Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > Conférence sur les effets des pesticides sur la santé
Le 5. avril 2017 à 19h28

Six Fours Environnement Conférence sur les effets des pesticides sur la santé

L’association VLC (Voyage Culture et Loisirs) a organisé à la salle Daudet une conférence sur « Faut-il avoir peur des pesticides ? » présenté par Jean-Pierre Jouany directeur de recherche honoraire INRA et président de l’association GREFFE.

Jean-Pierre Jouany maître de conférence

Jean-Pierre Jouany maître de conférence

A l’aide d’un diaporama, le conférencier a présenté une synthèse sur les effets observés des pesticides sur la santé des hommes, surtout des enfants, à partir des données scientifiques publiées dans (i)-le rapport de l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale). De nombreux ouvrages scientifiques récents démontrent comment les pesticides nous empoisonnent dont la revue « Le cerveau endommagé, comment la pollution des pesticides altère notre intelligence et notre santé mentale » de Barbara Demeneix, biologiste, endocrinologue au laboratoire CNRS. Les résultats présentés mettent en évidence des risques préoccupants surtout pour la nouvelle génération. Le mot «  pesticide » vient de l’anglais « pest » qui veut dire animal, insecte ou plante nuisible et le suffixe « cide » du latin Tuer

Les pesticides nous envahissent


Ces produits sont donc utilisés pour éliminer les organismes vivants nuisibles. On les retrouve dans presque tout, de l’industrie pour le bois, les tissus, dans les milieux à risque sanitaire avec les désinfectants ou antiseptiques, les usages domestiques avec les insecticides, acaricides, pour les moisissures, et surtout l’agriculture qui est le plus gros consommateur de pesticides (60 000 à 80 000 tonnes par an en France, 1er dans l’Europe). Les actions cumulées des pesticides et du changement climatique font craindre une baisse drastique de la biodiversité sur la planète et une mise en péril de la biosphère.

La France, 1ère au palmarès européen d'utilisation de pesticide


La quantité totale mondiale de pesticides est de l’ordre de 2 millions de tonne par an. La quantité épandue dans la nature s’accumule d’année en année (herbicide, fongicide, insecticide …) Par exemple une pomme est traitée 37 fois avant d’être mise sur le marché. La pollution des pesticide se déverse dans la nature, ruisseaux, sols, air, nuages, aliments, nappes phréatiques où elle contamine les humains. 50 % de nos rivières sont polluées.

L’eau polluée


Une étude a été faite, des polluants ont été retrouvés dans les analyses de femmes enceintes et sur 601 enfants nés, 88 avaient des anomalies congénitales majeures, 40 % d’anomalies des organes masculins (féminisation des garçons), autisme. Le Lindane, insecticide, neurotoxique, soluble dans l’eau a été interdit en France en 1998 et on retrouve encore de nos jours une quantité suffisante de pollution dans l’eau même du robinet. La Bretagne et le Nord où les cultures sont intensives sont particulièrement touchés par cette pollution. L’Auvergne en revanche est épargnée. Une enquête datant de 2004 faite dans l’eau de distribution de Belgentier dans le Var a montré des traces de lindane. Récemment, dans le pacifique à l’aide d’un robot pour aller dans les profondeurs, a été retrouvé du PCB et du PBDE, alors qu’en 1960, il n’y avait aucun polluant. Sont particulièrement touchés les cétacés, comme la baleine, les dauphins, les phoques.

L’air pollué


En mai 2016, un relevé a été effectué pour l’air de Paris intra muraux et dans la campagne, le même nombre de pesticides a été relevé aux deux endroits (herbicide, insecticide, acaricide). Tous les pesticides interdits depuis 1972 et donc plus utilisés depuis, sont retrouvés dans l’air comme le démontre cette enquête.

Les aliments


Selon un rapport de l’enquête d’Exppert 7, on retrouve 30 pesticides (cancérigène et perturbateur endocrinien) dans un muesli non-bio, les noms des céréales incriminées sont sur internet à Exppert 7, tous les mueslis bio sont non contaminés.

Les conséquences


Le nombre de cancers en augmentation, de la prostate, de la thyroïde, des testicules, retard de croissance chez les enfants, lymphomes, leucémie, mélanomes, conséquence sur le fœtus avec cancer infantile, autisme, augmentation des maladies chez l’adulte Alzheimer, parkinson, troubles cognitifs, dépression, diabète, obésité, problème de sexualité. L’alimentation et l’eau sont les principales sources de contamination. Le bisphénol est retrouvé chez 70 % de femme enceinte (enquête faite en 2015 au Luxemboug).

Perturbateurs endocriniens


On les retrouve chez les exploitants de Bananes comme en Guadeloupe, dans les emballages alimentaires, les cosmétiques, les tickets de caisse, boites de conserve…
Les capacités intellectuelles des générations futures sont en danger. Les effets néfastes des PCB sur l’intelligence et le comportement des enfants augmentent l’apparition d’autisme et d’hyperactivité. Sous la pression de grandes industries, des pesticides comme le Roundup sont encore utilisés malgré les nombreuses études. Beaucoup de produits sont déjà interdits à la vente au particulier depuis le 1er janvier 2017, mais il faudra attendre encore quelques années (2025) pour que les pouvoirs décident la totale interdiction des pesticides. Les engrais azotés favorisent le réchauffement de la planète. Des études sur les OGM ont été menées par le Professeur Seralini sur des rats, qui a mis en évidence l’apparition de tumeurs, de nécroses hépatiques et de morts prématurées.

Les solutions


Favoriser le développement des prédateurs (Oiseaux, insectes utiles…), faire des rotations de culture, supprimer la monoculture, introduire des arbres, buissons, désherber à la main, couvrir les sols, etc.. Une algue pouvant remplacer les pesticides est à l’étude (janvier 2017). Une réduction de 20 % de pesticides n’affecterait pas le rendement de la production et même, augmenterait les marges avec le coût des produits en moins. La dépollution, le remboursement des soins, les contrôles, la réglementation, tout cela a un coût qui est supporté par les collectivités donc le contribuable.

La terre est en train de mourir


Ni la science, ni les technologies ne la sauveront. Les insectes disparaissent comme les abeilles pourtant très utiles, et même vitales pour l’homme.
A l’issue de cette conférence, la parole fut donnée à l’assemblée perplexe et dubitative devant ce compte-rendu.

Monique Amann, le 05 avril 2017

Autres photos: