Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > Débat sur le développement durable, avec Ferdinand...
Le 5. mars 2014 à 18h39

Sanary Politique Débat sur le développement durable, avec Ferdinand Bernhard

La nouvelle réunion du candidat Ferdinand Bernhard au Petit Galli, avait pour thème le développement durable. S’il y eut moins de monde que pour la culture, le débat fut passionnant.

Le Petit Galli n’avait pas fait le plein cette fois-ci, ce sont des passionnés par les questions environnementales qui étaient présents, mais la ville et Ferdinand Bernhard se sentent très concernés par l’avenir de notre environnement et l’avenir de nos enfants, puisque depuis 1992 et le sommet de Rio sur ce thème, l’Agenda 21 qui regroupe de nombreuses actions autour de ce sujet, a été mis en place. L’Agenda 21 concerne notre patrimoine environnemental et tout ce que l’on peut faire pour le préserver.

La jeunesse en priorité


C’est donc très logiquement tout ce qui touche à la jeunesse qui a été abordé en premier et donc l’éducation, avec l’école de la forêt, de la Mer, des oiseaux, du potager, de l’eau, de la terre, du citoyen…, soit 52 classes concernées sur l’année scolaire (1300 élèves), pour un budget annuel de 80 000 €. Un autre objectif serait, pour les repas bio, de passer de 1 par mois, à 1 par semaine. Ferdinand Bernhard commentait : « Ce qui est important et étonnant, c’est la capacité des enfants à appréhender ce qui concerne le développement durable et la nature ». Dans la foulée, il abordait aussi les actions conjointes avec la jeunesse. Les écoles, le centre de loisir et les JSP (Jeunes Sapeurs Pompiers), mènent des actions de reboisement, débroussaillement, nettoyage de la Reppe… 15000 cendriers de poche, distribués par les jeunes sont, par ailleurs, disponibles dans les bâtiments communaux.

Bientôt, la première récolte d’olives bio


Après avoir évoqué le massif du Gros Cerveau (« Cela fait 20 ans que je demande le classement du Gros Cerveau », dira-t-il), il s'est arrêté sur le Jardin des Oliviers, qui regroupe plus de 500 sujets de 120 variétés différentes d’oliviers, bénéficiant du label ‘Agriculture biologique’ et a annoncé la première récolte bio d’huile d’olive qui se fera bientôt, la construction d’une noria et d’un four à cade et la réhabilitation d’un four à chaux, des murs de restanque avec des ‘apiés’ (murs à abeilles), à des fins pédagogiques et patrimoniales, en déclarant : « Il est important que tous les enfants puissent goûter le miel sur lequel ils ont travaillé ».

Le domaine portuaire


Le domaine portuaire, fut aussi largement abordé, avec le projet de création de déborbeurs-deshuileurs, destinés à piéger les impuretés des eaux de ruissellement avant leur rejet dans le port, le projet de déplacement et de mise aux normes de la station d’avitaillement et le projet de création d’un coffre d’amarrage pour le mouillage des bateaux de croisière, afin d’éviter les ancrages sauvages qui abîment les fonds marins.

L’eau et l’énergie


Ferdinand Berhnard s’est félicité du bon rendement de la ville sur le tri sélectif. Sanary est classée 2ème des villes gérées par le Sittomat, avec 99 kg/an/habitant triés, alors que la moyenne est de 55 kg/an/habitant, tout comme la diminution de 35% du tonnage des ordures ménagères. Il a évoqué les nombreuses modifications techniques, sources d’économie (Création réseau d’eau ‘brute’ destiné aux arrosages, création de bornes ‘vertes’, pour le remplissage des engins de nettoyage, création de pelouses synthétiques), en rappelant : « Ce qui consomme le plus, ce sont les fontaines… ».
Pour ce qui concerne les économies d’énergie, il a rappelé la mise en place de panneaux photovoltaïques, gymnase Brunel, qui ont généré une recette de 20 000 €/an environ. « Il y aura bientôt des travaux d’isolation des murs, » ajoutait-il. D’autres sources d’économie ont été ou vont être mises en place, comme le remplacement des bornes de distribution d’eau et d’électricité pour les usagers du port, ou le projet de remplacement des luminaires et ampoules d’éclairage public, au profit d’équipements plus économes.

Le maire a ensuite salué l’implication de tous les acteurs de l’environnement, qui ont su travailler ensemble (Sce communal Agenda 21, CAT, organisations, chasseurs, randonneurs, LPO, syndicats intercommunaux) et concluait par une plaisanterie : « Les chasseurs ont même partagé du pâté de grive, avec les membres de la LPO, c’est vous dire … ».
Avant les questions du public et le traditionnel pot, Jean-Luc Granet ajoutait : « Nous avons mis en place des actions de l’Agenda 21 dès le sommet de Rio. Le développement durable va bien plus loin que l’écologie… »

PH, le 05 mars 2014

Autres photos:

Avec Jean-Luc Granet
Avec Jean-Luc Granet