Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Ollioules > Après le violent orage, la Ville panse ses plaies
Le 20. septembre 2014 à 13h06

Ollioules Faits divers Après le violent orage, la Ville panse ses plaies

Serres détruites, caves inondées, voitures bosselées : le violent orage qui s’est abattu vendredi à la mi journée sur la bande littorale de l’ouest varois n’a pas épargné Ollioules où de gros dégâts sont à déplorer. Dès l’aube, samedi matin, la ville a commencé à panser ses plaies, mais certains agriculteurs ont tout perdu.

Serres détruites comme lors de l'orage du 13 septembre 1994

Serres détruites comme lors de l'orage du 13 septembre 1994

Hasard ou coïncidence, c’est presque jour pour jour, il y a vingt ans, que la commune vient d’être à nouveau frappée par un épisode de grêle aussi violent que dévastateur.C'est vers 11h45 que le ciel est devenu subitement noir, rappelant à de nombreux habitants de la commune, le terrible orage de grêle du 13 septembre 1994. Pendant plus de 30 minutes la ville a été frappée par la pluie et des grêlons qui devenaient de plus en plus gros.

Magasins inondés


Les feuilles des arbres du centre ville et des quartiers ont littéralement été hachées menus, créant des amas sur les grilles d'évacuation du réseau pluvial et empêchant l'eau de poursuivre sa route avec pour résultat des magasins inondés, de même que le parking souterrain Malraux et les box communaux Delamare.
De nombreux véhicules ont aussi été touchés par des impacts de grêle et quelques toitures ont été endommagées. Mais c'est le monde horticole et agricole qui paye cette fois encore le plus lourd tribut à ces intempéries. De nombreuses exploitations ont été totalement ou partiellement détruites, serres, cultures de plein champs, vignes, pépinières, une véritable désolation pour ces femmes et ces hommes amoureux de leur terre.

Une demande de classement de catastrophe naturelle a été faite


Dès la fin de l'épisode, la ville a mis en place à l'espace Pierre Puget une cellule de crise avec les pompiers, les CCFF, le personnel communal. Chaussé de bottes, Robert Bénéventi, Maire de la commune a fait le tour des sites tandis que des élus arpentaient les quartiers et la zone commerciale pour commencer à évaluer les dégâts. Le Maire a aussi contacté le directeur de cabinet du préfet, Monsieur Emmanuel Dupuis, afin de lui demander de prendre en compte la demande de reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle et de calamité agricole.
Pendant tout l'après-midi vendredi et toute la matinée de ce samedi, les agents communaux renforcés par quelques bénévoles ont nettoyé les espaces envahis par la pluie et la boue.

F.K., le 20 septembre 2014

Autres photos:

Récoltes saccagées Les locaux du Groupe Spéléologique Ollioules, du Comité des Fêtes et de la Croix-Rouge ont été submergés par une vague d'eau de un mètre de hauteur