Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > Valérie Arrighetti-Ghibaudo, multiple reine de la glisse...
Le 7. septembre 2013 à 17h23

Six Fours Portrait Valérie Arrighetti-Ghibaudo, multiple reine de la glisse et du vent

Depuis 23 ans, le funboard féminin est rythmé par un nom, celui de Valérie Arrighetti-Ghibaudo. Non seulement, la six-fournaise a obtenu 12 titres de Championne du Monde, mais même quand elle n’est pas première, elle est sur le podium. Portrait de la femme qui glisse plus vite que son ombre…

Valérie Arrighetti-Ghibaudo: la mer est son élément

Valérie Arrighetti-Ghibaudo: la mer est son élément

La vitesse peut-elle être inscrite dans les gènes ? C’est une question que l’on pourrait se poser quand on connait le parcours de Valérie Ghibaudo. Ce qui est sûr, c’est que la mer est son élément. « Mon frère m’envoyait dans les vagues, alors qu’il avait peur d’y aller », nous dit-elle. Après être montée pour la première fois sur une planche à voile, Valérie a participé à sa première compétition à l’âge de 11 ans et a progressé dans les Championnats de France. Le déclic a eu lieu à 18 ans, après une première victoire internationale à Tarifa. Depuis, tout s’est enchainé, contrats, victoires …et blessures. Durant les 23 ans de sa riche carrière sportive, en solo ou en équipe de France, la passion de la vitesse ne l’a jamais quittée. La compétition, l’adrénaline, c’est le moteur de Valérie, une battante hors du commun. « Je suis née avec l’esprit sportif, c’est en moi. Je ne pourrais pas me passer de compétition. Je suis d’ailleurs étonnement un cas un peu isolé dans ma famille » dit avec les yeux qui pétillent la jeune femme.

De la personnalité à revendre


Dr Jekyll et Mr Hyde à la fois, Valérie n’a pourtant pas une personnalité différente entre sa vie privée et sa vie sportive. Très speed et l’instant d’après très posée, Valérie réfléchit vite en fait. Elle analyse les évènements, les intègre et change son comportement. Seule la semaine précédant une course fait apparaitre une Valérie concentrée sur l’évènement, absorbée par l’enjeu dans un stress qu’elle considère comme positif. « Je n’arrête pas d’y penser, de faire et refaire la course. Ça fait monter la pression, mais une saine pression ». Elle admet pourtant être différente pendant cette période à l’image d’un exemple : « Récemment, mon père m’avait accompagnée sur une compétition. Il voulait me donner des conseils, sur mon matériel, ma préparation. J’étais déjà dans mon truc…Je l’ai envoyé promener. »
Mère aimante d’une adolescente de 12 ans, elle ne se veut pas parfaite, mais essaie de faire ce qu’elle estime de bien. Pour elle, il faut avoir de la personnalité. C’est ce qui pousse à faire des choses. Et elle n’en manque pas. Celle qui vole sur les vagues n’a qu’une envie en tête, reprendre son titre.

Nouvelle passion


Pourtant, une autre passion l’envahit, le rallye automobile. Depuis l’année dernière, elle est co-pilote de Christian Estienne sur des épreuves du Championnat de France.
En 2013, le duo va étrenner une nouvelle monture, une Porsche GT3 hyperpuissante, qu’ils inaugureront ensemble le 15 septembre au Rallye de Roquebillière, au-dessus de Nice. L’objectif avoué serait de participer au prochain Rallye du Var en novembre.
Valérie se dirige-t-elle vers une reconversion sur asphalte ? Combien de temps mettra –t-elle avant de prendre le volant à son co-équipier ? Ce qui est certain, c’est que la jeune femme voit la vie en rose…mais vite !

PH, le 07 septembre 2013

Autres photos: