Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > La Seyne sur Mer > La Seyne-sur-Mer : Forum Citoyen autour de la Taxe...
Le 18. décembre 2009

La Seyne Société La Seyne-sur-Mer : Forum Citoyen autour de la Taxe Carbone

Jean-Sébastien Vialatte, député-maire de Six Fours les Plages, et Gilles Vincent, Maire de Saint-Mandrier, ont exposé et débattu ce jeudi sur la nécessité d’une Taxe Carbone.

Jean-Sébastien Vialatte et Gilles Vincent à la Seyne sur Mer pour un forum citoyen au sujet de la taxe carbone.

Jean-Sébastien Vialatte et Gilles Vincent à la Seyne sur Mer pour un forum citoyen au sujet de la taxe carbone.

La taxe Carbone, perçue comme injuste et antisociale, n’est-elle pas nécessaire à une prise de conscience individuelle ? Tel était l’enjeu du débat ce soir à la Bourse du Travail.

Un constat guère optimiste


Au départ, un constat flagrant : l’effet de serre du à la production de gaz contribue fortement au réchauffement du sol et au changement climatique. Nous sommes, certes, responsables collectivement de cet état de fait, quand on sait que les gaz à effet de serre sont dus pour 26% aux transports, 20% à l’industrie, 19% à l’agriculture et au bâtiment, 13% à l’énergie et 3% au traitement des déchets. Depuis les années 1950 l’évolution des émissions de CO2 ne cesse d'augmenter : «  Il faut bien constater que le changement climatique influe sur les espèces et les conditions de vie. La canicule 2003 n’a-t-elle pas provoqué 70.000 morts en Europe ? (dont 15.000 en France) » expose Gilles Vincent, Maire de Saint-Mandrier.

Le constat énergétique n’est guère plus optimiste; la consommation d’énergie ne cesse d’augmenter et ce, depuis la seconde guerre mondiale. Les secteurs économiques de l’industrie, de l’habitat et du tertiaire consomment beaucoup de gaz et d’électricité tandis que l’agriculture puise dans les produits pétroliers. Reste le charbon mais il est pauvre et polluant. On estime qu’en 2050 nous serons en manque d’énergie. La pénurie est proche et les énergies renouvelables sont insuffisantes (6%), tandis que la population et la demande augmentent. Les émissions de CO2 ont en effet suivi la croissance économique.

Modifier les habitudes
de consommation


C’est à partir de ces constats que nos deux élus souhaitent orienter le débat : « Il faut absolument modifier les habitudes de consommation. La Taxe Carbone doit pouvoir inciter à modifier les comportements individuels, ce sont ces petites mesures qui nous feront prendre conscience de la nécessité d’agir. Et l’Europe doit s’affirmer comme une vraie puissance politique pour faire passer le message au reste des pays » soutient Monsieur Vialatte

La taxe Carbone en chiffres


La taxe Carbone existe déjà chez nos voisins européens. En 1991 la Suède avait déjà fixé une taxe à 26 euros, aujourd’hui elle s’élève à 106 euros. Depuis ces mesures, la Suède aurait baissé ses émissions de CO2 de 12%. En France, la Taxe s’élèvera à 17 euros la tonne de CO2. Un chiffre qui dans les faits signifie que nous payerons 2,3 euros de plus pour un plein de 50 litres de diesel, 2 euros pour un plein d’essence, et 45 euros pour 1000 litres de fioul. Cette mesure recommandée et contrôlée par le Grenelle de l’Environnement devrait rapporter 4,5 milliards d’euros qui seraient utilisés pour la recherche de nouvelles technologies et le développement des énergies renouvelables.

Alors, prêts à payer une nouvelle taxe ? L’enjeu est celui de notre planète, nous dit-on. Rien de si grave pour notre porte-monnaie puisqu’en compensation nous bénéficierions d’une baisse d’impôt sur le revenu ou d’un chèque vert pour les non-imposables. Les pollueurs, quant à eux, seront imposés. « Il faut prendre cette Taxe comme un système de bonus/malus, on aide ceux qui prennent des décisions pour consommer moins et on impose ceux qui consomment trop » conclue Jean-Sébastien Vialatte. A suivre...

A.I., le 18 décembre 2009

Autres photos: