Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > Bientôt la journée de l’autisme
Le 8. avril 2010 à 01h00

Sanary Société Bientôt la journée de l’autisme

L’association « Autisme Paca »(apaca) tient une permanence les premier et troisième mercredis de chaque mois dans l'espace du CCAS (salle D). D’autre part APACA organise une après-midi de l’autisme le 24 avril au Centre Culturel.

Catherine Gaignaire, infirmière puéricultrice, qui intervient bénévolement aux permanences, et J-M Bonifay, président

Catherine Gaignaire, infirmière puéricultrice, qui intervient bénévolement aux permanences, et J-M Bonifay, président

Jean-Marc Bonifay, président de l’association, ne ménage pas ses efforts pour sensibiliser le public, soutenir les enfants ou parents et faire avancer les choses. L’autisme touche plus de 30.000 personnes en PACA et un enfant sur 150 naît autiste. Autrement dit, ces chiffres sont loin d’êtres anecdotiques. Pourtant la France semble peu encline à intégrer les autistes dans la société. Déjà, contrairement à de longues années de culpabilité parentale, l’autisme n’est pas une maladie mentale d’origine psychologique mais un trouble neuro-développemental avec prédisposition génétique. Cela se traduit par une hypersensibilité sensorielle, un mode de fonctionnement différent et un désir de communiquer sans la maîtrise des codes sociaux. Il y a différentes formes d’autisme et on est loin de l’image véhiculée par certains films où, bien souvent, l’on associe bêtement un enfant autiste à un enfant surdoué. L’association APACA sert de « carrefour », en offrant une base de données pour les parents, et propose des ateliers arts plastiques pour les enfants à la permanence du CCAS. Cette association joue un rôle important auprès de parents souvent isolés, confrontés à un problème difficile à gérer.

On ne guérit pas de l’autisme


Pas de guérison, mais la possibilité de faire des progrès, si tant est que les parents aient les moyens financiers pour permettre à leurs enfants d’évoluer, avec des séances d’orthophonie et un suivi psychologique. Ce coût élevé et des aides de l’Etat dérisoires rendent bien difficile l'action des parents qui doivent aussi se battre en permanence pour obtenir le respect de la loi. Celle du 11 février 2005 pour « l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » prévoit « l'intégration scolaire individuelle ordinaire. Il est donc du devoir du service public de l'éducation, d'assurer une formation scolaire, professionnelle ou supérieure aux enfants, aux adolescents et aux adultes présentant un handicap ou un trouble de la santé invalidant. » Théoriquement, l’intention est louable, mais, factuellement, l’univers scolaire n’est pas prêt pour cela (classes surchargées, manque de moyens). Bref, un enfant autiste dans une classe n’est pas vraiment le rêve d’un enseignant. Pourtant, intégrer l’enfant dans le système scolaire lui permet de progresser, contrairement à un institut médical éducatif non spécialisé qui risquerait de le faire régresser : « l’enfant autiste est une éponge : il reproduit ce qu’il voit » nous dit J-M Bonifay. L’association aimerait que les professeurs soient formés pour cette population et surtout qu’on mette les moyens pour les accueillir.
« Pourquoi ne pas les mettre alors dans des Instituts médico éducatifs spécialisés », peuvent-ils souvent entendre. Mais la réponse est simple: dans le département, il n’y en qu’un, à Toulon, totalement complet. Les solutions ne sont pas nombreuses, et, dans la réalité, les enfants autistes ne sont scolarisés que quelques heures par semaine. Triste constat, sutout si l'on ajoute à cela la moquerie et la crainte. Les parents d’enfants « normaux » ne comprennent pas cette pathologie et, bien souvent, le comportement anormal d’un enfant autiste va provoquer des réactions du type : « votre enfant est mal éduqué ». S'y ajoute encore la cassure familiale que provoque la naissance d’un enfant autiste, « beaucoup de parents ont honte » se désole J-M Bonifay.

Aider l’association


Actuellement cette jeune association n’a pas de subvention et seule la municipalité de Sanary lui apporte une aide en mettant à disposition les locaux. Les dons et les adhésions sont donc les bienvenus car l’équipe produit de nombreux visuels pour les enfants, et l'association multiplie les forums sur les handicaps afin de sensibiliser le public.

Journée de l’autisme à Sanary :
samedi 24 avril à 13h30


Cette journée est ouverte à tous et se déroulera au premier étage du Centre Culturel. M.Bonifay présentera l’association et Mme Sunnny Wilson, « psychologue spécialisée de l’enfance et du développement » fera une conférence autour de l’autisme. L’entrée est gratuite pour les adhérents et une contribution de seulement 5 € est demandée pour les visiteurs. Le président espère que le public sera au rendez-vous car, si tout le monde comprenait mieux la signification de l’autisme et de ses différentes manifestations, cela serait un premier pas.
Pour plus d’informations : http://autismepaca.wifeo.com

D.D, le 08 avril 2010

Les plus : aimés commentés lus