Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > Une journée de mobilisation contre la LGV PACA
Le 31. octobre 2011 à 17h17

Sanary Lutte Une journée de mobilisation contre la LGV PACA

Riverains et associations commencent à se mobiliser contre le projet de la LGV. Dimanche une pétition circulait dans plusieurs sites de Sanary et Bandol à l'initiative d'associations comme l'ADS et de plusieurs riverains. La commune organise d'ailleurs le 10 novembre à 18h une réunion publique.

Riverains et associations mobilisés contre le projet de LGV. Ils faisaient signer une pétition sur la ligne de départ du trophée Pascale Ranucci.

Riverains et associations mobilisés contre le projet de LGV. Ils faisaient signer une pétition sur la ligne de départ du trophée Pascale Ranucci.

On était habitué aux panneaux contre la LGV dans le centre Var. Désormais ces panneaux fleurissent dans l'arrière pays Sanaryen où les riverains n'hésitent pas à afficher leur opposition et cherchent à se faire entendre. Toute tendance politique confondue, la LGV fait pour l'instant l'unanimité contre elle, de la Cadière à Evenos et bien sûr à Sanary. Lors du dernier conseil municipal le maire Ferdinand Bernhard avait déjà évoqué le sujet en soutenant que les élus ne pouvaient abonder dans le sens de Réseau Ferré de France. Et même son de cloche du côté du député Jean-Sébastien Vialatte. Actuellement RFF étudie quatre scénarios possibles pour le tracé de la future ligne Marseille-Toulon-Nice sachant que le préfet du Var Paul Mourier a demandé à RFF de "poursuivre la concertation sur les fuseaux et les scénarios en s'appuyant au maximum sur les infrastructures existantes ou, à défaut, de privilégier les solutions d'enfouissement conformément à la lettre du 29 juin 2009 du ministre d'Etat".
Olivier Thomas, président de l'association de défense des Sanaryens (ADS) et l'un des initiateurs de la pétition "Stop LGV Sanary" expliquait: "tous ces tracés traversent des sites splendides des Bouches du Rhône et du Var. Il faut savoir que les vignobles de Bandol, les sites du Castellet et la Cadière, Sainte Anne d'Evenos, Ollioules sont menacés". A Sanary les quartiers concernés seraient la Sainte Trinide, la Piole, la Vernette, le Lançon, Pierredon ou Boucène: "nous avons l'impression que RFF a voulu tout faire dans l'urgence en nous proposant que deux mois de concertation, c'est largement trop peu, et sur les quatres scénarios envisagés on a bien peur que celui faisant le plus de dégât à Sanary ait la préférence de RFF". L'objectif serait d'obtenir 5.000 signatures et la remettre à RFF lors de la prochaine réunion du groupe de travail du 7 novembre, où Georges Beaujeux représentera l'association. Riverains et associations des communes concernées commencent à s'unir, dénonçant comme les élus un projet très coûteux. La pétition met en avant que ce tracé "n'apporterait ni une meilleur desserte de Toulon ni un gain de temps significatif, que ce projet est très coûteux, les estimations actuelles allant de 15 à 20 milliards d'euros, financé par les collectivités locales...". Et de conclure: "nous citoyens et associations mobilisés contre le tracé LGV Sud refusons les tracés à l'étude". La pétition est en ligne sur le site de l'ADS. A noter qu'une réunion est programmée début novembre en mairie avec le maire, des représentants de RFF et des associations. La municipalité organisera une réunion publique qui se tiendra le 10 novembre à 18h au théâtre Galli.
Quand à la grande concertation émise par RFF, la date butoir est fixée au 15 décembre 2011 avec le choix du scénario et du fuseau de passage par le Comité de Pilotage en décembre 2011, qui seront présentés à l'approbation ministérielle. Mais la LGV ne verra pas le jour demain avec trois années d'études préalables à l'enquête d'utilité publique (2011-2014), l'enquête d'utilité publique (2015), et le lancement des travaux prévu en 2018 pour une éventuelle mise en service en 2023.

D. D., le 31 octobre 2011

Autres photos:

Olivier Thomas et des membres de l'ADS faisaient signer la pétition devant l'Intermarché dimanche. Les panneaux fleurissent dans l'arrière pays Sanaryen.
Olivier Thomas et des membres de l'ADS faisaient signer la pétition devant l'Intermarché dimanche.
Les plus : aimés commentés lus