Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > Les gens du voyage s’installent-ils à Pépiole ?
Le 10. avril 2014 à 10h52

Six Fours Vie de la cité Les gens du voyage s’installent-ils à Pépiole ?

Depuis peu de temps, des terrains ont été achetés à Pépiole et des caravanes s'y sont installées. Les riverains sont étonnés que les propriétaires aient pu obtenir l’autorisation de construire des murs et surtout de viabiliser leurs terrains.

Le quartier qui entoure ND de Pépiole est tranquille, très tranquille. Les terrains ne sont pas très chers, ce qui est logique, puisque ce sont des terres agricoles inconstructibles. Seulement voilà, plusieurs de ces terrains ont été achetés par des personnes qui montent un mur de clôture, avec un portail, les aménagent comme il faut, obtiennent l’eau et l’électricité et y installent leurs caravanes, comme s’il s’agissait d’un camping.
On ne peut pas dire le contraire : c’est propre, c’est bien fait. Ils sont plutôt discrets et ne dérangent personne ou presque.

Comment ont-ils eu l’eau et l’électricité ?


Les voisins s’interrogent. Ces terrains sont agricoles et il n’est pas question de pouvoir les viabiliser, c'est-à-dire d’avoir l’eau et l’électricité. Comment ont-ils fait pour les obtenir ? Les riverains redoutent un envahissement dans ces chemins très étroits. Ils se demandent si ce sont les gens du voyage qui s’installent et craignent une décote de leur foncier.

Sachant que c’est la mairie qui donne son accord pour les branchements, nous sommes allés nous renseigner auprès de Joseph Mulé, le premier adjoint, qui nous confirme que de nombreux contentieux sont en cours pour infractions aux règles de l’urbanisme :
« Nous refusons systématiquement tout accord avec ERDF, pour un raccordement. Ce qui veut dire que ces gens-là utilisent des moyens détournés pour être alimentés ».
Des procédures seraient en cours et le Procureur de la République serait donc au courant, mais les pouvoirs du maire sont limités. La première difficulté par rapport à ces terrains agricoles, étant que la ville n’a pas droit de préemption en cas de vente. « Le problème, c’est la lenteur administrative et judiciaire. Ces personnes le savent et jouent avec », nous dit Joseph Mulé, qui conclut : « Par contre et heureusement, quand les condamnations tombent, elles sont lourdes (astreintes judiciaires …).

En attendant, l’inquiétude monte… Mais au delà de ces interrogations, si ce sont bien des gens du voyage, peut-être sont-ils simplement là, par manque de terrains pour les accueillir...

PH, le 10 avril 2014

Autres photos:

Le plan du quartier matérialisant les terrains et les zones.
Le plan du quartier matérialisant les terrains et les zones.