Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > SNU : le pari d'Emilie Guérel
Le 3. mars 2018 à 19h49

Politique SNU : le pari d'Emilie Guérel

La députée de la 7ème circonscription Emilie Guérel a remis son rapport parlementaire sur le Service national universel à la Commission de défense nationale et des forces armées et l'a présenté au public jeudi à la Vague d'or aux Sablettes.

La députée de la 7ème circonscription Emilie Guérel avec le maire de Bandol Jean-Paul Joseph, le président de l'AMMAC François Raimond et Arthur Delaloy

La députée de la 7ème circonscription Emilie Guérel avec le maire de Bandol Jean-Paul Joseph, le président de l'AMMAC François Raimond et Arthur Delaloy

Jeudi 1er mars, lors de sa première réunion publique en tant que députée, Emilie Guérel a présenté le rapport parlementaire sur le Service national universel qu'elle a remis avec Mme Dubois (LR) à la Commission de défense nationale et des forces armées le 14 février. Plus de 120 personnes avaient fait le déplacement malgré le mauvais temps. Outre la députée, trois intervenants avaient été invités à prendre la parole : le maire de Bandol Jean-Paul Joseph, le président de l'AMMAC (Amicale des Anciens Marins et Marins Anciens Combattants de Toulon) François Raimond et le jeune Arthur Delaloy.

Phase 1 au collège


Le SNU concerne 800 000 jeunes. Le rapport parlementaire de la députée préconise la mise en place d'un parcours citoyen en trois phases. La première phase concerne les jeunes de 11 à 16 ans dans le cadre scolaire, donc obligatoire. Il s'agit d'une refonte de l'enseignement de défense qui existe déjà en 3ème et en première, mais est rarement fait. Dans cette première phase, une semaine de la défense et de la citoyenneté proposerait chaque année différents modules au collège: défense et sécurité, bilan santé et illettrisme, droits et devoirs, résilience de la nation et une semaine patriotique « Mémoire et engagement » autour du 11 novembre.

Phase 2 militaire


La seconde phase, obligatoire pour les jeunes de 16 à 18 ans, se déroulerait pendant une semaine également, mais en internat. Les internats du public libèrent en effet 220 000 places pendant les vacances d'été. Cette semaine serait encadrée par des corps en uniforme (militaires, gendarmes, réservistes). Les jeunes y apprendraient les gestes de premier secours et y joueraient des « serious games », des jeux de rôles animés par différents professionnels de la justice. Au terme de cette semaine, ils recevraient un passeport citoyen au cours d'une cérémonie officielle. Ce passeport pourrait être alimenté par la suite avec des heures de Compte Personnel de Formation. « Notre objectif est de former le citoyen sur du long terme, d'ancrer dans les esprits les valeurs de la République pour que les jeunes aient envie de la défendre et de s'engager », explique Emilie Guérel.

Phase 3 incitative


La phase 3 a pour objectif d'inciter les jeunes de 16 à 25 ans à s'engager : dans le service civique, le Service militaire volontaire (SMV) ou adapté (SMA), la Croix Rouge, le milieu associatif, les établissements pour l'insertion dans l'emploi (EPIDE)… Cette phase pourrait ouvrir des droits à l'université avec des crédits ECTS, valoriser l'engagement des jeunes dans leur CV et leur permettre de gagner des points pour les concours de la fonction publique. « Une étude du CNRS révèle que 80 % des jeunes souhaitent s'engager, mais ne savent pas où. En leur présentant les différents dispositifs existants, le SNU peut leur offrir les moyens de s'engager. Ce peut être une réponse au décrochage scolaire. C'est un pari. On se donne les moyens d'offrir quelque chose d'ambitieux et de réaliste », conclut Emilie Guérel.

La députée va au contact


Son rapport parlementaire est maintenant repris par le groupe de travail du gouvernement, mais, afin de continuer à faire remonter des préconisations à Paris, elle entame des consultations dans les lycées généraux et professionnels et avec les syndicats de jeunes. Ces consultations locales seront complétées par une plate-forme numérique accessible par tous les lycéens de France. Le travail n'est pas terminé.

, le 03 mars 2018

Autres photos:

Plus de 120 personnes ont assisté à la première réunion publique de la députée à la Vague d'or aux Sablettes.
Plus de 120 personnes ont assisté à la première réunion publique de la députée à la Vague d'or aux Sablettes.