Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > Echéance 2014 pour le nouvel échangeur autoroutier
Le 17. avril 2010 à 17h45

Sanary Aménagement Echéance 2014 pour le nouvel échangeur autoroutier

Une réunion d'information s’est déroulée vendredi à la Salle Polyvalente, attirant un public très nombreux. Le projet avance, et les travaux devraient débuter selon toute vraisemblance courant 2012 et s’achever en 2014. Cet échangeur se situera entre Ollioules et Sanary.

Ferdinand Bernhard et Philippe Laroche

Ferdinand Bernhard et Philippe Laroche

Voilà un vieux projet qui devrait enfin se concrétiser. L’idée de cet échangeur avait été émise voilà déjà de nombreuses années par Ferdinand Bernhard, qui souhaitait une bretelle entrante pour aller à Toulon. Pour cette réunion, Philippe Laroche, directeur de l’Ingénierie des Infrastructures du réseau Escota était venu avec ses collaborateurs pour informer le public sur ce nouvel échangeur. Ce type de projet est très long à être finalisé, de par la longueur des procédures, des nombreuses études, de la nécessité de s'accorder avec les collectivités territoriales... Autres données à prendre en compte : Escota est une entreprise privée, rachetée par le groupe Vinci en 2006. Lors de la privatisation des autoroutes, l’Etat avait accordé une concession à Escota, qui prendra fin en 2027.

Le diffuseur d’Ollioules


Il s’agit de raccorder l’A50 à la RD 11 par quatre bretelles dont deux orientées vers Toulon et dotées d’une gare de péage. Le diffuseur se situera à quelques centaines de mètres du pont de la voie ferrée (quartier de la gare). Le raccordement à la voirie locale sera permis par la création de deux giratoires paysagés pour améliorer les dessertes d’Ollioules et de Sanary, soulager le carrefour de raccordement du diffuseur de Camp Laurent, diminuer les encombrements de la Route Départemental 11. Concrètement, grâce à l’autoroute, plusieurs zones devraient être délestées d’un important trafic : la circulation devrait être plus fluide sur la Route de Bandol, la route de Sanary, la route de la Seyne ou encore l’ancien chemin de Toulon. Au niveau du calendrier prévisionnel, le projet de l’échangeur se scinde en plusieurs phases, dont certaines ont déjà débuté : Depuis l’été 2009 jusqu’à fin 2010, il s’agit de la phase d’études avec, en parallèle le lancement des procédures administratives qui se termineront courant 2011. Sur cette zone existent des constructions et il y aura donc entre fin 2010 et l’été 2012 l’acquisition du foncier, soit à l’amiable soit par expropriation (décision d’un juge) si les propriétaires refusent l’offre d’Escota. Les travaux devraient débuter après qu’Escota ait effectué toutes ces acquisitions, avec pour objectif de terminer en 2014. Quant au financement, le coût total était évalué en avril 2004 à près de 18 Millions d’€. Aujourd’hui il avoisine approximativement 23 millions d’€. Le projet sera financé à 62% par Escota, le Conseil général et TPM amenant à parts égales les 38% restant.

Tarif, contraintes du chantier


Le public put ensuite poser des questions. Le directeur assura que, durant les travaux, il n’y aurait pas d’interruption de circulation. Concernant le tarif du péage, le directeur ne put répondre, dans la mesure où c’est « Bercy qui fixe le prix six mois à un an avant la mise en service ». Pour ce chantier, les contraintes les plus importantes sont d’ordre hydraulique, conséquence des risques d’inondation de la Reppe. Un bassin de plus de 10.000m3 sera donc construit, afin de compenser les perturbations créées par les futurs remblais sur le niveau des crues dans cette zone sensible aux inondations. Une ligne électrique haute tension devra aussi être déplacée et d'efficaces murs anti-bruit dressés. Il est à noter que les riverains ou toute personne concernée par le projet auront le loisir de faire part de leurs remarques lors de l’Enquête Publique.

D.D, le 17 avril 2010

Autres photos:

Il y avait beaucoup de monde
Il y avait beaucoup de monde