Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > Middle Jazz Ochestra... 40 rugissants passionnés !
Le 6. mars 2015 à 14h19

Sanary Musique Middle Jazz Ochestra... 40 rugissants passionnés !

Ambiance à la fois concentrée et joyeuse jeudi soir à Sanary où le Middle Jazz Orchestra répétait juste avant son second spectacle de l'année au Petit Galli.

Ce groupe féru de cette musique venue d'Amérique qu'est le jazz, a été créé voici 25 ans déjà, par un passionné nommé Didier Huot. Il en est d'ailleurs toujours le chef d'orchestre et le directeur artistique. Mais ce soir-là il joue à l'Opéra de Marseille et c'est Frédéric Rivière qui a pris la baguette.

Pendant que s'accordent les instruments, qu'on révise le programme, difficile de pouvoir happer quelques minutes Laurent Stieltjes qui en est le président mais néanmoins l'un des musiciens du groupe, et qui est à tous les postes pour organiser la soirée.

Un orchestre "multicolore"


"Au départ, nous étions une poignée de musiciens, presque tous issus d'écoles de musique de la Seyne, Sanary... Aujourd'hui nous sommes une quarantaine venus de Toulon, Aix, Marseille, Cuers, la Ciotat et l'ouest varois... Bien sûr, nous ne sommes pas toujours tous réunis car presque tous ont un métier à côté, la plupart évidemment dans la musique. Mais, si nous avons des professeurs de conservatoires, on peut aussi y trouver un biologiste, des informaticiens, des médecins, plein d'autres professions diverses et variées, le benjamin étant un étudiant en musique de 16 ans dont le père et percussionniste à l'Opéra de Marseille !

On remarque peu de femmes....
Détrompez-vous, il y en a, qu'elles soient chanteuses ou pianistes mais il y a aussi, et c'est déjà plus rare, une tromboniste, une trompettiste, deux sax... Le band est ouvert à tous... et à toutes !

Quel est votre style de jazz de prédilection ?
Nous aimons varier les plaisirs. Ce soir nous survolerons les grands noms des années 20 aux années 60 en racontant l'histoire de musiciens comme Duke Ellington, Count Basie, Lionel Hampton, Benny Goodman, Charlie Mingus mais nous aimons trouver des thèmes comme l'hommage à Nougaro ou à Ray Charles que nous avons monté, nous avons fait aussi un spectacle Count Basie-Ella Fitzgerald. Grands moments aussi les deux concerts que nous avons fait pour le vingtième anniversaire du Middle Jazz avec Claude Bolling, venu exprès pour la circonstance. Le spectacle tournait autour de ses morceaux et des musiques de films qu'il a écrites.... Vous voyez, nous sommes très éclectiques

Vous arrive-t-il de sortir du département ?
Oui très souvent. Nous faisons en moyenne quelque dix à quinze concerts par an, nous sommes allés au festival de jazz d'Orange, nous avons joué à Cannes, à Marseille, nous jouons aussi quelquefois dans des soirées privées. D'ailleurs nous en avons une à Cannes en avril, trois concerts sont programmés sur Aix mais nous serons fidèles cet été à "Sanary sous les étoiles".

Pas de vedettariat


Si le mélange amateurs-professionnels se fait dans une osmose parfaite, c'est que les musiciens de jazz sont des artistes à part car ils sont tout d'abord passionnés par la musique qu'ils défendent et entre eux il n'y a pas d'ego. Chacun peut prendre la place de l'autre sans problème de "vedettariat".
D'ailleurs, tout est dans la réponse que nous a faite Laurent Stieltjes lorsque j'ai voulu le prendre en photo pendant que tous les autres musiciens se restauraient : "Pourquoi me prendre en photo ? Je ne suis pas plus vedette que les autres, je fais partie du groupe, je suis simplement l'un des quarantièmes rugissants..." Un parmi les autres donc, dans une cohésion qui fait plaisir à voir... et à entendre.

Le petit Galli bien plein a eu plaisir à les retrouver dans une musique à la fois festive et nostalgique qui a évoqué les grands parmi les grands d'une musique nommée : jazz.

, le 06 mars 2015

Autres photos: