Liens Ignorer la navigationOuest Var > Actualité > Sanary > La librairie La Galerie a mis la clef sous la porte
Le 12. décembre 2013 à 12h52

Sanary Vie de la cité La librairie La Galerie a mis la clef sous la porte

Une grande émotion régnait dans la librairie La Galerie sur le port de Sanary à l’heure des adieux d’Anne-Marie et de Véronique samedi 7 décembre… ou n’est-ce qu’un au revoir?

Anne-Marie Pfeiffer.

Anne-Marie Pfeiffer.

L’atmosphère était pleine d'émotion samedi soir pour les adieux d’Anne-Marie et de Véronique à leurs fidèles clients et amis.

Une institution sanaryenne


La Galerie a été fondée en 1956 par Denise Thée, pharmacienne de Six-Fours désirant exercer un métier plus intellectuel.
Denise avait conservé la structure du bâtiment, d'anciens hangars à bateaux, faisant suivre aux rayonnages la courbe de la voûte. Elle fermait à 22 heures et organisait des rencontres avec les écrivains et intellectuels installés à Sanary, comme André Salmon. Sa formule était novatrice pour l’époque : elle vendait également des disques qu’elle permettait aux clients d’écouter sur place.
Mais, bien que passionnée par la culture, Denise ne surveillait pas assez les étalages contre les vols et la Librairie qui l’approvisionnait prenait une commission trop importante pour qu’elle puisse vivre de ses marges. Elle avait donc vendu La Galerie un an plus tard pour retourner à son métier de pharmacienne.

Libraire, une passion


C’est en 1974 qu’Anne-Marie Pfeiffer a racheté La Galerie pour l’animer jusqu’à aujourd’hui, pendant presque 40 ans!
Elle avait l’habitude, avec sa fidèle assistante Véronique, de conseiller ses lecteurs via des fiches en vitrine ou des affiches placées à l’extérieur de la librairie, rédigées à la main aux feutres de couleur. De la même façon, elle refusait de commander certains livres qu'elle réprouvait. Ses clients venaient de très loin pour se fournir chez elle, lui faisant totalement confiance et repartant avec leurs lectures pour l’année.
Le local étant trop cher pour qu’une autre librairie puisse le racheter, c’est donc une agence immobilière qui profitera de son emplacement idéal sur le port.
Mais tout n’est pas perdu : Véronique cherche un local plus modeste, toujours à Sanary, pour continuer à porter le flambeau. On pouvait lui laisser ses coordonnées, samedi soir, pour être informés de l’ouverture, espérons-le, prochaine de sa librairie.

, le 12 décembre 2013

Autres photos: