Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > Une pétition contre le péage du futur échangeur autoroutier
Le 2. avril 2011 à 21h43

Six Fours Comités des intérêts locaux Une pétition contre le péage du futur échangeur autoroutier

Samedi matin à la villa Nuraghes, le collectif de C.I.L de La Seyne, ainsi que les comités d'intérêts locaux de Six-Fours et d'Ollioules étaient réunis pour évoquer le futur échangeur autoroutier de Sanary-Ollioules.

La réunion s'est déroulée samedi matin entre les différents comités d'intérêts locaux.

La réunion s'est déroulée samedi matin entre les différents comités d'intérêts locaux.

Le comité d'intérêts local de Six-Fours Nord présidé par Michel Barret se réunit un samedi par mois Villa Nuraghes. Cette fois-ci, il s'agissait d'une réunion de travail avec le C.I.L d'Ollioules représenté par Philippe Mangion et le collectif des CIL de la Seyne représenté par Alain Rozes. Il est à noter que Sanary n'a pas de C.I.L.
Une pétition est en ligne sur le site du collectif du C.I.L de la Seyne, Six-fours et Ollioules: http://collectifcil.laseyne.free.fr
En jeu, le péage du futur échangeur autoroutier de Sanary-Ollioules. Leurs arguments sont énoncés sur le document: "Si une sortie 13 bis est plus que nécessaire sur l'autoroute A 50 pour éviter une queue très longue sur la voie de droite qui remonte presque à la sortie de Carrefour, très dangereuse, il n'est pas question par contre qu'elle soit payante. Bien sûr certains élus pensent qu'il faut faire payer les utilisateurs. À l’origine, la sortie Ollioules La Seyne devait, elle aussi, être payant. La pression des employés du chantier de La Seyne et quelques conseillers municipaux ont fait changer les choses. Pourquoi pouvons-nous aller à Hyères ou à Cuers plus éloignées, sans bourse délier ?"
La pétition sera remise aux autorités compétentes, et certains élus ont apparemment déjà pris position, comme les maires de La Seyne et de Saint-Mandrier d'après les représentants du Collectif du C.I.L de La Seyne.
"Je crois que ce projet d'échangeur est trop lourd financièrement et dans sa réalisation, et qu'on pourrait grandement le simplifier en ne faisant que des bretelles d'accès entre Sanary et Toulon sans faire payer les usagers" a expliqué Michel Barret. De même, il a souligné que les ponts sur la Reppe étaient liés aussi à l'amélioration de l'ensemble du trafic: "Bien sûr je suis pour ce projet de pont pour permettre enfin de fluidifier la circulation, et cela résoudra d'autres problèmes mais je me mets aussi à la place des riverains". Ajoutant : "Nous sommes pour l'amélioration de la circulation, on veut bien évidemment le mieux vivre des gens de Toulon Ouest... mais pas à n'importe quel prix".

En l'état actuel du projet


En avril 2010 une réunion sur le projet d'échangeur avait eu lieu à la salle polyvalente de Sanary (Voir notre précédent article).
Concrètement l'année 2011 concerne les procédures administratives et jusqu'à l'été 2012 les acquisitions foncières.
La réalisation des ouvrages est prévue entre 2013, 2014. Le coût total était estimé à 23 millions d'euros, financés à 62% par Escota; le Conseil général et TPM amenant à parts égales les 38% restant. Les nouveaux conseillers généraux élus récemment que sont Joseph Mulé (Six-Fours) et Ferdinand Bernhard (canton d'Ollioules) s'étaient exprimés clairement sur le sujet lors de leur campagne, à savoir qu'il n'y avait pas d'autres alternatives que de rendre payant l'échangeur. En cas de gratuité, le Conseil général ne pourrait supporter le financement.
Affaire donc à suivre, et les représentants des comités d'intérêts locaux présents samedi matin Villa Nuraghes espèrent bien se faire entendre.

D. D., le 02 avril 2011

Autres photos:

Le péage du futur échangeur autoroutier en question.
Le péage du futur échangeur autoroutier en question.