Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > Du budget à Odysséa en passant par le port
Le 1. juillet 2011 à 17h11

Sanary Conseil municipal (suite) Du budget à Odysséa en passant par le port

Dans une assemblée plus réduite avec l'absence de certains conseillers municipaux d'opposition, de nombreux sujets ont été abordés avec les comptes administratifs, la réfection des pontons, Odysséa, la salle polyvalente...

Plus de deux heures de débats mercredi soir.

Plus de deux heures de débats mercredi soir.

Malgré l'approche des vacances les administrés viennent toujours en nombre assister au conseil municipal. Il faut dire que les joutes oratoires sont souvent nombreuses. Bien que les comptes de gestion et comptes administratifs n'aient pas donné lieu à un grand débat, le maire Ferdinand Bernhard a pris le temps d'expliquer à l'assistance les dépenses et recettes de fonctionnement faisant valoir que Sanary était la ville où la taxe d'habitation était l'une des plus basses de France et que la taxe d'enlèvement des ordures ménagères avaient encore diminué. Au final la capacité de désendettement de la commune est de 7,78 années (avant rétractement et en comptabilisant les loyers capitalisés) ou de 12,30 années selon un autre calcul sans les loyers capitalisés, les dépenses et recettes exceptionnelles...
Le maire fit également une déclaration solennelle en signalant le remplacement de sa directrice des finances. Il fit part de nombreuses erreurs mises à jour par une nouvelle contrôleuse de gestion, déclara vouloir faire preuve de transparence et estima quesa confiance avait été trahie, sans plus s'étendre sur le sujet.
Malgré l'absence de ses principaux opposants en les personnes de Didier Tourancheau et d'Olivier Thomas, le conseil ne manqua pas de piment même si l'avis défavorable au projet départemental de coopération intercommunale fit l'unanimité (voir article précédent). Le maire s'amusa des dernières agitations autour de la présence d'amiante sur les dalles du sol à la salle polyvalente: "nous savons que la colle qui tient les dalles contient de l'amiante. Il y a des demeurés qui m'ont demandé de faire passer une visite médicale à tous les gens qui seraient passés par la salle polyvalente", et de citer tous les services qui lui sont tombés dessus pour au final entendre d'une entreprise spécialisée venue effectuer une mesure: "il y a zéro fibre d'amiante dans la salle polyvalente". Plusieurs délibérations sont passées sans grand débat. A noter que le maire va engager une procédure pénale à l'encontre des commissaires enquêteurs, rédacteurs du rapport d'enquête publique en date du 11 avril 2011, par rapport à des allégations jugées diffamatoires.

Débat autour de la sécurisation des pontons du port


Mais le port n'a pas échappé à la polémique concernant la mise en sécurité des pontons. Patrice Esquoy faisait valoir qu'une expertise a conclu "au très mauvais état de l'ensemble des pontons du port en raison de leur ancienneté", rendant urgent leur remplacement avant une rupture éventuelle. Mais, en parallèle, un expert désigné par le tribunal administratif dit "qu'il n'y a aucune urgence à effectuer des travaux de confortement". Pourquoi cette bataille d'experts ? d'autant plus que la commune a contesté les conclusions de cet expert désigné par le tribunal avec un autre avis, cette fois de la société 3 AME qui énonce clairement le risque d'effondrement des pontons. En fait la commune entend sécuriser ces pontons et souhaite que la société nouvelle du chantier naval des Baux en fasse de même avec ceux qui lui sont concédés: "y a -t-il vraiment un risque réel, ne peut-t-on pas d'abord faire des travaux d'entretien" demandera Régine Aguillon. Patrice Esquoy insista sur l'urgence et le maire de s'énerver: "on a mis le feu au pays pour l'amiante et pas une fibre dans l'air! Et là des experts nous disent que des pontons vont tomber et là on nous dit de boucher des fissures; C'est tout simplement parce que le dirigeant du chantier naval des baux est un ami d'Olivier Thomas et de Régine Aguillon". Et la conseillère de dire: "on dirait que vous voulez mettre le chantier naval en difficulté". Conclusion du maire: "vous n'y comprenez rien, madame".

Présentation succincte d'Odysséa


La commune a adhéré au programme de coopération territoriale européenne Odysséa et à intégré le réseau des villes pilotes Odysséa (quatre villes en France dans le bassin méditerranéen) afin de positionner Sanary comme destination européenne. Ce projet à vocation touristique et culturel a été retenu comme programme stratégique par l'union européenne pour la Méditerranée, l'union européenne et avec le soutien du ministère du tourisme. Il s'agit de créer un réseau exemplaire de villes portuaires autour de la Méditerranée, par la création d'un itinéraire culturel -label conseil de l'Europe et éthique Unesco - "qui se caractérise par un haut niveau de services proposés aux plaisanciers, aux vacanciers, aux habitants, utilisant le vecteur des innovations, des nouvelles technologies et favorisant le développement durable des acteurs locaux". Plusieurs projets de développement de la ville rentreront ainsi dans ce cadre dans la perspective de la la labellisation de Sanary comme "escale, patrimoine, phare de la Méditerranée". Première réaction de Régine Aguillon (parti radical): "on votera contre car quatre millions pour adhérer à un label est inutile". S'ensuit un échange de politesses avec le maire demandant à Patrice Esquoy de lui faire une relecture de la délibération: "je comprends pas grand chose" ironisera régine Aguillon, suivi du maire: "je vous le confirme".

Nous reviendrons sur d'autres délibérations comme les subventions aux associations ou le permis de construire pour le futur Casino.

D. D., le 01 juillet 2011