Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Le Brusc > Triste dénouement pour la tortue du Brusc
Le 18. octobre 2016 à 23h22

Le Brusc Faits divers Triste dénouement pour la tortue du Brusc

La tortue échouée sur la plage du Cros samedi et recueillie par l’institut Paul Ricard a été transférée dimanche au CESTMed du Grau du Roy. L’animal, très faible, est malheureusement décédé pendant un examen radiologique ce lundi.

Afin de lui prodiguer les premiers soins, l’Institut Paul Ricard avait recueilli samedi la tortue échouée sur la plage du Cros. Après une nuit passée dans l’un des bassins de l’institut océanographique, cette tortue caouanne était dans un état grave et il a été décidé de la rapatrier dans les locaux du Centre d’Etudes et de Sauvegarde des Tortues Marines de Méditerranée au Grau du Roy. Malheureusement, l’équipe du centre n’a pas pu la sauver et a pu seulement constater les dégâts.

un bas de ligne de pêche retrouvé
dans son appareil digestif


Selon le CESTMed, « L’autopsie réalisée lundi matin a révélé de nombreuses inflammations et blessures au niveau de l’appareil digestif, notamment au niveau de l’intestin ». L’explication que le centre a retenue est « l’ingestion d’un bas de ligne de pêche ». Sur leur site, il explique que « La tortue est décédée des suites d’une péricardite et d’une infection généralisée de l’appareil digestif ».

Un cas qui n’est pas isolé


Depuis le début de l’année, le CESTMed a déjà accueilli plus d'une cinquantaine de tortues, dans un état de santé préoccupant. En cause, les plastiques ou autres déchets polluants et qui sont ingérés par les animaux marins. D’après le CESTMed, c’est « une cause visible dans l’ensemble des autopsies réalisées sur les tortues marines décédées que nous recevons ».

Alerte sur la préservation
de l'environnement marin


Cette fois-ci, malgré une prise en charge rapide de l’institut Paul Ricard et du CESTMed, il a été impossible de sauver cette tortue femelle d’une vingtaine d’années qui, selon le centre, « ne s’alimentait plus depuis des semaines ». Cette malheureuse histoire tient à rappeler l’importance de la sauvegarde du littoral et du milieu marin.

C.O, le 18 octobre 2016