque. On y apprend par exemple que Six-Fours accueillait les réfugiés. La cérémonie du 11 novembre était le point d'orgue de toutes ces initiatives de la municipalité, il fallait être là pour notre mémoire. » Cette autre institutrice a renchéri : « Il s'agit d'histoire, mais aussi d'éducation civique et morale. »

, le 12 novembre 2018

Autres photos:

L'allocution du maire Jean-Sébastien Vialatte. Le maire Jean-Sébastien Vialatte et la députée Emilie Guérel. Le lâcher de ballons place des Poilus.
L'allocution du maire Jean-Sébastien Vialatte.