Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > Le bétonnage en question
Le 16. juillet 2018 à 11h08

Six Fours Conseil municipal Le bétonnage en question

La deuxième partie du dernier conseil avant les vacances a porté sur la construction et l'attribution des logements sociaux.

Le maire Jean-Sébastien Vialatte

Le maire Jean-Sébastien Vialatte

« Cela ne sert à rien de s'agiter »


Une convention d'intervention foncière a été signée entre Six-Fours-les-plages, la Métropole TPM et l'Etablissement Public Foncier de PACA. A propos de la réalisation sur le site Hoirs Nord d'une opération de 90 logement, dont 50 % sociaux, le conseiller Rassemblement national Frédéric Boccaletti a pris le maire à partie. « Allez-vous continuer longtemps à soutenir le bétonnage de la ville ? Nous ne serons pas complices ! Quand demanderez-vous l'avis de la population ? Vous arrive-t-il de vous promener dans Six-Fours ? Les commerçants y sont mécontents car ils aiment leur ville ! » Le maire a tout d'abord répondu douter du mécontentement des commerçants face à l'augmentation de leur clientèle. Il a ensuite rappelé au conseiller de l'opposition que la Ville n'a plus le pouvoir d'attribution des logements depuis qu'elle a été mise en carence par le préfet. « Cela ne sert à rien de s'agiter. »

« On a perdu du temps »


Les deux élus sont tombés d'accord pour identifier la source du problème, la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains, couramment appelée loi SRU. « Pourquoi n'avez-vous rien fait à ce propos pendant les quinze années où vous avez été député ? On a perdu du temps », a demandé Frédéric Boccaletti. « Pour l'instant, nous avons encore pouvoir de décision sur les permis de construire. L'intérêt de la ville est de sortir de la carence », a répondu Jean-Sébastien Vialatte, en rappelant au conseiller d'opposition que lui-même avait déposé une demande de logement social pour l'un de ses proches. « Une seule fois en 10 ans ! », s'est exclamé Frédéric Boccaletti. « Cette demande était tout à fait justifiée car il est normal qu'une personne handicapée qui travaille ait un logement », l'a rassuré le maire, qui a cité les chiffres: le logement social représentait 4 % des logements au moment de son élection, il est maintenant à 7 %. Ceci est toutefois encore loin du pourcentage que la loi requiert (25%) et des besoins de la population, puisque 1600 dossiers sont en attente au CCAS. « Une secrétaire, un enseignant ne peuvent que se loger dans des logements sociaux. Cette loi permet aux jeunes couples d'accéder à la propriété », a expliqué le maire, avant de continuer : « La politique actuelle est défavorable aux investisseurs. Les chantiers actuels ont en effet été entamés et décidés précédemment. Si les chantiers s'arrêtent, le chômage augmentera et voyons ce se passera s'il n'y a pas de logements sociaux » La poursuite du bétonnage permettrait donc de loger les actifs et de relancer l'activité. Le débat étant clôt, Frédéric Boccaletti a demandé à ce que les personnes logées soient des Six-Fournais.

Action collective des maires du Var
contre des pénalisations majorées


Sur le même sujet, les maires du Var ont remarqué que leur Préfecture est plus sévère que les autres à l'heure d'appliquer les pénalités de la loi SRU. Ils souhaitent donc la mise en place d'un collectif de maires contre l'inégalité probante de traitement des villes du Var. Le conseil municipal a voté le regroupement des villes mises en carence. « Cette action collective essaiera d'obtenir une oreille attentive pour modérer les ardeurs de la DDTM varoise », a précisé Jean-Sébastien Vialatte.

Dernier point, puisque tout doit être mis en concurrence « même les camions de pizza », le conseil a donc voté pour que le local de canoé-kayak et stand-up paddle de la plage des Charmettes soit attribué à Adrien Bosson et non plus à la SARL Rotomer et ce pour une durée de trois ans. En conclusion, le maire s'est dit ravi que les jeunes lycéens de Six-Fours aient obtenu autant de mentions au baccalauréat (35 mentions Très Bien et 65 Bien). Il souhaite que la prime que la Ville donne aux mentions Très Bien soit également attribuée aux mentions Bien. Ce point sera voté au prochain conseil municipal en septembre.

, le 16 juillet 2018