Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > Le vivre ensemble mis à mal
Le 31. mars 2019 à 08h50

Six Fours Voisinage Le vivre ensemble mis à mal

Climat tendu samedi pour le petit déjeuner de proximité sur l'aire de battage du quartier Reynier. Au menu, jeunes bruyants, poubelles et crottes de chien.

Les élus municipaux étaient venus en nombre samedi 30 mars pour le 18ème petit-déjeuner de proximité dans ce qui est probablement la plus jolie rue de Six-Fours. De jolies petites maisons de village colorées y donnent sur une aire de battage devant l'aire de battage restaurée.

« Il faut raison garder »


Le maire Jean-Sébastien Vialatte a mentionné rapidement les améliorations du quartier : le parking Bouillibaye qui sera inauguré le jeudi de l'Ascension et restera gratuit, bien que les voitures ventouses n'y seront pas tolérées, puis il est rentré dans le vif du sujet en abordant les nuisances nocturnes dont se plaignent les riverains. Il a rappelé que la police peut être jointe 24 heures sur 24 et les contrevenants verbalisés: 28 PV ont été dressés pour usage abusif (135€), 19 pour stationnement gênant et 44 pour effraction. Deux protagonistes de feux de poubelles ont été interpellés. Les éducateurs de rue de la structure de prévention APEA sont vigilants et la municipalité met à disposition des structures avec baby foot, jeux électroniques et distributeurs de boissons à faible coût. « Les jeunes sont cependant réfractaires aux lieux estampillés par une autorité publique. Ils veulent se retrouver en dehors de la présence des adultes. J'ai eu 16 ans, vous aussi. Nous n'étions pas des enfants de coeur, mais se regrouper n'est pas une effraction. » Le maire a incité les présents à ne pas tomber dans un engrenage action-réaction en confrontant les jeunes. « Ne rentrez pas dans le cercle infernal. Ne leur répondez pas, appelez-nous », a-t-il préconisé. Pour régler les nuisances nocturnes, le premier magistrat de la commune a promis de clôturer l'aire de battage. « C'est dommage, mais nous n'en profitons pas à cause des enfants qui nous insultent », a fait remarquer un riverain. Le maire a demandé du temps pour en faire quelque chose de joli et a proposé de mettre des jeux d'enfants si cela n'abîme pas le sol. « N'échangeons pas une nuisance pour une autre ! » s'est exclamé le même riverain, ce qui a eu le mérite d'exaspérer le maire : « Cessons d'avoir des enfants alors ! »

Tout le monde doit y mettre du sien


L'assistance est tombée d'accord pour accuser les parents : « On en est là car les parents ne remplissent pas leur rôle ». Le sujet de mécontentement suivant était pourtant le fait des adultes : les excréments de chiens dans la ville en général et dans le quartier en particulier. Pourtant, un distributeur de sacs pour crottes de chiens a récemment été installé dans la rue. « On trouve de la merde de chien sur la poignée de nos voitures ! » a révélé une riveraine. Le maire a fait remarquer que ce quartier est le seul où il existe un vrai problème de vivre ensemble. Les poubelles n'y sont pas souvent rangées, or cette rue est la seule, avec la rue de la République, où les poubelles sont ramassées tous les jours au lieu de trois fois par semaine.

La jeune femme de 26 ans dont la voiture a brûlé le 9 mars rue Victor Hugo car garée près des poubelles en feu (voir notre article) a exprimé son désarroi. Puisque les responsables ne sont pas identifiés, l'assurance ne remboursera pas son véhicule. « Je vais au travail à pied désormais. S'il y avait eu des caméras, j'aurais pu être remboursée... » Le premier magistrat a promis une plus grande présence des patrouilles de la Police municipale pour verbaliser les contrevenants au stationnement, aux poubelles, aux chiens, aux nuisances nocturnes et a même proposé d'enterrer les poubelles pour embellir la rue. La discussion a continué autour d'un café et Jean-Sébastien Vialatte a donné rendez-vous aux présents dans trois mois pour sabler le champagne « car toutes ces mesures auront marché. »

La prochaine réunion de proximité aura lieu vendredi 5 avril à 17h sur le parking de la résidence Lyloa rue Curet Bas / avenue du lycée de la Coudoulière, un quartier déjà visité par le maire et où il avait promis de revenir avec Var Habitat. Il saisira cette opportunité pour présenter un projet de sens unique. Samedi 6 avril, le petit-déjeuner de proximité aura lieu avec chemin des Faïsses.

, le 31 mars 2019

Autres photos:

La jeune femme dont la voiture a été brûlée rue Victor Hugo.