Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > L’éclairage LED, un compromis entre prix d’achat et...
Le 2. décembre 2013 à 21h55

Sanary Economies d'énergie L’éclairage LED, un compromis entre prix d’achat et économie d’énergie

Nous assistons à une mutation complète des choix d’éclairage avec, à la clef, une économie de plus de 20 % sur la facture EDF. En effet, on estime que, d'ici à 2020, les LED pourraient représenter 75 % du marché de l'éclairage.

Les LED (light-emitting diodes) existent depuis près de 50 ans. Jusqu'à récemment, ce mode d'éclairage n'avait pas le rendement lumineux et assez d'efficacité pour se substituer aux éclairages traditionnels. En 2008, le rendement lumineux par watt de LED a doublé et s'est porté au même niveau en lumen/watt que les lampes professionnelles les plus performantes. Dernièrement, l’intégration LED en COB (composant de surface) a encore renforcé significativement cette tendance.

Une économie d’énergie conséquente


Comme tout phénomène lié à l’innovation, l’économie d’énergie des LED est fortement mise en avant. Il est vrai qu’une ampoule 6 w led remplace efficacement une 50 w halogène. Pour la même quantité d’éclairage, on peu compter une réduction par 8 de la consommation EDF.
Les vendeurs en profitent pour insister sur l’amortissement de l’achat lié à la baisse de consommation. Une ampoule led allumée 8 heures par jour est amortie en environs 6 mois. D’autant qu’en été, c’est la climatisation qui tourne pour refroidir la chaleur produite par un éclairage traditionnel. L’éclairage LED éclaire, mais ne chauffe pratiquement pas, ce qui rend par ailleurs les ampoules moins fragiles et permet au constructeur d’annoncer une longévité de 40 000 heures, soit environ 4 ans de fonctionnement non stop.

Question coût d’achat, on peut maintenant trouver sur le marché des produits de bonne qualité à des prix tout à fait raisonnables.

Les guirlandes de Noël sont-elles dangereuses pour les enfants ?


Une polémique avait surgit il y a 2 ans au moment des fêtes de Noël. Elle concernait la dangerosité pour les enfants des illuminations des rues avec des LED de couleur très blanche…
Nous avons rencontré le directeur de la société VMA StyLED basée à Sanary, Didier Vital, afin de recueillir son avis : « Il est vrai que certaines guirlandes de Noël émettent une lumière soutenue très froide. Cela peu agacer et même provoquer une certaine fatigue, mais rien n’a été démontré sur cette supposée dangerosité. Le blanc froid s’est imposé comme un effet de mode dans nos phares de voiture, nos magasins et nos appartements. Pour ma part, je préfère conseiller du blanc chaud, plus jaune, moins intense en luminosité, mais qui respecte la vraie nature des couleurs. J’ai eu l’occasion de faire choisir à un marchand de fruits et légumes entre blanc froid et blanc chaud : sous le projecteur blanc froid, les abricots manquaient de maturité, sous celui blanc chaud, ils étaient à point pour être vendus. Je trouve que c’est une hérésie d’équiper une cuisine en blanc froid, sauf bien sûr si l’on veut suivre un régime… »

Un usage professionnel de plus en plus répandu


Beaucoup d’enseignes des magasins se transforment en éclairage LED, mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. Les LED bulbes qui sont utilisées pour écrire dans les enseignes appartiennent déjà à une génération révolue. Pour autant, cette technologie a trouvé son application et ne disparaîtra pas de sitôt.

Il en est de même pour les éclairages ruban qui sont assez puissants aujourd’hui pour éclairer une façade de bâtiment. Dorénavant, l’éclairage de puissance utilise des LED COB (Component On Bord) qui se présentent sous forme de substrat de surface. En extérieur, pour nos jardins, nos portails, l’éclairage public des bâtiments, des rues, mais aussi en intérieur pour les parkings, piscines, gymnases… les projecteurs LED vont très vite remplacer l’éclairage traditionnel trop gourmand en énergie.

Nombreuses sont les municipalités à se pencher sur les propositions de remplacement des ampoules d’éclairage public. Il s’agit de LED de puissance montées sur radiateur et refroidies par un ventilateur (comme nos ordinateurs). Certaines LED sont équipées en standard de détection de présence (radar) pour optimiser l’éclairage des parkings par exemple.

Cette récente technologie trouve plusieurs applications professionnelles dans l’horticulture avec l’éclairage de croissance pour les plantes. Ces LED de puissance peuvent être calibrées afin de récréer le spectre d’éclairage nécessaire à la photosynthèse. Il en est de même pour l’activité pisciculture et conchylicole où certains poissons ou coquillage ont besoin d’une lumière bien précise pour se développer. Ceci est désormais possible grâce à la souplesse et au rendement très élevé de l’éclairage LED.

Un futur lumineux


Par ailleurs, la technologie flexible (FOLED) va révolutionner l’éclairage en architecture : les bâtiments ne seront plus éclairés de façon indirecte par des projecteurs, mais seront recouverts d’un film LED. Même évolution dans la mode vestimentaire, où les films souples seront très bientôt une composante incontournable des créations…

, le 02 décembre 2013

Autres photos: