Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > Le budget 2015 est voté
Le 16. avril 2015 à 23h48

Sanary Conseil Municipal Le budget 2015 est voté

Le budget 2015 de la ville de Sanary avait été présenté et déjà discuté la semaine dernière. Cette fois il est adopté. Avec la crise et le désengagement de l’état, il se veut ‘prudent’

Pour débuter ce conseil municipal important traitant du budget 2015, une présentation de la station d’épuration de la Cride par un représentant de Veolia, a mis en lumière l’importance des travaux en cours. La station, qui traite 2,4 millions de m3 par an et évite le rejet de 3000 tonnes de produits polluants à la mer chaque année, poursuit sa mise aux normes depuis 2009, pour un coût de plus de 5 millions d’euros sur 3 ans. Elle emploie 5 personnes avec une astreinte de 365 jours/an. Si ces travaux se ressentiront sur la facture d’eau, à hauteur de 30 cts le m3, dès 2015, l’eau épurée pourrait être utilisée, à terme pour l’arrosage public. Les récents travaux ont pris en compte cette éventualité future, puisque une canalisation de 100 mm a été mise en place. Selon M. Plessy, ces travaux permettent d’être larges par rapport aux prévisions d’augmentation de la population de la ville pour les prochaines décennies.

L’analyse du compte de gestion


Comme cela avait été fait la semaine dernière et avant d’aborder le budget 2015, le compte de gestion a été décortiqué et expliqué par Philippe Collignon. On y apprend que la ville poursuit sa politique d’acquisitions foncières, avec 884 000 € investis en 2014. Parmi les acquisitions significatives, on peut noter le Cabanon des Vignes pour 510 000 €. Ce terrain agricole produit les vignes de la Cuvée de Sanary. Le cabanon existant sert de ferme pédagogique, de local pour les chasseurs et pour le CCFF. Plusieurs terrains nus ancien Chemin de Toulon, servent à l’élargissement de cette voie, avec un parking situé en face de l’école St Jean. Autre acquisition importante : Le terrain de l’Ephad de la Pinède. Il a été acquis auprès de l’EPF pour un montant de 670 000 € payables en 5 fois. Quand on sait que le loyer capitalisé touché par la ville est 3 fois supérieur à ce montant, c’est plutôt une bonne affaire pour les sanaryens ! Pour les autres éléments importants de 2014, on peut noter un excédent global de 4 millions d’euros et un excédent de fonctionnement de 1,656 millions d’euros qui seront affectés à l’investissement. Les comptes font apparaitre que les recettes ont représentées 101,27% du budget prévu et les dépenses 96%, soit 4% d’économies par rapport aux prévisions. Les plus gros postes concernent, dans l’ordre, la culture, l’enseignement et le sport. Le taux d’endettement de la ville est passé de 12,26 années en 2012, à 8,93 années en 2014. La ville se désendette et est dans une courbe descendante.

Tous les postes sont en excédent


Dans ce compte de gestion, outre l’excédent dégagé sur le budget de fonctionnement principal, il apparait que tous les autres comptes administratifs sont aussi excédentaires dont celui de l’eau (+ 689 000 €), celui de l’assainissement (+ 309 000 €), celui du stationnement (+591 000 €), celui du port principal (+603 000 €), celui du port de la Gorguette (+13 000 €) et celui du tourisme (+64 000 €). Rappelons que les budget du port principal et du port de la Gorguette fusionnent en 2015, mais feront l’objet d’une comptabilité analytique distincte. Globalement, l’excédent de fonctionnement est de 5080 K€ avec un solde d’investissement de 2820 K€.

Le budget Primitif 2015


Comme l’a donc annoncé Philippe Collignon, l’heure est à la prudence. Dans les grandes idées qui se dégagent, il ressort qu’il n’y aura pas d’augmentation des taux de fiscalité en 2015, pour la taxe d’habitation, le foncier bâti et le foncier non bâti. Attention cependant, les bases d’imposition augmentent, mais c’est pareil pour toutes les communes. Pour le budget principal, l’équilibre est recherché. Le budget de fonctionnement s’établit à 31 millions d’euros et celui d’investissement à 15 millions d’euros, pour un total de 46 millions d’euros. Les postes principaux de dépense restent la culture, le sport et la jeunesse et l’enseignement. Pour la section investissement, ce sont les acquisitions foncières qui représentent le plus gros poste.
Cette année encore, le remboursement du capital sera supérieur aux nouveaux emprunts. Certains prêts arrivent d’ailleurs à expiration. Parmi les points remarquables, Sanary n’a pas d’emprunt toxique, son niveau d’équipement est bien supérieur à la moyenne et la masse salariale de la ville bien inférieure (36% au lieu de 50%).

Les remarques de l’opposition


Il n’y a pas de budget sans débat ni remarques mais de nombreuses questions avaient été posées une semaine plus tôt.
Du côté de l’opposition Didier George a d’abord fait remarquer n’avoir eu les documents que 5 jours avant le conseil, un délai trop court pour tout éplucher. Il expliquait pourquoi son groupe votait ‘contre’ : «  Nous avions demandé la mise en place de commission, mais rien ne vient. La politique de la ville est tournée vers des acquisitions patrimoniales qui nous semblent trop importantes. Il faut prendre en compte la situation du pays et réduire les dépenses. Aucune économie n’est faite sur le fonctionnement. Enfin, il y a trop d’excédent et ce sont les Sanaryens qui payent. »
Pour sa part, Olivier Thomas faisait remarquer aussi n’avoir eu les documents que 5 jours plus tôt et vouloir voter contre le budget  : « Je trouve anormal le déficit du théâtre Galli (340 000 €). Les 69 millions d’euros de dettes nous coûtent 2,5 millions d’euros d’intérêt : sur l’endettement, l’effort n’est pas suffisant et l’excédent devrait être affecté à cet endettement.»
Ferdinand Bernhard a donc ensuite répondu à ces remarques point par point : «  A vous entendre, rien ne va plus. Moi, je voudrais exprimer une fierté. Par les temps qui courent, la culture est souvent sacrifiée sur l’hôtel de la crise. A Sanary, la politique culturelle est notre plus grosse dépense avec l’éducation et le sport. Pour ce qui est du théâtre Galli, avant, nous financions les spectacles. Maintenant, nous mettons à disposition la salle et cela nous rapporte. Ce qui apparaît comme déficit, c’est le coût du bâtiment et des 6 employés.
M. George, vous nous reprochez d’avoir trop de patrimoine. Plutôt que de donner bêtement l’argent à l’état, nous avons préféré devenir propriétaire en augmentant notre trésorerie. Si j’avais fait l’inverse, vous me l’auriez reproché ! Aujourd’hui, je gère la ville en bon père de famille et je prévois pour les générations futures. En fait, vous me reprochez d’être trop prudent. » Comme nous l’avons dit plus haut, la ville préfère utiliser les excédents pour investir, ce qui évite de nouveaux emprunts…»

Le budget 2015 est donc sur les rails.

PH, le 16 avril 2015

Autres photos:

Le plan de la station d'épuration de la Cride