Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > Winter War : l'équipe du film rencontre les Six-Fournais...
Le 29. janvier 2018 à 19h13

Six Fours Culture Winter War : l'équipe du film rencontre les Six-Fournais au Six n'Etoile.

Samedi matin, une petite foule est venue se rencontrer dans le hall du Six'n'Etoile. En dégustant un café et quelques biscuits offerts, les cinéphiles ont échangé avec l'équipe du film Winter War. Pour l'occasion, Mr Leon Mesnier, vétéran six-fournais témoin des événements du film était présent.

L'équipe du film, le vétéran et ses enfants.

L'équipe du film, le vétéran et ses enfants.

Janvier 1945. Les troupes d’élites du 1er régiment de parachutistes français, combattant sur le sol Français depuis novembre 1944, et déjà durement éprouvées par la campagne des Vosges, entrent de plein pied, aux côtés de soldats américains, dans ce qui sera un des épisodes les plus meurtriers de ce début d’année. En effet, les combats pour la libération du village Alsacien de Jebsheim seront si acharnés qu’on surnommera plus tard cette bataille, le « Stalingrad Alsacien ». Le film Winter War revient avec justesse et émotion sur cet épisode.

"Voir le nom de ce village sur l'affiche, ça me remue les tripes."


"Il faut raconter les corps déchiquetés, mais également les âmes abimés" raconte le vétéran. "Je collectionne les films de guerre, et jamais on ne rend hommage à mes compagnons d'armes. La reprise du village alsacien de Jebsheim, les 28 et 29 janvier 1945 a été ardue. On appelle d'ailleurs cette bataille le «Stalingrad Alsacien ». Les conditions climatiques étaient épouvantables, avec des températures avoisinant les -20°, on nous a plongé dans un enfer fait de glace." Il marque une pause et raconte: " Lorsque j'ai vu sur l'affiche la ville de Jebsheim, j'ai été retourné. J'ai senti mes tripes se nouer. Je tiens à remercier l'équipe du film qui a réussi à retranscrire la réalité du combat et la dureté de cet hiver."

"La participation des troupes françaises, "les malgré-nous",
des sujets trop souvent écartés".


David Aboucaya, réalisateur du film et Six-fournais explique : "L'objectif est de mettre en avant une période charnière de notre histoire qui demeure pourtant peu connue du grand public. Si la Résistance a été à maintes reprises relatée au travers de films ou téléfilms, la participation des troupes françaises a rarement été mise en avant. Beaucoup de combattants français ont pourtant pris part, aux côtés des soldats alliés, à des faits d’armes qui ont été déterminants pour la libération de la France. A travers le parcours physique et émotionnel des personnages du film, français et américains, le spectateur va pouvoir s'immerger dans la dureté des épreuves qu'ont pû traverser tous ces hommes". Il reprend : "Un autre fait marquant est aussi abordé dans ce film : le sort tragique et longtemps incompris des « malgré-nous », hommes d’Alsace Lorraine enrôlés de force dans l’armée allemande." Leon Mesnier, vétéran, termine : " Une histoire de fratrie vient ajouter de l'émotion au film. Et c'est bouleversant de vérité. Il y a avait dans mon régiment un homme qui allait au combat plein d'anxiété. Il racontait qu'il n'avait qu'une peur, trouver son frère sur la ligne adverse."

C.G, le 29 janvier 2018

Plus d'infos:

Autres photos:

L'affiche du film. Les spectateurs écoutent Leon.
L'affiche du film.