Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > Une petite heure de débats pour ce premier Conseil...
Le 29. septembre 2015 à 09h47

Six Fours Politique Une petite heure de débats pour ce premier Conseil municipal de rentrée

Pas de grands débats lundi lors du premier Conseil municipal de la rentrée avec 26 délibérations à l'ordre du jour qui ont été votées rapidement et sans trop d'anicroche, mis à part quelques joutes verbales d'ordre politique entre Frédéric Boccaletti (FN) et le Maire.

Les groupes d'opposition de Frédéric Boccaletti (FN) et Erik Tamburi (Droite Républicaine) sont intervenus sur des points précis, logements sociaux, et emprunts toxiques notamment, mais la plupart des délibérations ont été adoptées au pas de course.
A l'ouverture de la séance, Jean-Sébastien Vialatte annonça que 41 recours contre le PLU avaient été déposés. Erik Tamburi demanda au Maire s'il avait bien reçu le sien. « Je l'attendais avec impatience! » lui rétorqua le Maire. Et de couper court : « Nous allons défendre ce PLU du mieux que nous pourrons. »

Interrogé par Erik Tamburi sur les emprunts toxiques (Dexia et Caisse d'Epargne) contractés par la ville, le maire se voulut rassurant: « l'emprunt Dexia ne coûte pas très cher, 30 000 à 40 000€ par an. On parle de surcoût actuel mais il faut savoir que pendant des années la ville a bénéficié de taux très avantageux. »  

Toujours dans l'optique d'obtenir un meilleur contingent dans l'attribution des logements sociaux, la mairie attribue une subvention communale de 150 00€ à la société Phocéenne d'habitation (bailleur social) dans le cadre de la construction de 29 logements locatifs sociaux rue Cros de Boyer. Elle se porte également garant pour cette réalisation ainsi que pour celle de 73 logements sociaux rue de la République.
Frédéric Boccaletti s'interrogea sur l'utilité de faire appel à des bailleurs sociaux et demanda si la commune ne pourrait pas elle même gérer les logements sociaux au lieu de subventionner les bailleurs  : « Chacun son travail, répondit le Maire, le travail de la ville n'est pas d'être bailleur social, on ne sait pas faire c'est une gestion compliquée, il vaut beaucoup mieux laisser faire de vrais professionnels. » Erik Tamburi voulut savoir quel était le pourcentage de logements attribués aux Six-Fournais, chiffre que ne fut pas en mesure de communiquer le maire mais qu'il promit de transmettre ultérieurement.

Extension portuaire et renouvellement de convention d'exploitation aux Embiez


Confiée par l'Etat à la société "Le Domaine des Embiez" en 1964 pour une durée de 50 ans la convention de gestion du port des Embiez vient à échéance. Le renouvellement de cette convention d'exploitation se fait dans un cadre juridique complexe en raison des questions de compétences et de périmètre d'exploitation. Le port a en effet fait l'objet d'une extension à l'intérieur des terres dénommée « Port des jeunes » mais cette extension n'a pas été prise en compte par l'Etat. Les dépendances du port (quais, capitainerie, station d'avitaillement...) relèvent, elles, du domaine privé de l'île. La commune demande donc au préfet « l'extension portuaire sans travaux et le transfert de gestion du domaine public maritime au bénéfice de la commune au titre gratuit. »

En fin de séance une minute de silence fut observée en mémoire de Robert Strazzieri disparu la semaine dernière. Il fut adjoint aux affaires scolaires de 1995 à 2008.

A.I, le 29 septembre 2015

Autres photos: