Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > Ferdinand Bernhard largement réélu s’exprime
Le 31. mars 2014

Sanary Politique Ferdinand Bernhard largement réélu s’exprime

Sans surprise, le maire sortant Ferdinand Bernhard a été réélu avec 53,8% des voix, devant Olivier Thomas 35,7% et David Guis 10,5% des voix. C’était la joie dans l’équipe municipale et la fête a continué au Petit Galli.

Les bureaux ayant fermé à 18h00, les premiers résultats sont tombés une heure après. La première centaine donnait déjà Ferdinand Bernhard en tête avec plus de 50% des voix. Comptage après comptage, son score se confirmait et les sourires se faisaient plus francs dans le clan du premier magistrat de la ville. David Guis déambulait d’un bureau à l’autre et son score supérieur à 10% lui convenait parfaitement. Dans la salle principale, Jean-Pierre Meyer était là avec sa femme, qui prenait note, comme au premier tour, de tous les chiffres connus. Plutôt souriant, le candidat de la Gauche Rassemblée, nous faisait part malgré tout de sa déception que la gauche ne soit pas représentée au Conseil Municipal. Jusqu’au dénouement final, personne n’avait vu Olivier Thomas, mais celui-ci était certainement renseigné au fur et à mesure de l’avancée des dépouillements. Enfin, vers 20h30 les résultats définitifs tombaient et Ferdinand Bernhard se préparait à aller voir la foule, pour les annoncer.
Sous les applaudissements, le maire réélu annonçait les résultats, alors qu’à l’annonce du score d’Olivier Thomas, des clameurs montaient du fond de la cour de l’Ecole Jean-Michel Cousteau ! Tous les colistiers de Ferdinand Bernhard se rassemblaient alors autour du maire réélu pour la photo de famille. Le sourire aux lèvres, ce dernier présentait alors ses adjoints un à un puis entamait son discours.

Le discours du maire


Le maire remerciait alors ses valeureux adversaires, à l’exception d’un seul… Il rendait hommage à Jean-Pierre Meyer, Pierre Relave et David Guis en citant : « Ils ont fait une campagne propre… ». Sur le dernier, sans jamais le nommer, il ajoutait : « Les élections, c’est une compétition, mais on ne doit pas oublier les électeurs. J’ai la mission de rassembler le plus grand nombre et d’estomper les divisions, mais encore faut-il que chacun y fasse sa part d’effort ».
Il se souvint alors de sa première élection en 1989 : « Je me rappelle en 1989 contre Jean Brunel, je faisais en sorte de ne jamais citer son nom et me contenter de faire des propositions. Et finalement, les sanaryens m’ont élu. S’ils m’ont élu, c’est parce qu’ils voulaient quelqu’un qui les respecte, quelqu’un en qui ils aient confiance, quelqu’un qui travaille, qui a des projets, des idées… C’est facile de faire des promesses, mais la vie est un peu plus compliquée. Je voulais simplement dire que ceux qui m’ont attaqué de manière outrancière, ont oublié quelque chose, c’est que ça me touchait assez peu. Par contre, ce qui m’a touché, c’est que cela portait atteinte à ceux qui m’aiment et ce n’est pas bien de faire ainsi. Ceux qui se comportent comme ça ne savent pas ce que sont les enfants. Je dédie cette victoire à ceux qui m’aiment et ceux qui ne m’aiment pas et j’espère qu’ils aiment un petit peu Sanary quand même. Je dédie tout cela à tous ceux qui m’ont accompagné pendant 25 ans, élus, collaborateurs, à ceux qui m’accompagnent, à mes enfants et à un petit bout de femme quelque part ici et qui s’appelle Florence ! »
Il concluait en demandant pardon à tous ceux à qu'il avait pu faire souffrir pendant cette campagne et ajoutait : « C’est un immense honneur de diriger cette ville…Cette victoire c’est la vôtre. Profitez en bien, vous avez gagné ! »

PH, le 31 mars 2014

Autres photos:

A l'heure du dépouillement A mi comptage, Ferdinand Bernhard affichait déjà un grand sourire