Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > Parti Communiste : "Nous sommes toujours là"
Le 23. août 2017 à 08h11

Sanary Politique Parti Communiste : "Nous sommes toujours là"

Pour la 26ème édition de la Fête de la Cride dimanche 3 septembre, la section Ouest-Var du Parti Communiste promet un beau moment de convivialité et des débats intéressants sur les changements politiques récents de notre pays. Le secrétaire de la section Ouest Var Pierre Meyer nous en offre un aperçu.

La section Ouest Var du Parti Communiste Français avec au centre Jean-Pierre Meyer pour Sanary et Régis Brun pour Ollioules.

La section Ouest Var du Parti Communiste Français avec au centre Jean-Pierre Meyer pour Sanary et Régis Brun pour Ollioules.

Fête ouverte


C'est la rentrée politique. Comme tous les ans, deux semaines avant la Fête de l'Humanité, les communistes de la section Ouest Var se réunissent pour passer une journée en toute convivialité dans la pinède de la Cride, Espace Victorin Blanc. Au menu de 9h30 à 19h30, aïoli, concert des Hitscool, stands, tournoi de pétanque, discours et débats. « C'est notre fait politique, festif et solidaire », explique le secrétaire de la section Ouest Var Pierre Meyer. « C'est une fête ouverte. Il n'y a pas de barrières et nos portes sont ouvertes aux associations : France-Cuba, Palestiniens, le Secours populaire, le Mouvement pour la paix... »

Dimanche 3 septembre sera la 26ème édition de la Fête de la Cride, temps fort des communistes locaux pour parler de leur avenir, du pays et de la population. « Nous sommes toujours là. Les années commencent à s'empiler... Cela nous conforte sur l'état de santé des communistes dans un territoire qui ne s'est jamais caractérisé par le fait d'être un havre de paix pour les forces de progrès. »

Ni droite ni gauche?


Les communistes se réunissent cette année dans un moment bien particulier : « Au lendemain d'une très, peut-être trop, longue séquence électorale caractérisée par des rebondissements voire d'extraordinaires chambardements qui auraient pu donner du neuf, du rafraîchissant. » Pourtant Pierre Meyer ne croit pas que les récents changements aient fait « grandir la relation entre citoyen et politique, bien au contraire, ils ont approfondi le fossé. » Sans jamais citer le mouvement En Marche, il ne mâche pas ses mots sur une « campagne d'intoxication qui ne clarifie pas les choses. On veut nous faire croire que tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. » Et de citer Mitterrand : « Le centre n'est ni à gauche ni à gauche. »

Le secrétaire de la section Ouest Var voit des signes avant-coureurs dans l'augmentation de la CSG, qui, en baissant le pouvoir d'achat des retraités, leur donnera moins de possibilités d'exercer la solidarité familiale. Il englobe la baisse de l'APL et l'ISF. « On prend aux pauvres pour donner aux riches. La notion de ni droite ni gauche en prend un coup dans les dents... Sans parler des changements au Code du Travail qui s'annoncent. »

Alors que le renouvellement des politiques aurait pu amener « un personnel tout beau, tout neuf, tout propre », les nouveaux ont le même lot de casseroles que les précédents. Pierre Meyer en donne pour exemple le financement du voyage d'Emmanuel Macron aux Etats-Unis. « Il ne suffit pas de changer et de rajeunir les personnes. Ce qui a perverti les anciens pervertit les nouveaux. » Sur la moralisation de la vie publique, « la montagne a accouché d'une souris ! » Si le secrétaire de la section Ouest Var approuve la suppression de la réserve parlementaire, il regrette que la réforme n'ait pas été jusqu'au bout de sa logique et enterré le casier judiciaire.

Autre point de discorde, le parti serait dépassé et le mouvement le nec plus ultra. C'est une illusion de vouloir dépasser les partis, selon Pierre Meyer. Avec ses statuts et ses règles, le parti garantit la démocratie et contribue à réduire les difficultés, alors qu'un mouvement « est une auberge espagnole. »

« On n'est pas en bonne santé »


Le pain ne devrait donc pas manquer sur la planche pour le Parti communiste. Pierre Meyer parle de « voie royale aux véritables idées communistes » et promet de répondre présent au premier appel à la mobilisation du 12 septembre.

Et pourtant, le Parti Communiste Français ne se porte pas bien. « Contre toute attente, le groupe continue d'exister à l'Assemblée nationale, mais dans un contexte d'affaiblissement électoral. Cela ne peut être que de la faute des autres. Il faut balayer devant sa porte. Nous sommes en perte de lisibilité et il y une forte exigence d'y voir clair. L'existence même de notre formation va se poser. » La Fête de la Cride s'inscrit cette année dans cette remise en question du Parti Communiste Français.

, le 23 août 2017

Autres photos:

Le secrétaire de la section Ouest Var Pierre Meyer
Le secrétaire de la section Ouest Var Pierre Meyer
Les plus : aimés commentés lus