Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > La Seyne sur Mer > Gare de La Seyne : le maire refuse le portique
Le 5. juin 2017 à 23h15

La Seyne Sécurité Gare de La Seyne : le maire refuse le portique

Samedi 3 juin, le maire, Marc Vuillemot, s'est rendu en gare de La Seyne-Six Fours afin de dénoncer la présence d'un portique de sécurité. Ceint de son écharpe tricolore, il a interpellé les services de l'Etat, la SNCF et la Région, estimant qu'il était stigmatisant que seule, La Seyne en soit dotée.

En pénétrant d'un pas décidé dans le hall de gare de La Seyne-Six Fours, le maire, Marc Vuillemot, a créé la surprise. Au nom de l'égalité républicaine, le premier magistrat, Vice-président de Toulon Provence Méditerranée (TPM) refuse la présence d'un portique de sécurité, alors que les autres gares, Toulon, Sanary-Ollioules et Bandol en sont dépourvues. «Cette installation, est soit stigmatisante pour notre Ville, dont la population serait plus criminogène qu'ailleurs aux yeux du Président de la Région PACA, soit injuste pour les communes voisines, car elles seraient moins protégées contre les menaces d'attentats terroristes». Dans les deux cas, l'édile ne comprend pas cette mesure, qu'il juge, «inefficace car isolée, coûteuse et injuste. La sécurité des français est une et indivisible, comme la République. Je demande à ce que ce portique soit retiré ou que toutes les gares en soient dotées».

«Pourquoi seulement à La Seyne ?»


Pour le maire, Marc Vuillemot, le portique est ni plus ni moins qu'une ''tartuferie hypocrite'', qui ne sert à rien, qui plus est : «Il suffit de marcher 50 mètres pour accéder aux quais seynois sans passer sous le portique, ou encore, de prendre son train aux heures où celui-ci n'est pas en service». Mais avant de prendre sa décision, le Vice-président de TPM s'est rendu dans les gares environnantes pour y chercher la moindre trace de portique, qu'il n'a bien sûr pas trouvée, photos à l'appui. «Le fait qu'il n'y ait qu'un portique à La Seyne est stigmatisant pour la population seynoise». Ni une ni deux, le maire a débranché la prise du dispositif : «Je l'ai fait en présence de la police municipale que j'ai sollicitée pour qu'elle en soit témoin».

L'effet domino


Et si le maire déplorait n'avoir pu s'entretenir encore avec Philippe Tabarot, vice-président chargé des transports à la Région pour lui demander s'il considérait La Seyne comme plus criminogène que les communes voisines, Jean-Pierre Colin, élu d'opposition et conseiller régional, visiblement joint par ce dernier, se rendait à son tour sur place, pour rebrancher le fameux portique. Quant au président du Conseil régional, Renaud Muselier, celui-ci affirme qu'il porte plainte contre Marc Vuillemot et sa ''décision irresponsable'' en plein état d'urgence, quelques heures avant que Londres ne soit victime d'actes terroristes. En attendant, le maire assume : «Je répondrai à l'invitation de la préfecture qui s'est engagée à organiser ce mardi, une réunion avec la Région et la SNCF, où je plaiderai pour que disparaisse cet appareil jetant l'anathème sur la population et les visiteurs d'une seule commune. Ou, à défaut, qu'il soit installé dans toutes les gares de la ligne». Affaire à suivre...

Chantal Campana, le 05 juin 2017