Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > Ferdinand Bernhard en lice pour le second tour
Le 23. mars 2011 à 17h43

Sanary Elections cantonales Ferdinand Bernhard en lice pour le second tour

Pour Ferdinand Bernhard, cette semaine sera plus calme. Le conseiller général sortant distribuera sa profession de foi et il appelle ses électeurs à la mobilisation pour le scrutin de dimanche.

Dimanche soir, Ferdinand Bernhard était au bureau centralisateur de Sanary avant qu'il ne rejoigne celui d'Ollioules.

Dimanche soir, Ferdinand Bernhard était au bureau centralisateur de Sanary avant qu'il ne rejoigne celui d'Ollioules.

Ferdinand Bernhard est maire de Sanary et se présente pour la cinquième fois à cette élection pour le canton d'Ollioules. Sa suppléante Isabelle Decitre est actuellement assistante à l'école maternelle d'Ollioules. Le conseiller général sortant a obtenu 3677 voix au premier tour contre 3071 pour le candidat du Front National. Il est ainsi dans une position favorable, d'autant plus qu'il peut se prévaloir désormais de nombreux soutiens, à gauche Michel Rouvier (PS) et Jean-Pierre Meyer (PC) appelant au "vote républicain" ou à droite, avec l'appel du député et maire de Six-Fours à voter pour lui. Sur Ollioules, Robert Bénéventi est également sur la même longueur d'onde. Toutefois difficile d'avoir la certitude par exemple que les voix de Christian Kalac se reporteront automatiquement sur Ferdinand Bernhard, à Sanary spécifiquement, dans la mesure où il ne faut pas oublier le contexte local. Christian Kalac demeure sur sa position via son site internet: "je vous demande d'éviter de voter pour les deux candidats restants". Il se pourrait aussi que les électeurs d'Europe Ecologie choisissent de voter blanc. Difficile à analyser, mais il n'empêche que le conseiller général demeure dans une position confortable, et ce serait une grande surprise de ne pas le voir sortir vainqueur de ce duel: "désormais c'est aux électeurs de se mobiliser et de prendre leur responsabilité" nous disait Ferdinand Bernhard.

Ferdinand Bernhard se présente pour un cinquième mandat


Ce dernier ne s'est pas grandement épanché sur le premier tour, si ce n'est pour constater une importante abstention et "une forte poussée du Front national: chacun dit en connaître la raison, tous les analystes, chroniqueurs, responsables politiques ont un point de vue sur la question. Je n'ai jamais partagé les idées de ce parti politique et, comme chacun le sait, mon attitude à son égard a toujours été d'une grande intransigeance ". Il nous expliquait: "cette élection cantonale a pris la tournure d'un enjeu national . Il y a eu l'effet aussi de dire que ça ne servait à rien de voter, le conseiller général ne serait élu que pendant trois ans.....je ne suis pas politologue mais je pense que la réforme des collectivités territoriales est loin d’être passée. Il faut garder simplement en tête que le conseiller général est celui qui s'occupe de choses bassement matérielles, point à la ligne." Il rappelle les prérogatives du Conseil général et les réalisations auquel il a contribué pour le canton: aménagement des routes départementales, aide sociale, instauration de l'informatique dans les écoles, maisons de retraite, équipement... tout en ne niant pas que certains projets sont plus longs à mener, "la réalité est parfois plus complexe. J'ai lu le programme de certains candidats qui allaient révolutionner l'assemblée : il faut rester sérieux tout de même, ne pas raconter d'histoire et être honnête avec les électeurs".
Le conseiller général sortant met ainsi en avant "son expérience, ses réalisations, son opiniâtreté, son enthousiasme, sa fidélité aux valeurs de l'humanisme". Pour le prochain mandat, il s'agira d'accompagner notamment les deux grands projets déjà bien avancés à savoir les Ponts sur la Reppe et l'échangeur autoroutier.
Le candidat conclut dans sa profession de foi: " Vous savez aussi que votre vie n'est pas réglée au tempo des promesses des partis politiques, mais que la vie est une réalité que seuls ceux qui la vivent avec vous sur votre territoire sont à même de l'appréhender et d'agir. Le vote pour votre conseiller général demeure donc un enjeu de taille. J'ai besoin de votre soutien et de votre participation car une élection n'est jamais gagnée d'avance".

D. D, le 23 mars 2011