Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Le Brusc > Bientôt des mesures concrètes
Le 2. juillet 2010 à 19h20

Le Brusc Natura 2000 Bientôt des mesures concrètes

Lentement mais sûrement le processus Natura 2000 Lagune du Brusc avance. Suite à une série de réunions l’Institut Océanographique Paul Ricard vient de mettre au propre une synthèse des différentes solutions évoquées par les acteurs locaux.

De gauche à droite : Elodie Rouanet (IOPR), Jean-Luc Bonnefont (IOPR), Joseph Mulé (1er adjoint mairie de Six Fours), Hervé Fabre (Conseillé municipal) et Eric Féraud (1er Prud’homme au Brusc)

De gauche à droite : Elodie Rouanet (IOPR), Jean-Luc Bonnefont (IOPR), Joseph Mulé (1er adjoint mairie de Six Fours), Hervé Fabre (Conseillé municipal) et Eric Féraud (1er Prud’homme au Brusc)

Elodie Rouanet et Jean-Luc Bonnefont de l’Institut Océanographique Paul Ricard (IOPR) ont bien travaillé ce printemps. Suite à une série de réunions sur les thèmes des mouillages et de la pollution, de la pêche et de la lagune qu’ils avaient organisées l’hiver dernier, ils ont maintenant établi une liste d’une trentaine de mesures, qui pourrait être mises en œuvre pour atteindre les objectifs de protection des habitats fixés par le tome I du DOCOB (Document d’Objectifs). Ces mesures seront réparties en 3 groupes : des mesures prioritaires qui deviendraient contractuelles vis-à-vis de l’état et de l’Europe, des mesures à appliquer, mais non contractuelles et enfin mise en place d’une charte Natura 2000, à laquelle les usagers pourront librement adhérer.

Le fruit de leur travail était présenté ce vendredi 2 juillet aux membres du comité de pilotage : La municipalité, les pêcheurs, le conservatoire du littoral, les associations (Plongée, Apnée, Plaisanciers, aviron, Protection de l’environnement) et la DDTM (Direction Départementale des Territoires et de la Mer).

Les principales mesures


- Diminution de 20% du nombre de mouillage dans la lagune à l’horizon 2012, date du prochain AOT (Autorisation d’Occupation Temporaire). L’application de cette mesure n’aura aucune conséquence puisque le nombre à atteindre est de 160 - 20% = 128 bateaux, or à l’heure d’aujourd’hui il ne reste déjà plus que 120 bateaux.

- Déplacer la zone de délimitation de la lagune de façon à englober complètement le massif barrière (Pour rappel il est interdit de naviguer dans la lagune, sauf pour les kayaks).

Plus de mouillage
à l’abri du Rouvelon ?


- Interdire les mouillages dans les herbiers de posidonies. En principe cette interdiction existe déjà car il est interdit de dégrader les herbiers de posidonie, or les ancres arrachent les rhizomes et donc abîment les herbiers. Cependant c’est une loi que personne ne respecte. En effet il n’est pas rare l’après-midi en été de compter de 100 à 150 embarcations en mouillage à l’abri du Rouvelon ou du Rouveau. D’après cette mesure, si elle était appliquée, ce qui correspondrait en fait à faire appliquer sur cette zone la loi nationale déjà existante, les bateaux ne pourraient plus mouiller dans ces emplacements. En réalité ils ne pourraient plus mouiller sur l’ensemble de la zone Natura 2000, vu que celle-ci est recouverte de posidonies sur pratiquement 100% de sa surface. Cette proposition représente la plus énergique des mesures proposées par l’IOPR, mais elle est aussi la plus controversée ! Certain réclament la mise en place de mouillages organisés (bouées fixées par des ancres à vis, auxquelles pourraient s’amarrer les bateau), d’autre les refusent de peur que cela ouvre la porte à des bateaux ventouses. En fin de compte Joseph Mulé annonça que rien n’était encore décidé, qu’une étude de fréquentation de la zone serait lancée ainsi qu’une réflexion sur les mesures à mettre en œuvre. Affaire à suivre, car il s’agit vraiment d’une des seules mesures qui apporterait un réel changement, mais elle pourrait aussi déclencher une levée de bouclier.

Mise en place d’une patrouille nautique


- Cette mesure avec la précédente constituent le fer de lance de tout le projet, car en effet toutes les résolutions seront bien inutiles, si personne ne s’évertue à les communiquer et à les faire respecter. En un premier temps le rôle de cette patrouille sera essentiellement un rôle d’information et de sensibilisation, mais nul doute que pour avoir des résultats elle devra un jour aussi avoir un rôle répressif.

- Large campagne d’information : Bien avant de penser à la répression la volonté du comité de pilotage est d’informer et de nombreux moyens vont être mis en œuvre dans ce sens : mise en place de panneaux aux abords de la lagune et de la cale de mise à l’eau, renforcement de la campagne écogeste, prospectus distribués aux points de location de bateaux, conférences, expositions...

Prochaines étapes


Suite à la réunion de travail de ce vendredi, l’IOPR va intégrer les réflexions et commentaires des participants, puis présentera le résultat fin août au CSRPN (Conseil Scientifique Régional du Patrimoine et de la Nature), après validation par le CSRPN le document définitif reviendra devant le comité de pilotage pour approbation. S’il est approuvé TPM désignera alors une entité publique pour animer la mise en œuvre du projet. Il est donc fort probable qu’à partir de 2011, tout un chacun devra respecter les règles Natura 2000 lorsqu’il naviguera dans l’archipel des Embiez. Et ce pour la plus grande satisfaction des uns et peut-être au regret de certains autres, mais pour qui aime le Brusc, le jeu en vaut certainement la chandelle !

XT, le 02 juillet 2010

Autres photos:

Natura 2000 Lagune du Brusc : Un processus lancé il y a 4 ans déjà.
Natura 2000 Lagune du Brusc : Un processus lancé il y a 4 ans déjà.