Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > Naissance de l'antenne varoise Dyspraxie France Dys
Le 16. janvier 2012 à 15h41

Sanary Handicap Naissance de l'antenne varoise Dyspraxie France Dys

Samedi, l'officialisation de la création de l'association varoise Dyspraxie France Dys a été rendue publique salle Marie Mauron en présence des maires de Six-Fours, Sanary et Bandol.

Isabelle Decitre a officialisé la naissance de l'antenne varoise de Dyspraxie France Dys en présence des maires de Sanary, Six-Fours et bandol.

Isabelle Decitre a officialisé la naissance de l'antenne varoise de Dyspraxie France Dys en présence des maires de Sanary, Six-Fours et bandol.

Désormais, on ne parle plus de DMF! Isabelle Decitre sera la présidente de l'antenne Varoise de DFD (Dyspraxie France Dys), nouvelle association nationale parrainée par Renan Luce. L'objet en est la reconnaissance de la dyspraxie et des dys en général, avec la volonté de sensibiliser professionnels de l'éducation et de la santé, institutions locales et nationales. La présidente précisait aussi: "nous souhaitons défendre les projets d'ouverture de classes spécialisées, accompagner, orienter et soutenir les familles et bien évidemment faire en sorte que ces enfants aient leur auxiliaire de vie scolaire. On sera très attentif à cela".
Au niveau national, le souhait est la mise en place d'un plan interministériel en faveur des enfants dys.
Samedi l'officialisation de cette création s'est déroulée en présence de nombreux élus: Jean-Sébastien Vialatte (député-maire de Six-Fours), Ferdinand Bernhard (maire de Sanary-conseiller général), Christian Palix (maire de Bandol) ou encore Joseph Mulé (conseiller général), Patricia Aubert, des adjoints au maire d'Ollioules.... Des représentants d'associations étaient aussi présents, comme Paul Ben Haïm du Haricot magique ou Jean-Marc Bonifay d'Autisme PACA, DFD entendant travailler main dans la main avec des structures locales existantes. Elle a également présenté les parents référents à Six-Fours (Pascale Mulé), à Saint-Cyr (Madame Hinsinger), à Sanary (Madame Ferretti), à Bandol (Mireille Carré) ainsi qu'une référente éducation nationale pour l'association Pascale Mas Saint Guiral.

Claudine Dejean, ergothérapeute a présenté les dyspraxies


Les dyspraxies sont des anomalies de la planification et de l'automatisation du geste volontaire. Syndrome de l'enfant maladroit, la dyspraxie est un trouble neurologique, un handicap cognotif et invisible: "Il y a une discordance importante entre ce qui a été voulu et ce qui a été réalisé. Les enfants atteints connaissent des difficulté dans les gestes de la vie quotidienne, et plus ils sont diagnostiqués tôt, et plus ils pourront apprendre à vivre avec, à maitriser ce handicap". Mais attention, "la dyspraxie n'est pas une déficience intellectuelle". La dyspraxie fait ainsi partie des troubles Dys tels que la dysphasie (trouble du langage oral), la dyscalculie (trouble du calcul), le TDA/H (trouble de l'attention avec ou sans hyperactivité), la dysorthographie (trouble de l'orthographe) ou la dysgraphie (trouble de l'écriture). Diagnostiquer tôt ces enfants est essentiel, sinon ils peuvent être vite catalogués en classe ou en famille comme paresseux, lents, maladroits. Et cela peut conduire à une mésestime de l'enfant vis à vis de lui même, au renfermement, et cela ne fera qu'agraver son handicap... D'où aussi l'importance de la présence d'une auxiliaire de vie scolaire et de la reconnaissance de ce handicap invisible.

Le témoignage poignant d'Enzo


Ce jeune homme de 15 ans aura réussi à faire sortir des larmes à toute la salle, racontant avec lucidité et intelligence son parcours: "on s'est aperçu tard de ma dyspraxie, à sept ans". Et de subir les brimades de sa maîtresse: "on me mettait souvent au coin, je n'étais pas perçu comme un enfant normal". Puis à la découverte de son handicap, cela ne sera pas mieux avec cette maîtresse: "je suis devenu l'handicapé de l'école, j'en ai beaucoup souffert". Heureusement cela s'arrengera par la suite, avec l'intégration en CM2 d'une école spécialisée puis le retour au cursus normal quelques années plus tard dans une classe adaptée: "aujourd'hui je voudrais intégrer une école d'architecture/Désign en Belgique pour pouvoir réaliser des décors de cinéma. Je remercie mes parents et Isabelle Decitre sans qui rien n'aurait été possible". Applaudissements et beaucoup d'émotion pour ce témoignage synthétisant parfaitement la difficulté de cet handicap.

Le programme de l'association


*8 mars: vide grenier à Six-Fours
*Organisation de groupes de paroles avec d'autres associations
*Café dys chaque mois
*Journée des dys en octobre

D. D, le 16 janvier 2012

Autres photos:

Le témoignage poignant d'Enzo. Claudine Dejean, ergothérapeute. Présentation des parents référents. Beaucoup de monde samedi salle Marie Mauron.
Le témoignage poignant d'Enzo.
Les plus : aimés commentés lus