Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Ollioules > Ferdinand Bernhard a présenté ses vœux au canton
Le 19. janvier 2015 à 20h58

Ollioules Vie politique Ferdinand Bernhard a présenté ses vœux au canton

C’est aux côtés de Robert Bénéventi, Maire d’Ollioules et de Huguette Espinasse, Principale du collège, que Ferdinand Bernhard, Maire de Sanary et conseiller général du canton d’Ollioules, a présenté ses vœux, lundi soir, au Collège des Eucalyptus à Ollioules, aux habitants du canton en présence de Laetitia Quilici, sa colistière aux prochaines élections départementales, et de nombreux élus tant de Sanary que d’Ollioules.

Ferdinand Bernhard au cours de son allocution

Ferdinand Bernhard au cours de son allocution

Tradition oblige et respectée pour Ferdinand Bernhard, conseiller général du canton d’Ollioules (qui regroupe les communes de Bandol, de Sanary et d’Ollioules) : c’est au Collège des Eucalyptus, un établissement scolaire qui dépend du Conseil Général, qu’il a adressé ses vœux au canton depuis qu’il y a été élu et réélu il y a fort longtemps. Et espère l’être encore à l’occasion du scrutin des élections des 22 et 29 mars prochains. Des élections qui ne s’appelleront plus cantonales mais départementales, et qui ne concerneront plus qu’un seul candidat, mais un tandem homme/femme. En l’occurrence, ce sera un ticket Ferdinand Bernhard/Laetitia Quilici.

Présents de nombreux élus de Sanary et d'Ollioules


Pour cette cérémonie de vœux, s’étaient retrouvés à Ollioules de nombreux élus de Sanary, dont Patricia Aubert, Jean-Luc Granet, Jean Brondi, Fanny Mazella, Yvelise Dammann, Patrice Esquoy, adjoints au Maire et Daniel Alsters, conseiller municipal ainsi que de nombreux élus du conseil municipal d’Ollioules et de Carla Pain, Maire du Conseil Municipal des Jeunes entouré de plusieurs de ses colistiers

Consensus de pensée pour Charlie Hebdo


Au restaurant scolaire du Collège où s'est déroulée la cérémonie de ces vœux, Robert Bénéventi, Maire d’Ollioules, était tout d’abord revenu sur les évènements qui ont attristé la France, remerciant au passage les nombreux Ollioulais qui se sont mobilisés en masse et ont manifesté leur solidarité par des messages de sympathie, insistant aussi sur la détermination de chacun de ne pas s’en arrêter là, évoquant le conte africain du colibri, ce petit oiseau témoin d’un immense feu de forêt en savane africaine qu’il essaie d’éteindre, bec après bec, sous la moquerie des autres animaux qui l’interpellent « c’est comme ça que tu vas éteindre l’incendie ? ». Et l’oiseau de répondre : « Bien sûr, que non, mais j’y ai pris ma part ». Pour le Maire d’Ollioules, cet exemple devrait servir d’exemple car « nous devons tous prendre notre part ».

L'horreur du terrorisme


Et pour bien faire comprendre pourquoi il faut réagir, il rappelle cette horreur, cette ignominie, ce crime sans nom commis par des terroristes qui n’ont pas hésité à bourrer d’explosifs une fillette de 11 ans et à la faire exploser au milieu d’un marché. « Tout cela devrait nous faire réfléchir »

L'importance du rôle du Conseil Général


Après ces évocations, difficile de revenir sur terre, même s’il s’agit d’évoquer l’importance du Conseil Général « dont les communes ont tant besoin, qui ont affaire à des équipes de fonctionnaires compétentes, à des assistantes sociales toujours présentes et dévouées, à des aides conséquentes dans de nombreux domaines, notamment culturels avec le soutien apporté à Châteauvallon, à la réalisation et l’entretien des routes, la création et l’entretien de nos collèges et leurs missions de prévention en faveur des décrocheurs ».

Le rôle déterminant du monde éducatif


Lui emboîtant le pas, Huguette Espinasse, Principale du Collège les Eucalyptus, a remercié la municipalité d’Ollioules et le Conseil Général du Var pour le soutien qu’ils lui apportent. Mais c’est sur le sujet d’actualité qu’elle a insisté, disant combien le corps enseignant était préoccupé par les réponses à apporter à des questions légitimes de la part d’élèves qui n’analysent pas forcément comme des adultes la portée des actes que vient de vivre la France. Disant, entre autres, « nous devons surtout rester à leur écoute, ne pas juger mais essayer de comprendre ».

Elle aborde ensuite le chapitre des « décrocheurs », se félicitant de l’aide de la collectivité pour y apporter ses mannes, permettant ainsi aux élèves concernés de se tourner vers le monde extérieur, de partager des valeurs qu’ils ignoraient, de partager les joies et les exploits du sport…Ajoutant aussi sa satisfaction que la Fondation de France ait, elle aussi, répondu aux besoins pour cette démarche en accordant une subvention de 12.000€

"Etre intégré signifie aimer le pays qui vous accueille"


Pour sa part, Ferdinand Bernhard n’a pas voulu aborder le bilan de son mandat en faveur du canton d’Ollioules : même s’il est important, cela relève de la campagne électorale qui a commencé.

Le Conseiller Général a cependant voulu revenir, lui aussi, sur la tragédie que nous venons de vivre, saluant le vaste mouvement de soutien qui s’en est suivi, imaginant qu’une mère venant de donner naissance à son enfant n’envisage pour lui qu’une vie pleine de bonheur, mais ne comprendrait pas qu’à 11 ans, un fou de dieu la bourre d’explosifs pour aller la faire exploser en plein marché, quelque part en Afrique… « Nous devons réfléchir à tout cela, nous poser la question de savoir ce que représente le mot « intégration », un mot qui, à mon sens, signifie que l’on aime le pays qui vous accueille »

"Les communes ont besoin du Conseil Général


Mais comme il fallait tout de même évoquer la notion de Conseil Général, Ferdinand Bernard en a parlé avec une pointe d’humour, constatant tout d’abord que si la réforme a divisé le nombre de cantons du Var par deux (23 au lieu de 43) il en a multiplié ses représentants par deux (cherchez l’erreur), partageant aussi avec le Pape François (il y a quelques jours devant les membres de la Curie, à Rome) deux des quinze « péchés » qu’il leur reprochait, la procrastination et l’existentialisme pervers, soit, pour les non initiés, l’art de faire les choses à la dernière minute et la volonté de retarder des dossiers en cours. Avec cette conclusion : « Nous n’avons pas besoin de ces avatars étatiques, nous avons besoin d’avancer, le Conseil Général est l’avenir des communes »

Et comme c’est toujours le cas en cette période de vœux, tout le monde a terminé la soirée autour d’une belle galette des Rois.

F.K, le 19 janvier 2015

Autres photos:

Au premier rang de l'assistance, Laetitia Quilici (en noir) candidate avec Ferdinand Bernhard aux élections départementales de mars prochain Robert Bénéventi, Maire d'Ollioules, remercie les Ollioulais pour leur mobilisation en mémoire des victimes e Charlie Hebdo Au premier rang, Carla Pain, Maire du Conseil Municipal des Jeunes avec plusieurs de ses élus.
Au premier rang de l'assistance, Laetitia Quilici (en noir) candidate avec Ferdinand Bernhard aux élections départementales de mars prochain