Liens Ignorer la navigationOuest Var > Actualité > Sanary > Bénédiction du "Goéland" et du "Kaliopi"
Le 18. septembre 2011 à 19h50

Sanary Patrimoine maritime Bénédiction du "Goéland" et du "Kaliopi"

Dimanche, le Goéland et le Kaliopi, deux bateaux d'exception ont été bénis. Ils font parties de l'Association des pointus de Sanary.

Bénédiction du Kaliopi dimanche midi.

Bénédiction du Kaliopi dimanche midi.

Il y avait de l'effervescence dimanche midi, car c'était l'heure de la bénédiction du "Goéland", et le président de l'Association des pointus Christian Bénet y est pour beaucoup dans la sauvegarde de ce petit joyau. Après un gros travail de recherches, le président désirait à tout prix que ce pointu soit racheté par un membre de l'association et pour cause: cosntruit en 1957 (chantier Louis Ambrosino) à Tènes en Algérie, cette barque lamparo était vouée à la pêche à la sardine avec sa poupe arrondie pour faciliter le travail des filets. En 1960, elle sera vendue à la Société algérienne de travaux sous-marin avec cinq plongeurs célèbres aux commandes: Georges Beuchat (inventeur, plongeur et pionnier fondateur de l'industrie sub aquatique française), Henri Delauze (fondateur de la Comex en 1961), Pierre Poudevigne (Port autonome de Marseille), Henri Boucard et André Pouchois. Puis la barque sera réquisitionnée par la Marine nationale en Algérie pour la police de navigation du port d'Alger et servira de support logistique du groupement opérationnel de plongeurs d'Alger. Le pointu arrivera à Marseille par les côtes Marocaines et Espagnoles en juillet 62.
Rénové par Var Marine, le pointu a ainsi été béni dimanche midi en présence de la fille de Louis Ambrosino, Hélène Amalberti. Un beau travail, et l'histoire de ce pointu est aussi visible au musée Frédéric Dumas. Lors de ce rendez-vous pas comme les autres le fondateur du musée Gérard Loridon était également présent.
Ce fut aussi l'heure de bénir le Kaliopi, barquette de pêche à voile livarde, tarquier de Saint-Tropez. Elle a été construite en 1926 au Chantier de la rade. Le propriétaire Bernard Gillet a expliqué que : "Le nom de tarquier provient du qualificatif italien de « vela a tarchia ». Les pêcheurs italiens repliaient la voilure contre le mât à la façon d’un parapluie. La position très avancée du mât facilitait l’utilisation du bateau à la pêche. Les pêcheurs quittaient la côte au petit matin au portant avec les vents de terre et revenaient le soir au portant avec la brise de mer".
Rénovée par Var marine en 2010, le propriétaire a souhaité remettre le bateau dans sa configuration d'origine qui est aujourd'hui classé Bateau d'intérêt patrimonial.

D. D., le 18 septembre 2011

Autres photos:

Christian Bénet à bord du Goéland. Le Goéland. Bénédiction du Goéland et du Kaliopi en présence de nombreuses personnes.
Christian Bénet à bord du Goéland.