Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > Cérémonie de l’Appel du 18 juin
Le 19. juin 2014 à 09h50

Sanary Commémoration Cérémonie de l’Appel du 18 juin

Mercredi, s’est déroulée devant le monument de la Victoire la cérémonie patriotique de l’Appel du Général de Gaulle. Ce dernier a cinquante ans quand, en 1940, il quitte la France et appelle à la lutte armée. Il incite à ne pas subir sans réagir « car la guerre n’est pas finie.»

Edme Hubert et le président José Orsi portent une gerbe au nom du Comité d’entente.

Edme Hubert et le président José Orsi portent une gerbe au nom du Comité d’entente.

A 15 heures, un orage de grêlons s’était abattu sur Sanary. Il a donc fallu tout d’abord évacuer l’eau laissée par l’averse, ce dont s'est chargé un détachement des Jeunes Sapeurs Pompiers de Sanary.

Devant nombre d’associations patriotiques, d'élus et de Sanaryens, le maître de cérémonie Pascal Schuffenecker a présenté Gérard Valour, président des combattants volontaires, pour la lecture intégrale de l’Appel du 18 juin. Ludovic Léoncini, adjoint délégué à la jeunesse, a ensuite lu le discours officiel de Kader Arif, ministre délégué auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants.

Deux gerbes ont alors été déposées. Edme Hubert a remis, avec le président José Orsi, une gerbe au nom du Comité d’entente, puis la première adjointe Patricia Aubert, accompagnée du capitaine de frégate Dominique Thénot et du commissaire Gilles Vallérian, ont déposé la gerbe de la municipalité. Une trentaine de musiciens de la philarmonique Saint-Nazairienne, dirigée par Eric Mendez, a joué les sonneries réglementaires (Drapeau, Aux morts), la Marseillaise, le Chant des partisans de Maurice Druon et la Marche Lorraine.

Dans son discours, Patricia Aubert a cité Malraux, qui soulignait qu’en 1940 la France n’était pas seule. Elle peut faire appel à son Empire, à la Grande-Bretagne et à son Empire et aux Etats-Unis. « Aujourd’hui comme alors, il faut rendre confiance aux Français et délivrer la France de son propre abandon. » Elle a insisté sur l'actualité de l’Appel du 18 juin, « symbole de ceux qui veulent encore se battre », et a incité chacun de nous à envoyer des signes forts en résistant dans nos activités professionnelles et associatives.

, le 19 juin 2014

Autres photos:

La première adjointe au maire, Patricia Aubert. Le maître de cérémonie Pascal Schuffenecker. Ludovic Léoncini, adjoint délégué à la jeunesse. Gérard Valour lisant l’Appel du 18 juin.
La première adjointe au maire, Patricia Aubert.