Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > Les nouveaux Sanaryens ont fait connaissance avec les...
Le 7. février 2012 à 21h15

Sanary Vie municipale Les nouveaux Sanaryens ont fait connaissance avec les élus et ont pu poser des questions

Lundi soir s'est déroulée la traditionnelle cérémonie d'accueil des nouveaux sanaryens arrivés entre février 2011 et février 2012 avec une présentation de la commune et un jeu de questions-réponses sur une multitude de sujets.

Les nouveaux sanaryens accueillis lundi soir salle Marie Mauron par le maire Ferdinand Bernhard et l'équipe municipale.

Les nouveaux sanaryens accueillis lundi soir salle Marie Mauron par le maire Ferdinand Bernhard et l'équipe municipale.

Près de 300 nouveaux arrivants ont été recencés dans l'année et lundi soir un accueil chaleureux les attendait salle Marie Mauron en présence de l'équipe municipale et des élus de l'opposition. A leur arrivée chacun avait droit à une documentation complète sur les diverses activités sur la commune et même un cendrier de poche. Ils étaient très nombreux à s'être déplacés. Patricia Aubert s'est chargée de présenter tous les élus, rappelant que tous recevaient les administrés par demi-journée en mairie et sans rendez-vous, Puis parole fut donnée au père Florian, et le maire d'expliciter cela: "à chaque fois nous invitons, le curé, la pasteur, le commissaire, le chef du centre de secours, tout simplement parce- que nous faisons partie d'une même communauté et que nous sommes tous au service de la population". Et de faire un panorama de la politique municipale entre la quatrième fleur, la certification à l'accueil, à la sécurité dans les bâtiments publics ou à la gestion des deniers publics: "nous essayons de vous mettre des lieux de convivialité avec les salles d'exposition, le théâtre, la médiathèque, tout en organisant de nombreuses manifestations". Le tout agrémenté d'anecdotes et de digressions, faisant souvent sourire l'assistance. Et de conclure: "actuellement on est entre 17 et 18.000 habitants et on ne veut pas dépasser le seuil des 20.000, l'important est de maintenir cette qualité de vie". Après une séance de questions (voir ci-dessous), les nouveaux Sanaryens partagèrent le verre de l'amitié, l'occasion d'échanger aussi directement avec les élus. Les conseillers municipaux d'opposition Olivier Thomas et Régine Aguillon ont aussi distribué en fin de séance un bulletin d'information sur leur association et rappelé la réunion publique du lundi 13 février à 18h30 concernant la LGV au petit Galli.

Une série de questions sur plusieurs sujets:
LGV, Reppe, pistes cyclables..


C'est aussi une habitude: le maire se plie après la présentation de la commune, au jeu des questions-réponses. Et le moins que l'on puisse dire est qu'elles étaient très nombreuses. Il fut question de l'échangeur autoroutier, de la LGV, le maire évoquant "l'arrogance" de Réseau Ferré de France, affirmant l'opposition de la municipalité à ce projet destructeur. Et d'évoquer les nombreux projets en cours, tout en soulignant la difficulté de déterminer les dates, compte tenu des longues procédures administratives: citons la nouvelle poste, le nouveau commissariat, le pont sur la Reppe et le Casino. Le maire de rappeler: "le plan local d'urbanisme a été voté et toutes les informations relatives sont disponibles sur notre nouveau site d'internet, très facile d'accès".
On l'interrogea sur les odeurs de la Reppe: le maire évoqua la complexité du sujet: "on a essayé plusieurs techniques, mais on n'a pas trouvé la solution. On ne peut pas tout faire car cela dépend de l'Etat". Et d'ajouter que l'odeur pouvait avoir plusieurs causes comme des constructions faites du côté des Lônes sur d'anciens marécages ou les herbes marines: "si quelqu'un a la solution, nous sommes preneurs".
Il fut aussi question de la communauté d'agglomération: "j'ai toujours refusé d'adhérer à TPM. Ce n'est pas une question de personnes, mais je ne voyais pas Sanary rattachée à Toulon, je voulais une communauté de commune à échelle humaine. On a donc choisi Sud Sainte Baume, depuis qu'une loi a obligé les collectivités à intégrer une communauté de commune".
On passa ensuite aux gens du voyage: "je ne veux pas laisser m'enfermer dans une histoire de racisme, quelque soit leur nationalité! Ce serait des norvégiens, le problème serait le même, à savoir de voir débarquer des dizaines de voitures avec des caravanes. On lance donc à chaque fois une procédure d'expulsion, et nous gagnons systématiquement. Mais comme le nouveau PLU a été voté, on va pouvoir créer un espace qui accueillera 40 caravanes du côté du péage de Bandol-Sanary".
Les nouveaux Sanaryens abordèrent aussi le sentier des douaniers et la possibilité ou non d'une réouverture: "c'est une histoire compliquée! Il faut savoir qu'on ne peut pas faire ce qu'on veut. Il y a eu des éboulements dans certaines zones, on verra à terme d'ouvrir certains passages, mais cela dépendra aussi du coût".
Enfin les pistes cyclables s'invitèrent au débat, et le maire d'expliquer sa réticence: "il faut sécuriser tout le cheminement. Vous imaginez bien qu'elles passent devant des propriétés, premier danger. Ensuite les pistes cyclables s'arrêtent et les cyclistes doivent par exemple emprunter des giratoires. En plus il faut prendre en compte l'emprise: il faudrait pratiquement 12 mètres. Imaginez cela sur la route de Bandol, avec en plus les soucis d'éboulement. Je ne veux pas faire des pistes pour me donner bonne conscience".
Il fut enfin question des impôts, le maire rappelant qu'il annonçait depuis sa première élection le taux des augmentations à venir, et de souligner que Sanary faisait partie des villes les moins imposées de France.

D.D, le 07 février 2012

Autres photos:

A leur entrée l'élue Yvelise Damman leur donnait une série de documents sur la commune. Le père Florian a présenté l'Eglise Saint Nazaire, évoqué l'orgue, les fresques...
A leur entrée l'élue Yvelise Damman leur donnait une série de documents sur la commune.