Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > Casino de Sanary: Joa jette l’éponge, la municipalité...
Le 11. juillet 2009

Sanary Eco échos Casino de Sanary: Joa jette l’éponge, la municipalité relance le projet.

Beaucoup de monde réuni au foyer du Petit Galli pour ce conseil municipal électrique qui s’est déroulé le mercredi 8 juillet. Les débats ont souvent été houleux autour du projet du Casino et de l'abandon de JoaGroupe.

Polémique autour du casino au conseil municipal de Sanary

Polémique autour du casino au conseil municipal de Sanary

Le conseil municipal débuta en douceur
avec des sujets faisant l’unanimité.


La demande de validation du « guide pratique à l’usage des utilisateurs de la Médiathèque, de ses annexes », et « de la charte d’utilisation du Multimédia et d’internet » présentée par S. De Maria n’a guère posé problème ainsi que les « subventions pour les ravalements de façade » présentées par Yvelise Dammann. La mairie donnant la possibilité, dans le cadre de la rénovation du centre, aux propriétaires ou commerçants qui réalisent un ravalement de façade, dans le respect du cahier des charges, de disposer d’une aide financière. Concernant « la disposition en faveur de la mixité sociale de l’habitat, le dépassement du C.O.S pour la réalisation de logements sociaux », Sandrine Mazella, conseillère municipale se reprit plusieurs fois avant d‘expliciter sa question, « est-ce réalisable compte tenu du prix du terrain à Sanary ? ». Explication de Ferdinand Bernhard « La ville a acheté un terrain à un privé, on applique un COS supplémentaire, on s’est engagé auprès du préfet à faire 200 logements sociaux avant la fin du mandat, on est loin des 1000 à 1500 prévus par la loi »

Débat autour du « périmètre d’aménagement de l’Eco-technopole »


Gérard Vernières (UMP) demanda une explication au maire, « le 28 janvier 2007 on a déjà voté une mise à l'étude pour le projet d’aménagement d’une éco-technopole, et aujourd’hui vous nous parlez d’une nouvelle étude ? »
Interloqué, le maire demanda à G. Vernières de reformuler, pour ensuite expliciter de quoi il était question, « on ne se comprend pas, la mise à l’étude est juste un geste administratif, cela n’a rien à voir avec la réalisation d’une étude, l’étude est toujours en cours, on ne vote pas une nouvelle étude. » G. Vernières demanda alors quand l’assemblée connaîtrait les résultats de l’étude qui devait « durer 20 mois ». Réponse du maire, « les résultats de l’étude seront connus normalement mi-septembre ».

Mais le ton commença un peu plus à monter avec l’intervention d’Olivier Thomas (UMP) : « Il va y avoir 20 hectares d’emprise au sol pour cette technopole dans le quartier de la Baou, beaucoup d’habitants vont être expropriés, alors qu’il existe déjà à quelques kilomètres deux zones franches, quel est l’intérêt ? D’autre part vous aviez annoncé que le casino financerait cette éco-technopole ? Et enfin de quel type de technopole s’agira-t-il ? »
A ces mots, Olivier Thomas fixe la première adjointe Patricia Aubert :
« Ça vous fait sourire Madame Aubert ? Moi non !! »
Patricia Aubert : « doucement Monsieur Thomas, doucement »
Sur ces entrefaites, Olivier Thomas poursuit, « et que vont devenir les puits d’eau douce de la Baou, ces questions attendent des réponses monsieur le maire ? D’accord sur l’aménagement mais dans le respect! Nous proposons sur les terrains en jachères des logements, un lycée... »

Silence de Ferdinand Bernhard, qui pour seule réponse demande : « d’autres questions? »
Fureur d’Oliver Thomas, « Refus du débat, vous prenez un risque juridique, c’est une nouvelle fois un bon comportement démocratique »

Polémique autour du Casino


La parole aux opposants : Ariel Sarazin lit l’ordre du jour « déchéance du délégataire du service public du Casino de Sanary sur Mer ». Après lecture, Oliver Thomas interpelle vivement le maire « le 11 décembre 2006, Ferdinand Bernhard annonce dans Var Matin l’ouverture du casino pour juillet 2009. Le 21 novembre 2008, 90% du chemin est parcouru et six mois plus tard on est à 0%. La concession passe de18 à 20 ans... On veut un référendum, un vote à bulletin secret, pour l’abandon du lieu. » Puis Olivier Thomas s’adresse à la majorité « soyez indépendant, votez contre ce projet, qui aboutira à la destruction du poumon vert de Colombet! ». Appel restant lettre morte, il poursuit « 100 000 euros ont été versés par le groupe Joa, est-ce que la commune devra les reverser ? »
C’est ensuite à Claude Vincensini (PS) de prendre le relais : « Contre le projet du Casino un recours a été déposé. Le “jardin de lumière” se transforme en cauchemar, à quoi sert ce projet ? »
Gérard Vernières finit, de manière plus consensuelle: « Je serais plus bref, j’ai toujours dit que ce ne serait pas mon projet, mais si c’était un bon projet je ne serais pas opposé, en ce moment les banques sont dans le rouge, est-ce réaliste de vouloir poursuivre ? »

Ferdinand Bernhard argumente en faveur
de la poursuite du projet


« D’abord c’est la première fois je crois dans l’histoire, qu’une société qui obtient l’autorisation du ministère renonce à construire. Première remarque la vie m’ a appris que rien n’était facile et surtout dans la vie publique et on pourrait parcourir beaucoup de projets qui n’étaient pas gagnés d’avance, on n’a jamais réussi du premier coup, entre les recours ou les autres obstacles... On aurait pu à chaque fois renoncer, il y a une culture du renoncement dans ce pays. Il se trouve que ce choix de Casino, certains d’entre vous en ont fait un débat électoral, or les sanaryens ont tranché, et ceux qui ne sont pas d’accord ne sont pas respectueux du mode électoral! Le choix a été tranché par les habitants de Sanary. »

Deuxième point, « un casino est une délégation de service public, on a forcé personne à être candidat. In fine il nous restait deux candidats, Joa et Barrière. Selon la procédure on a choisi Moniflore qui est devenu Joa. Je n’ai mis le couteau sur la gorge de qui que soit... ça appartenait ensuite à la commission des jeux et du ministre de l’intérieur de trancher. »

D'autre part, « Le recours contre le permis n’a pas été tranché je vous rappelle que c’est le conseil départemental qui a autorisé la construction d’un hôtel en plus du Casino... Ensuite je me suis rendu à Paris et la commission nationale des jeux a émis un avis favorable. Je m’interroge, lorsqu’on me dit que je construis sur un terrain non constructible. Le ministre avait bien compris que celui qui avait écrit cela était un imbécile. »
Cet agrément « s’est fait par la volonté de la ville et du ministre et on ne peut pas dire que le ministre n’était pas informé. Je peux vous montrer des lettres de Sanaryens qui ont écrit au ministre pour lui dire de ne pas signer... finalement le ministre a signé !”
Il semblerait que Ferdinand Bernhard, sans le nommer, faisait allusion à une lettre qu’Olivier Thomas aurait envoyé au ministre, lettre qui serait retombée dans les mains du maire....

Ferdinand Bernhard poursuit : « Joa ne construira donc pas et le groupe a livré un certain nombre d’explications, on peut toujours en discuter. Mais doit-on renoncer ? Est-ce que le fait qu’il y ait une crise économique doit nous pousser à renoncer ? Il me semble avoir entendu le président de la république implorer les collectivités locales d’investir. Je dis simplement que je crois dans ce projet. Les casinos sont pourvoyeurs de recettes pour l’état et même si le casino ne marche pas tout de suite, je préfère être là au moment de la reprise et ne pas regretter ». Le maire faisait notamment allusion à la législation qui risque d’être plus favorable aux casinos, conséquence des mesures qui auraient fait perdre de l’argent au casino comme l’interdiction de fumer par exemple. Et Ferdinand Bernhard semblait suggérer avoir entendu une évolution législative positive pour les Casinos.

Avant de conclure, le maire s’en prit une nouvelle fois à l’opposition, « et bizarrement quand on parlait du Casino à 120 mètres de la mairie de Sanary, dans une ville voisine, ça ne posait pas de problèmes à mes opposants. ». Allusion au projet de Casino envisagé un temps par la mairie de Six-Fours.

Et finit par « Le casino sera pourvoyeur d’emplois et de recettes », il drainera en plus des activités annexes selon le maire.

« Donc si l’état a pris des mesures pour aider les collectivités à investir et fera en sorte d’aider les casinos c’est bien qu’il y aura des retombées. Peut-être qu’on aura des candidats ou pas, le terrain est déjà acquis, et même si le projet du casino ne se faisait pas on pourrait le revendre. »

Réponse à propos des 100.000 euros versés par Joa : « Concernant les 100.000 euros, celui qui a obtenu la DSP devait payer les dépenses » ainsi la ville ne devra pas les rembourser ».

La polémique se poursuit...


Après cette longue tirade la salle était toujours sous tension, lorsque le maire demanda le vote, intervention immédiate d’Olivier Thomas : « j’ai demandé le vote à bulletin secret ». Réplique du maire, « levez la main ceux qui souhaitent voter à bulletin secret ». Seuls Olivier Thomas et Régine Aguillon levèrent la main, ironique le maire lance « vous êtes bien seul monsieur Thomas, heureusement qu’il y à votre voisine ». Agacement d’Olivier Thomas, et le maire ajoute ensuite « ah et juste un détail, le terrain était déjà constructible avant que je ne sois maire ».

Après cet ordre du jour mouvementé les esprits ne se calmèrent pas, avec l’annonce de Patricia Aubert demandant aux gens de la salle qui filmaient de cesser, car cela aurait importuné certaines personnes présentes. Olivier Thomas hausse le ton, « C’est un débat public et les gens ne désirant pas être filmés peuvent quitter la salle », Olivier Thomas s’appuyant sur une décision de justice ayant apparemment fait jurisprudence.
La réponse du maire ne se fait pas attendre, « je vous rappelle qu’il y a une autre liberté fondamentale », le maire rappelant que s’il y a trouble à l’ordre public il peut à tout moment cesser les débats, nouvelle allusion à un précédent conseil où le maire avait fait valoir ce droit.

Sanary va rechercher un nouveau candidat
pour la construction du casino !


Bilan, la municipalité a donc voté la déchéance de la société Joa, et a décidé de lancer une nouvelle délégation de service public. Le Casino de Sanary est et reste un sujet de polémique majeur. Suite au prochain épisode.

Traste, le 11 juillet 2009

Autres photos:

Beaucoup de personnes présentes pour ce conseil municipal Ferdinand Bernhard, maire de Sanary entouré de Patricia Aubert et Jean Brondi. Le conseil municipal se déroulait au Petit Galli
Beaucoup de personnes présentes pour ce conseil municipal
Les plus : aimés commentés lus