Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > Sanary Aujourd'hui: « nous serons une nouvelle opposition...
Le 11. février 2015 à 16h04

Sanary Politique Sanary Aujourd'hui: « nous serons une nouvelle opposition constructive »

Le groupe d'opposition « Sanary Aujourd'hui » affranchi du groupe d'Olivier Thomas, l'Association de Défense des Sanaryens (ADS), dresse un bilan du premier semestre écoulé

« Nous étions d'accord sur le fond, mais pas sur la forme »


Le groupe composé de Didier George, Françoise Tourneur, Ernest Rosso et Colette Gatimel avait pris ses distances en septembre dernier provoquant une scission au sein du groupe d'Olivier Thomas.

Aujourd'hui Didier George veut se poser en tant qu'opposition « constructive ». Il déclare d'une part avoir été déçu - la liste des dernières élections municipales dressée par l'opposant à Ferdinand Bernhard, Olivier Thomas, ne correspondrait pas à ses attentes - et ne pas adhérer d'autre part à la « méthode » de ce dernier.

« On ne copine pas! »


« On nous reproche de 'copiner' avec Ferdinand Bernhard, rappelons que notre adversaire n'est pas Monsieur Thomas mais Ferdinand Bernhard ».
Le groupe se pose ainsi en défenseur de l’intérêt public et local et espère grossir ses rangs petit à petit et être reconnu : « nos électeurs nous ont suivis et nous ne voulons pas les laisser tomber ». Pour garder le lien, ils ont décidé d'informer les administrés par email sur les dossiers de la ville, le déroulement des conseils municipaux et les grandes décisions  : « nous avons lié des contacts « cordiaux » avec les élus de la majorité et les services de la mairie afin d'être présents en tant qu'opposition, de connaître les dossiers, pour pouvoir poser les questions qui fâchent et répondre à celles que nous posent les administrés. Nous sommes aussi présents dans les commissions et les manifestations majeures organisées par la ville, ce qui explique notre 'proximité' avec les élus, mais n'empêche pas que nous restions de fervents opposants. »
Pas de politique, se défend Didier George, mais une posture dans l’intérêt local qui leur permettrait d'être médiateurs entre les sanaryens et la mairie.

Un autre Sanary


Mais que veulent-ils ? Qu'espèrent-ils pour la ville ?
« Nous voulons retrouver une ville démocrate, sans clientélisme ni populisme. Nous ne voulons pas d'une ville de retraités, mais une ville active, dynamique qui donne sa place à la jeunesse qui ne peut plus s'y loger. Pourquoi ne pas reloger dans les immeubles anciens en proposant des loyers modérés, pourquoi ne pas réhabiliter des maisons en plusieurs appartements au lieu de les détruire et les remplacer par des immeubles ?
Il faut aussi attirer les entreprises pour créer de l'emploi, se doter de plans de circulation et de transports internes adaptés pour que les sanaryens puissent se rendre au centre ville, aux plages ou à la gare sans avoir besoin de prendre leur voiture !
Nous ne sommes pas contre les différentes animations financées par la ville (Sanary sous les étoiles, fêtes de Noël...) mais il faut faire des économies et proposer des manifestations moins fastueuses et moins coûteuses. Sanary ne doit pas être une simple vitrine, il faut qu'elle vive tout au long de l'année quand bien même nous sommes une ville balnéaire. »
Et pour principal sujet, le groupe reste attaché à la gestion financière de la ville : « nous savons que sur trois ans, la dotation de l'Etat va diminuer d'au moins 20%, il faut réduire nos dépenses sachant que la dette de la ville, tous budgets confondus, devrait être de 76 millions d'euros. »

Et de conclure : « nous voulons travailler tranquillement, l'agressivité ne nous rapporte rien, et monter une opposition crédible pour éviter un sixième mandat. Nous porterons plus tard une liste pour 2020 qui fera consensus et dont nous ne connaissons pas encore le leader. »

A.I, le 11 février 2015

Plus d'infos: