Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > Le temps du défoulement est aujourd'hui révolu, le...
Le 21. mai 2017 à 18h58

Six Fours Politique Le temps du défoulement est aujourd'hui révolu, le temps de la résistance est venu.

En ce jour de grand vent, rue de la République, les six-fournais se sont rassemblés pour soutenir la campagne des législatives du 11 et 18 juin 2017 de Monsieur Vialatte et de sa suppléante Sandra Torres, qui par devoir se présente pour être le candidat de la 7ème circonscription du Var pour l'union de la Droite et du Centre.

Hélène Rigal, J.S Vialatte et Sandra Torres.

Hélène Rigal, J.S Vialatte et Sandra Torres.

Pour l'ouverture officielle des législatives, Monsieur Vialatte met à l'honneur Hélène Rigal, suppléante, qui laisse sa place à Sandra Torres pour des choix professionnels. Elle leur souhaite une belle campagne. « Le Front national est présent, dit-elle, mais si nous sommes tous réunis, il n'y a pas de raison que nous ne gagnions pas. » Hélène a aussi d'autres fonctions au Conseil Régional et est aussi à la Commission Economie et Emploi et elle compte bien continuer sa bataille pour l'emploi qui lui tient beaucoup à cœur.

C'est au tour de Sandra Torres d'ouvrir le bal, elle exprime clairement qu'elle est plus que ravie de mener ce combat des législatives sur la 7ème circonscription.

"Nous avons un projet, un programme qui prendra tout son sens à l'Assemblée Nationale et nous nous engageons à mener une campagne tambour battant pendant un mois"


Monsieur Vialatte introduit son discours en précisant que comme dans toutes les circonscriptions de France, la nôtre compte à peu près 100 000 électeurs.Celui-ci a longuement hésité à repartir pour les élections législatives et cela pour plusieurs raisons. La 1ère étant que quitter la mairie de Six-fours est pour lui un véritable arrachement, au vu de ces 20 ans d'engagement en tant que maire de Six-Fours.
La 2ème raison est qu'il pensait qu'il ne se représenterait plus à aucune élection et puis, après avoir été particulièrement choqué par la campagne des élections présidentielles, il a révisé sa décision.

"J'ai eu le sentiment que la démocratie était confisquée et que celle-ci était devenue une démocratie des juges et des médias."


Le candidat de la 7ème circonscription exprime son inquiétude, en disant que quels que soient les candidats, ils n'auraient plus aucune chance d'être élus face au rouleau compresseur qu'ils avaient en face d'eux. L'autre raison évoquée est le risque majeur de voir élire le candidat du Front national.
Monsieur Vialatte poursuit en parlant de la fiscalité et évoque la première des mesures que le nouveau président, monsieur Macron, entend prendre concernant une hausse de la CSG.
C'est un impôt extrêmement brutal, dit-il, ce n'est pas un impôt progressif mais un impôt qui touche tout le monde et en particulier, les retraités, les fonctionnaires.

"Cet impôt va prélever 20 milliards supplémentaires sur les français."


Alors que les républicains sont convaincus qu'il faut maintenant une véritable pause fiscale.Surtout après le quinquennat de Monsieur Hollande, qui a été particulièrement douloureux pour les contribuables.
Concernant les familles, le candidat de droite souhaite le rétablissement du quotient familial et celui de la demi-part pour les veuves précisant qu'il n'y a rien concernant les familles dans le programme de monsieur Macron.

Pour les entreprises, le programme est de revenir sur des heures supplémentaires défiscalisées.


L'ayant déjà fait par le passé, Monsieur Vialatte rappelle que cela avait produit des effets particulièrement positifs pour les salariés, en terme de véritable gain concernant le pouvoir d'achat.
De la même manière, il propose de supprimer le CICE (Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi) et de le remplacer par de vrais diminutions de charges sociales.
Tout comme sur beaucoup d'autres points, Monsieur Vialatte poursuit en exposant clairement que l'état d'esprit des républicains est extrêmement différent de la politique qu'annonce Monsieur Macron, mais que cela ne veut pas dire qu'ils seront dans une opposition frontale et systématique et qu'ils seront prêts à examiner, texte par texte, ce qui peut être voté, dans la mesure où cela correspond vraiment aux valeurs qu'ils portent, celles de la famille et des valeurs du travail et de sa récompense.

Pour toutes ces raisons, Monsieur Vialatte a décidé de se représenter à la fois pour éviter le risque du front national et pour pouvoir conforter le mouvement des républicains à l'assemblée nationale.


Il annonce que nous allons assister à la même mécanique qui s'était mise en place pour les élections présidentielles en étant bombardés de sondages qui ne veulent rien dire.

"Bien malin qui pourra dire ce qui se passera dans cette circonscription où il y a 18 candidats à l'élection législative. Du jamais vu."


Pour conclure, Jean sébastien Vialatte annonce qu'un certain nombre de nos concitoyens ont l'habitude au premier tour de se défouler, mais qu'aujourd'hui, le temps du défoulement est révolu et que le temps de la résistance est venu. C'est ainsi qu'il appelle tous les citoyens, même ceux qui ne sont pas totalement en phase avec eux, à éliminer le risque du Front national dès le premier tour.

sandrine Guarino, le 21 mai 2017

Autres photos:

Jean-sébastien Vialatte. Sandra Torre,nouvelle suppléante. Hélène Rigal, ancienne suppléante, conseillère régionale (commission Economie et Emploi). 7ème adjoint, Yves Draveton
Délégations : Régie des transports / Affaires scolaires.
Jean-sébastien Vialatte.